Quelles associations d'expatriés vont recevoir des fonds ?

Quelles associations d'expatriés vont recevoir des fonds ?

Les associations d’expatriés peuvent candidater avec un projet précis chaque année à un dispositif d’accompagnement mis en place par le gouvernement, le fameux STAFE. Cette possibilité vient remplacer depuis 2017 les fonds distribués par les parlementaires via une « enveloppe budgétaire » dont la finalité était laissée à leur discrétion.

Une sélection locale et nationale

Pour participer, les associations d’expatriés devaient remettre un dossier auprès de leur consulat. Une fois remis à l’administration, c’est un long parcours qui commence avec plusieurs filtres de sélection. Le premier, c’est le Conseil consulaire, réunissant les élus locaux, qui statue sur la pertinence du projet et sa recevabilité.

Une fois cet échelon passé, le dossier prend la direction de la direction de l’administration consulaire et des Français de l’étranger. A Paris, la conformité des éléments fournis sont vérifiés. Si c’est le cas, les projets retenus sont présentés à une commission nationale réunissant les représentants des élus consulaires, à travers les conseillers de l’Assemblée des Français de l’étranger (AFE), et des cadres de l’administration. La commission peut être présidé par le Ministre en charge des Français établis hors de France, comme ce fut le cas cette année avec Jean-Baptiste Lemoyne.

Jean-Baptiste Lemoyne ©AFP

Tensions entre élus et administration

Depuis 2018 et l’invention du STAFE, les commissions passaient et se ressemblaient. Le résultat, une forte proportion des fonds alloués par l’Etat (près de 2 millions d’euros/an) étaient attribués aux projets des agences et autres organes issus de l’administration. Lycées, Alliances françaises, Instituts français étaient les grands gagnants des commissions. Une situation que regrettait déjà en 2021, l’actuelle présidente de l’Assemblée des Français de l’étranger.

Cette année, les nouveaux élus consulaires et de l’Assemblée des Français de l’étranger ont décidé de reprendre la main. Après une première commission, le 11 mars, qui a vu le schéma des autres années se reproduire, avec plus de 110 projets issus d’associations d’expatriés rejetés, et 60% de l’enveloppe attribués aux organismes proches des associations.

Profitant de la présence de Jean-Baptiste Lemoyne, le secrétaire d’Etat aux Français établis hors de France, lors de la séance inaugurale de la 36ème session de l’Assemblée des Français de l’étranger, les élus sont montés au créneau. Fait peu courant, c’est le représentant de la majorité présidentielle, Thierry Masson, qui invectiva le ministre. Et ca a marché ! Peut-être que la proximité des élections nationales a favorisé un dénouement positif.

Des critères qui méritent plus de transparence

Revenant sur la commission du 11 mars, Jean-Baptiste Lemoyne a convoqué dès le 16 mars une nouvelle commission qui a permis d’équilibrer la répartition des fonds entre les projets et de s’assurer d’une diversité des acteurs financés. Pendant cette réunion, les élus ont aussi demandé à ce que des dispositions soient prises afin d’assurer une transparence et une meilleure compréhension du dispositif.

En effet, le résultat de la commission du 11 mars fut justifié par l’administration par l’application de critères, dont elle est la seule à connaitre les tenants et les aboutissants. Désormais, lors de la publication de l’appel à candidatures, sera jointe la liste exhaustive et détaillée des critères administratifs, financiers et statutaires.

Une transparence qui prend racine à l’AFE

La nouvelle présidente de l’Assemblée des Français de l’étranger, Hélène Degryse (élue aux Pays-Bas comme indépendante et élue à la tête de l’AFE avec les voix de LREM), a salué ces résultats dans un post du 02 avril sur Facebook. Et elle a inauguré cette nouvelle ère de la transparence en publiant le tableau détaillé des associations et des projets retenus dans le cadre du STAFE 2022 sur le site de l’AFE.

Et force est de constater que si les organismes parapublics sont encore nombreux parmi les lauréats, comme les Chambres de Commerce (pourtant des sociétés commerciales) ou les Alliances françaises, qu’un net effort a été fait pour porter assistance aux associations des Français de l’étranger pour la réalisation de leurs projets.

Et les associations d’expatriés ont plein d’idées, du festival de la pâtisserie en Argentine, une chasse aux trésors du savoir-faire à New-York ou encore des podcasts culturels au Mexique. Vous pouvez découvrir tous les projets retenus en consultant ou téléchargeant le fichier ci-dessous.

Auteur

  • Loic Pautou

    Loic Pautou est un jeune Français parti en VIE au Vietnam et qui n'est jamais revenu. Propriétaire d'une agence de tourisme à Hanoï, il écrit aussi pour Lesfrancais.press et le Guide du Routard.

Laisser un commentaire