Les zones rurales de l’UE sont confrontées au « moment le plus difficile du siècle »

Les zones rurales de l’UE sont confrontées au « moment le plus difficile du siècle »

Les zones rurales de l’Union européenne sont confrontées au moment le plus difficile du siècle, a confié le ministre espagnol de l’Agriculture Luis Planas au partenaire d’EURACTIV, EFE Agro, ajoutant que l’Espagne cherche à sécuriser l’approvisionnement alimentaire tout en conservant les ambitions écologiques de son plan stratégique national (PSN) soumis dans le cadre de la Politique agricole commune (PAC).

Le ministre espagnol de l’Agriculture Luis Planas ©Euractiv

« Pendant quelques années, nous avons eu des marchés qui fonctionnaient comme une horloge d’un point de vue logistique jusqu’en 2020. D’abord, à cause de la Covid-19 et ensuite avec la guerre, nous vivons à présent le moment le plus difficile, et la grande question est de savoir comment nous pouvons résoudre cela ensemble, avec une volonté de se prêter main forte », a déclaré le ministre.

Alors que la guerre en Ukraine — qui est un important fournisseur de l’Espagne — a créé un nouveau « facteur d’incertitude », M. Planas a expliqué que garantir la production agricole était une « priorité », mais que cela devait se faire « sans perdre l’orientation circulaire » des économies et, en particulier, de la production agroalimentaire.

Par ailleurs, selon le ministre, une tendance inverse « conduirait à l’épuisement des ressources disponibles sur la planète ».

Le ministre a souligné que son objectif est de garantir l’approvisionnement alimentaire, en tenant compte de la hausse des prix de l’énergie, de la baisse de la production et des effets de la guerre sur le blocage des exportations via la mer Noire, tout en maintenant le cap stratégique consistant à « produire davantage avec moins de ressources naturelles ».

« Ce n’est pas un dilemme car nous savons clairement vers quoi nous nous dirigeons, et c’est le constat qu’en 2050, environ 10 milliards de personnes devront être nourries par une surface agricole qui va “à peine” croître, et un cheptel bovin qui ne va pas augmenter.»

Le PSN, le « projet le plus important » pour l’agriculture espagnole depuis 1959

La Commission européenne a renvoyé, le 31 mars dernier, la première évaluation du plan stratégique national espagnol pour la période 2023-2027 de la PAC.

Par le biais de ce PSN, les États membres de l’UE exposent la manière dont ils entendent atteindre les neuf objectifs de la PAC réformée à l’échelle de l’Union.

Selon M. Planas, il s’agit du « projet le plus important » pour l’agriculture espagnole depuis le plan de stabilisation de 1959, soit avant l’existence du programme de subventions agricoles de l’Union.

Pour relever ce défi majeur, l’Espagne misera sur l’innovation, la numérisation et des technologies telles que l’édition génétique pour augmenter la production « de manière durable », a expliqué M. Planas.

L’Espagne recevra 47 724 millions d’euros au titre du budget de la PAC pour la période 2023-2027, montant qui sera porté à 55 millions d’euros grâce à l’aide supplémentaire apportée par l’instrument temporaire Next Generation EU, conçu pour aider l’Union à se redresser après la pandémie de Covid-19.

Toutefois, Bruxelles a recommandé à l’Espagne de modifier son PSN afin d’accroître les efforts en matière d’environnement et de tenir compte de la nouvelle situation résultant de la guerre en Ukraine.

L’Espagne espère respecter les délais et demandera à l’exécutif européen d’approuver la version finale de son plan stratégique au cours du premier semestre de 2022 afin de donner aux agriculteurs des certitudes avant les plantations d’automne.

Dernières décisions

Lors de la dernière réunion des ministres de l’Agriculture de l’UE à Luxembourg, les États membres ont convenu de communiquer des données sur les stocks privés de céréales et d’oléagineux, ce qui constitue une première étape vers la création d’une réserve agricole européenne d’urgence.

M. Planas s’en est félicité et a souligné que, bien que l’approvisionnement alimentaire soit garanti, les consommateurs espagnols constatent une augmentation des prix.

L’indice espagnol des prix à la consommation (IPC) pour le mois de mars a augmenté de 6,8 % en glissement annuel, avec une montée en flèche des prix des huiles comestibles (+32,1 %).

Le gouvernement espagnol a complété les mesures prises par l’UE pour répondre à la guerre en Ukraine par un décret-loi royal dans le cadre du plan stratégique national de la PAC afin de mieux répondre aux conséquences économiques et sociales découlant de cette guerre.

Ce plan est doté de 93,47 millions d’euros pour le secteur de l’agriculture et de l’élevage.

Laisser un commentaire