Les Gilets jaunes tentent leur come-back

Les Gilets jaunes tentent leur come-back

« Contre l’inflation, le prix de l’énergie qui explose, l’utilisation abusive du 49.3 et les différentes réformes (celle des retraites, du chômage, du RSA et celle de l’apprentissage) ». C’est sur la base de ces colères qu’un collectif se réclamant des Gilets jaunes appelle à manifester à Paris, ce samedi 7 janvier. De quoi fédérer suffisamment pour faire reprendre le mouvement?

L’appel a, en tout cas, été relayé par « de grands groupes Gilets jaunes » et jusqu’à 2.000 personnes étaient, pour le moment, attendues à Paris ce samedi d’après de premières estimations.

Si le plus grand flou entoure encore la manifestation, l’ambition est bien de relancer le mouvement des Gilets jaunes qui avait vu le jour en 2018 d’abord sur les ronds-points puis dans les centres-villes au cours de longues semaines de revendications sociales souvent émaillées de heurts avec les forces de l’ordre.

Le gouvernement inquiet

Ces derniers jours, certains voient dans la précipitation du gouvernement à prendre des mesures très rapides et fortes pour éteindre les foyers de potentielles colères, la crainte d’un effet boule de neige qui avait largement contribué au succès des Gilets jaunes en 2018.

Le premier quinquennat Macron avait été rythmé par les manifestations et nul doute que l’exécutif veut éviter un retour des hommes et femmes en jaune sur le bord des routes.

Toutefois, ce n’est pas le premier retour que tentent les Gilets jaunes mais jusqu’ici, il n’y avait pas eu de mobilisation suffisante pour redonner de la flamme au mouvement au-delà du cercle des irréductibles.

Gilet Jaunes en 2019 à Paris ©AFP

Pas de reprise sur les réseaux sociaux ?

L’appel pour ce 7 janvier dérogera-t-il à la règle? Lancé par le collectif de « Gilets Jaunes et de Citoyens en colère », ce rendez-vous du 7 janvier semble bénéficier d’un engouement particulier.

« Notre appel a pris beaucoup d’ampleur dans les médias ainsi que sur les réseaux sociaux grâce à des gens que nous ne connaissons pas », indiquait ainsi un responsable à BFM TV qui tempère l’enthousiasme de ce dernier en indiquant que les différentes pages Facebook reprenant l’appel ne semblent pas très fournies en « followers ».

C’est à 11 heures samedi, place de Breteuil dans le 7e arrondissement de Paris, que rendez-vous a été pris avec un cortège qui s’élancera à 14h30.

La Préfecture de police de Paris indiquait ces dernières heures ne pas avoir reçu de demande d’organisation de manifestation et ne semblait pas particulièrement inquiète.

Les Gilets jaunes, eux, abattent sans doute leur dernière carte pour tenter de relancer le mouvement. Parviendront-ils à leurs fins? Réponse ce samedi.

Auteur

  • redactionafp

    L'AFP est, avec l'Associated Press et Reuters, une des trois agences de presse qui se partagent un quasi-monopole de l'information dans le monde. Elles ont en commun, à la différence de son prédécesseur Havas, de ne pas avoir d'actionnaire mais un conseil d'administration composé majoritairement d'éditeurs de presse.

Laisser un commentaire