Les Français de l’étranger nous disent

Les Français de l’étranger nous disent

février 27, 2019 0 Par Laurent Dominati

Etats-Unis (avec le député), Allemagne (avec Le Secrétaire d’Etat Jean Baptiste Lemoyne), Belgique (avec les élus consulaires), et dans bien d’autres endroits, les Français de l’étranger ont organisé et participé au «Grand débat». Des discussions sérieuses et de bonne tenue, qui remettent en honneur la politique, plus que ce qu’on en a vu à la télé. lesfrancais.pressy ont participé, parfois comme partenaire, souvent en en rendant compte, toujours en faisant participer ceux qui le souhaitaient, et qui en avaient, ou pas, la possibilité.

Nous avons ainsi lancé une consultation (et non un sondage car l’échantillon n’est pas scientifiquement représentatif) avec des questions qui ont été posées ici et là, par les Français  vivant à l’étranger ou à leur propos. Plus de 2700  Français de l’étranger ont répondu. Plus qu’un sondage. Nous publions intégralement les résultats.

Les choix sont assez clairs. Ne pas diminuer le nombre de parlementaires ( à l’inverse de ce propose le gouvernement); mais élire les députés à la proportionnelle et non par circonscription comme actuellement. Donner aux élus consulaires de vraies fonctions consulaires, à l’exemple des maires, par exemple en matière d’état civil. Ne surtout pas supprimer d’Ambassade, et donc maintenir l’universalité du réseau, choix qui avait été celui fait il y a plus de dix ans, mais qui semble remis en cause. Ne pas diminuer les crédits de la coopération (le gouvernement veut les augmenter) mais diminuer les opérations militaires extérieures (au contraire de ce qui se fait).

Maintenir les dépenses pour l’enseignement à l’étranger (on n’en prend pas le chemin, si on sait lire le rapport Cazebonne), mais ne pas créer un impôt spécifique pour les Français vivant à l’étranger (contrairement à ce que proposent le Parti socialiste et La France Insoumise). En revanche exonérer tous les expatriés de la CSG, pas seulement ceux de l’Union européenne (contrairement au curieux choix de Bercy). « Rétablir l’ISF » obtient un « petit » 58%, alors qu’il est ultramajoritaire dans l’hexagone. Les Français qui ont répondu au questionnaire approuvent le recrutement local pour les Consulats, Ambassades et Lycées, source d’économies.

Ne pas renoncer au nucléaire, ne pas taxer plus fortement l’énergie même dans le cadre de la transition énergétique, mais rendre les transports en commun gratuits et cesser l’exploitation des hydrocarbures en France (comme l’a voté le Parlement) montre la voie moyenne en matière de choix écologique.

Telles sont les réponses, plutôt attendues, des Français de l’étranger. Le plus surprenant vient dans le classement des adhésions les plus populaires : d’abord maintenir le réseau des Ambassades. C’est de loin, le consensus le plus fort : 88%. Ensuite, non à l’impôt spécial expat (85%) mais c’est plus naturel. Enfin, rester dans l’Union Européenne, à 79%. Autant que maintenir les dépenses pour l’éducation à l’étranger. Un score plus élevé que pour diminuer les impôts (71%) ou restreindre l’immigration (56%).

En somme que disent-ils ? On veut que la France soit bien présente et active dans le monde. On veut rester dans le l’Europe. On veut investir sur l’éducation. De la coopération et moins d’interventions. Une transition écologique progressive avec le nucléaire. Pas trop d’impôts, pas trop d’immigration. Bref, beaucoup de modération, bien plus que ce qui apparait dans l’agitation parfois panique et haineuse de la métropole, dans les débats télévisés.

Nous transmettrons ces réponses au Premier ministre et aux ministres concernés. Qu’ils en fassent bon usage : les Français de l’étranger ont les pieds sur terre, sur toute la terre : un avantage pour savoir jauger et juger.

Laurent Dominati

Publicités