Pas de croissance sans industrie

Pas de croissance sans industrie

La  reprise  économique  en  France  est  manifeste.  La  croissance  pourrait  dépasser  6 %  cette année,  un  niveau  jamais  atteint  depuis  1973.  Ce  résultat,  s’il  est  à  mettre  au  crédit  de  la bonne  résilience  de  nos  entreprises,  se  doit  néanmoins  d’être  relativisé  car  il  est  en  grande partie  la  conséquence  du  recul  historique  du  PIB  en  2020,  un  des  plus  importants  de l’OCDE

La  France  a  été  plus  durement  frappée  par  l’épidémie  que  ses  partenaires.  Elle  a connu  un  nombre  de  décès  plus  élevé  que  la  moyenne.  Le  secteur  des  services  jouant  un rôle  central  dans  son  économie  a  été  lourdement  entravé  par  trois  confinements  ;  le tourisme,  en  particulier  international,  ayant  été  réduit  à  néant  ou  presque. 

Le  soutien  massif de  l’État  avec  le  chômage  partiel,  le  fonds  de  solidarité  et  les  prêts  garantis  ont  permis  tout à  la  fois  de  maintenir  le  pouvoir  d’achat  des  ménages  et  de  limiter  les  faillites  d’entreprises. Il  n’y  a  jamais  eu  aussi  peu  de  défaillances  en  2020  que  lors  de  ces  cinquante  dernières années.  Avec  la  multiplication  des  plans  de  relance,  les  différents  secteurs  d’activité  ont renoué,  fort  logiquement,  avec  l’expansion  qui  s’accompagne  même  de  goulets d’étranglement,  en  particulier  en  ce  qui  concerne  les  microprocesseurs  et  la  main-d’œuvre.

Les faiblesses structurelles de l’économie française s’accentuent

Au-delà  des  statistiques  encourageantes,  l’épidémie  a  révélé  avec  encore  plus  de  netteté les  faiblesses  structurelles  de  l’économie  française,  faiblesses  qui  loin  de  se  résorber s’accentuent.  Le  déficit  de  la  balance  commerciale  n’en  finit  pas  de  s’aggraver  avec  le retour  à  la  normale  de  la  consommation.  L’industrie  qui  n’a  pas  encore  retrouvé  son  niveau d’avant-crise  et  qui  est  très  loin  de  celui  d’avant  2008,  est  en  voie  de  marginalisation. L’aéronautique  a  longtemps  masqué  l’absence  de  renouvellement  et  la  perte  de compétitivité  de  ce  secteur.  L’automobile  ou  encore  les  laboratoires  pharmaceutiques, longtemps  fleurons  de  notre  économie,  ont  perdu  de  leur  lustre. 

Après  avoir  raté  le  tournant de  l’électronique  et  de  l’informatique,  la  France  semble  également  manquer  celui  des techniques  de  l’information  et  de  la  communication.  Pendant  des  années,  le  débat  s’est focalisé  sur  le  coût  du  travail  pour  expliquer  la  perte  de  compétitivité.

Transfert des coûts salariaux sur la dette de l’Etat

Depuis  le  début  des années  1990,  les  gouvernements  de  droite  et  de  gauche  ont  mis  en  œuvre  des  politiques d’exonération  des  charges  sociales  centrées  sur  les  bas  salaires.  Elles  ont  abouti  à transférer  une  part  croissante  des  coûts  salariaux  sur  la  dette  de  l’État  et  des  régimes sociaux.  Les  contribuables  et  les  épargnants  ont  été  appelés  à  financer  les  salariés  sous couvert  d’un  complexe  processus  de  socialisation  des  revenus.  Ces  politiques  ont  échoué tant  pour  la  réduction  du  chômage  que  pour  la  sauvegarde  de  l’outil  industriel.  Elles  ont  été, sans  nul  doute,  contreproductives.  Elles  n’ont  pas  encouragé  les  entreprises  à  accroître leur  budget  de  recherche  et  développement,  à  réaliser  des  gains  de  productivité  et  à monter  en  gamme.  Elles  ont  ainsi  pénalisé  l’industrie  en  la  maintenant  sur  le  créneau  de  la gamme  moyenne  quand  l’Allemagne  faisait  le  pari  gagnant  du  haut  de  gamme.  Elles  ont également  conduit  à  un  nivellement  des  salaires  vers  le  bas,  toute  augmentation  pouvant amener  à  la  perte  des  exonérations  sociales. 

L’industrie  du  luxe  française  a  conforté  sa première  place  au  niveau  mondial  en  jouant  sur  l’innovation  et  sur  les  compétences  de  ses salariés.  Le  retour  de  l’industrie  en  France  ne  s’effectuera  pas  d’un  coup  de  baguette magique.  Il  exige  de  la  persévérance,  un  programme  de  revalorisation  des  filières d’enseignement  technique  et  scientifique  ainsi  qu’un  effort  important  en  matière  de recherche.  Il  suppose  avant  tout  un  changement  d’état  d’esprit  vis-à-vis  du  progrès,  de  la science  qui  doivent  être  perçus  comme  des  moteurs  d’une  croissance  plus  durable  que nous  appelons  tous  de  nos  vœux. 

Laisser un commentaire