Nicolas Hatton, un élu consulaire sur le front du Brexit

Nicolas Hatton, un élu consulaire sur le front du Brexit

Le dimanche 30 mai 2021, les résultats des élections consulaires au Royaume-Uni ont placé Nicolas Hatton en deuxième position après LREM avec le mouvement citoyen de droite. “Un Monde de projets”, une liste engagée auprès d’Olivier Cadic (UDI) et conduite par Nicolas Hatton, a récolté 17,90% des suffrages avec 3,100 voix (dont 3,026 par internet) et a obtenu 2 conseillers et 2 délégués. 

Nicolas Hatton est un Français installé au Royaume-Uni depuis plus vingt ans. Inquiets du Brexit et ses conséquences, il a fondé l’association « the3million » dès 2016. Celle-ci vient en aide aux citoyens européens vivant au Royaume-Uni afin d’accomplir les démarches nécéssaires.

Lors d’une conférence de la Foreign Press Association (presse étrangère), le 7 juin 2021, il a averti que « les vraies retombées du Brexit commenceront le 1er juillet », alors que des milliers de personnes luttent pour avoir leur Settled Status (résidence permanente). Uniquement accessible en version digitale, ce statut doit garantir les droits des Européens installés avant le Brexit au Royaume-Uni. 

Selon « the3million », le sentiment d’anxiété a été multiplié par 4 en quelques années.

« Les citoyens européens sont inquiets d’une éventuelle défaillance du système. » 

the3million

Il ne reste que deux semaines aux expatriés pour faire leur demande de Settled ou pre-settled status. Après la date du 30 juin, il sera trop tard et les citoyens européens perdront leurs droits. 

Selon des associations, le retard pris par l’administration est énorme. Il y a eu plus de 300,000 applications et des citoyens européens au Royaume-Uni attendent toujours leur preuve de résidence permanente.   

Nous l’avons rencontré pour faire l’état des lieux de la communauté française au Royaume-Uni.

Lesfrancais.press : Quelle est votre réaction sur les résultats des élections consulaires?

Je suis vraiment très honoré d’avoir été élu en tant que conseiller des Français de l’étranger.. Ça a été une expérience formidable. C’était 15 mois de campagne avec une liste de 26 personnes qui étaient réunies derrière le sénateur Olivier Cadic, notre parrain. Je suis satisfait d’être arrivé deuxième derrière la liste d’En Marche, pas très loin derrière eux en plus! J’ai envoyé une info lettre pour remercier les 3,100 votants pour la liste.. En même temps nous ne sommes que deux élus pour siéger au conseil consulaire mais nous allons travailler avec tous les autres élus pour le bien commun. C’est déjà ma stratégie et mon approche citoyenne comme avec The3Millions. Au sein de ce mouvement il y a des gens de gauche,et, des gens de droite. Nous n’avons pas un esprit partisan. J’espère qu’au conseil consulaire, nous pourrons garder cette optique, et ce malgré, et je l’ai bien compris, ça ne se passe pas toujours ainsi au sein de ces instances. 

Lesfrancais.press : Justement quelles sont les attentes des Français au Royaume-Uni qui ont voté pour vous?  

Je pense que la première action attendue c’est l’accompagnement suite au Brexit à faire valoir leurs droits en tant qu’Européens. La situation est actuellement précaire, les gens sont anxieux par rapport à leur futur. Mon engagement comme président au sein de « 3Millions », a bien sur jouer un rôle dans la confiance que m’ont donné mes compatriotes. Mais en tant que conseiller des Français de l’étranger, cela sera un peu différent, car j’aurai des obligations de réserves. Je ne peux pas m’exprimer aussi librement. Mais ça reste quand même mon combat numéro un : La lutte pour le respect de droit. Je le fais à travers l’association des 3Millions et le ferait au sein du Conseil consulaire. 

Lesfrancais.press : Est-ce que vous êtes satisfait sur le déroulement du vote pour les élections consulaires?

C’était ma première campagne politique et elle fût particulière, car c’était surtout en ligne. Nous l’avons bien vu, peu de gens ont voté à Londres le 30 mai 2021.

Première campagne politique, loin de la vie association mais les résultats furent bons, c’est une satisfaction pour toute l’équipe. En sus je connais les trois autres conseillers et  nous travaillerons ensemble. 

Concernant l’organisation en elle-même, je n’ai pas vraiment de commentaires. Ce que je peux dire, c’est que le personnel du Consulat a fait un bon travail et s’est très bien organisé le 30 mai 2021. 

Seul bémol ce sont les nombreux problèmes liés au vote électronique. Il n’y a aucun doute par rapport à ça. La réception des identifiants ou des mots de passe fut laborieuse. Et beaucoup s’en sont plaints. Il fallait réessayer à nombreuses reprises. Pour exemple, une personne sur notre liste a dû essayer 11 fois avant d’y arriver. Par contre d’autres personnes n’ont pas réussi malheureusement. 

Lesfrancais.press : À propos de l’association 3Millions, à la Foreign Press Association, vous avez alerté sur la proximité du 1 juillet. Connaissez-vous des expats qui vivent au Royaume-Uni qui n’ont pas fait leur démarche du Settled ou pre-settled status?  

Personnellement je n’en connais pas. Les membres siégeant connaissent et savent très bien ce qu’il faut faire pour accompagner les demandeurs. Chaque jour,  nous recevons des e-mails, nous voyons des gens sur des groupes privés qui effectivement n’ont pas encore fait leur demande, avec des situations parfois un tout petit peu compliqué et ce n’est pas forcément facile. 

Je parlais à une Française qui a le pre-settled status qui vit avec sa fille de 6 ans. Elle a fait la demande pour sa fille au mois de mars. Et, ce n’est pas encore passé. De plus, elle ne parle pas très bien anglais et ne peut donc pas appeler le centre d’appels du Resolution Centre du Home Office (centre d’appel du Ministère britannique de l’Intérieur). Donc heureusement qu’il y a des associations comme Settled (une organisation caritative indépendante fournissant des informations, des conseils et une assistance gratuite et fiable dans différentes langues aux citoyens de l’UE au Royaume-Uni), qui peut l’aider. Et c’est-ce que nous avons fait, j’ai contacté personnellement la responsable en charge des cas français pour l’aider et nous allons trouver une solution. 

Cependant il reste moins de deux semaines avant la date butoir du 30 juin 2021. Ça risque d’être « un carnage ». Quand nous voyons le nombre de demandes qui sont en attente, elles ont encore augmenté entre avril et mai, et les requêtes quotidiennes auprès de notre formation ou des autres associations, nous ne pouvons qu’être inquiets. En ce moment les autorités comme les mouvements cityoens sont débordés au plus on approche de la date butoir. Le résultat c’est que tout le monde n’aura pas son statut au 1er juillet et il faudra que le Home Office tient parole et n’expulse pas ceux qui ont un certificat de demande. Normalement, ce certificat garantit la protection du citoyen jusqu’à l’obtention de la réponse. 

Lesfrancais.press : Quelles sont les marges de manœuvre du Home Office ? 

C’est assez compliqué. Ce qu’on demande aux autorités britanniques c’est que les citoyens, munis d’un certificat, puissent continuer à travailler, à rechercher un logement… Ils ne doivent pas inquiétés par rapport à leur résidence. 

Par contre, ce n’est pas du tout sûr qu’ils soient susceptibles de toucher des allocations sociales tant qu’il n’y a pas de décision, elle peut être négative. 

D’ailleurs, il y a un nombre important de rejet des demandes actuellement. 

Une fois que la décision négative est tombée, il n’y a pas d’autre choix que de se préparer à quitter le Royaume-Uni dès le 1er juillet 2021. Les gens peuvent faire appel et ils le doivent impérativement le faire si ils se sentent laisés. Il y a des personnes qui ont leurs vies ici, qui sont installées mais qui ont mal renseigné leur demande de résidence, il faut qu’ils puissent quand même la refaire. Le 1er juillet va être finalement plutôt être le début d’une nouvelle relation entre le Royaume-Uni et les européens qu’une fin. Et il risque d’avoir de plus en plus de personnes qui vont se retrouver dans une situation difficile. Nous rentrons dans une ère nouvelle. Et, nous ne savons pas ce qui va se passer, cela peut être source d’angoisse pour les citoyens mais aussi pour nous responsables politiques et associatifs. 

Lesfrancais.press : Quelle est votre réaction sur une Française venue voir son petit ami anglais et qui a passé 7 jours en centre de rétention?

C’est évidemment vraiment disproportionné. Il y a eu un changement des règles pour les voyages. Mais dans ce cas-là, c’est évident qu’elle n’aurait jamais dû être placée dans un centre de détention. On peut toujours visiter de la famille et des amis sans visa au Royaume-Uni. 

C’est un traumatisme pour elle, mais aussi pour la communauté. Nous avons le sentiment que cette jeune femme a été utilisé à des fins politiques par le Home Office pour envoyer un message ferme aux Européens. Sinon cela peut-être aussi un problème d’application des nouvelles règles par les forces de l’ordre, qui ne comprennent pas toujours elles-mêmes les mécanismes. C’est terrible pour les personnes concernées. On conseille aux voyageurs de s’informer sur les nouvelles conditions d’accès au territoire britannique et d’imprimer les documents afin de pouvoir les remettre aux douaniers si besoin. Cela évitera les quiproquos entre les Français peu adeptes de la langue de Shakespeare. 

Laisser un commentaire