Les expatriés terribles de la culture urbaine

Les expatriés terribles de la culture urbaine

Jérémy Weltmann et Gil Bourgeois, deux français vivant à Hong Kong ont décidé de s’associer pour créer la société TwentyCinco avec pour unique objectif de promouvoir et valoriser le monde du “street art” et plus généralement de la culture urbaine. Tous deux sont de la génération du hip hop et du graffiti et ont grandi avec ce mouvement qu’ils connaissent bien.

Par Catya Martin du site Trait d'Union et de la Web Radio La French Radio Hong-Kong 

 

Jérémy Weltmann et Gil Bourgeois créent TwentyCinco, une société dédiée au "Street Art"

Jérémy Weltmann a très vite voyagé à travers le monde. Il découvre l’Afrique avec ses bois et ses masques qu’il va chiner pour des collectionneurs. C’est à cette période que le Français commence à mieux connaître l’art primitif. Après quelques années africaines, s’enchainent dix années de voyage à travers le globe et plus particulière autour de l’Hémisphère sud, avec l’Amérique latine, le Moyen Orient et l’Asie. Son entrée en Asie se fera par l’Inde, il y a une vingtaine d’année. Puis, le travail de son épouse l’entraine au Japon où il restera quelques années. Suivra une année à New York puis le retour en France.

Installé à Bordeaux, Jérémy garde l’âme d’entrepreneur et il développe une marque de vêtement pour les femmes et jeunes femmes, « B You K », 1998. « Cette ligne, je l’ai voulu basée sur le principe d’être soi-même, be yourself, avec la volonté d’assumer ses différences », explique l’entrepreneur. Très rapidement, ce sont onze boutiques à Londres, en France et en Belgique qui voient le jour, en plus d’une présence au sein de grands magasins. La marque cessera son activité en 2010. De là, le globetrotter s’envole pour la Martinique où il va poser ses valises quatre ans avant d’arriver finalement à Hong Kong.

De son côté, Gil Bourgeois connaît la Chine depuis quelque temps. C’est en 2004 qu’il découvre Canton et Hong Kong, il avait alors 23 ans. Diplômé de l’Institut supérieur des arts appliqués (ISAA), il travaille dans l’entreprise familiale, une chaine de boutiques de décoration. En charge de la partie sourcing et création, il en prend la tête huit ans plus tard. Agé aujourd’hui de 39 ans, Gil a évolué dans ce monde du graffiti et du street art, « je n’ai pas oublié mes premiers amours de street art et de graffiti. Toutes les relations et connaissances que j’avais dans ce monde, je les ai gardé, aujourd’hui c’est avec eux que l’on a commencé à travailler, avec Jérémy », précise Gil.

Les deux hommes se rencontrent lors d’un événement artistique et l’alchimie prend immédiatement. « Très vite, nous nous sommes retrouvés avec un grand nombre de points commun, comme nos débuts dans le monde du graffiti, mais aussi en terme de connivence et de regard que l’on porte l’un et l’autre sur ce mouvement et sur la culture urbaine en général », explique Jérémy Weltmann. Ils vont se revoir et vont s’enchainer des discussions passionnées et passionnantes autour de cette culture urbaine. « Nous évoquions de façon assez légère la possibilité de faire quelque chose autour de ça mais jamais de façon concrète. Maintenant c’est fait, la structure est créée », ajoute Gil Bourgeois.

 

Hong-Kong une destination naturelle

S’installer à Hong Kong a été une décision assez naturelle pour Gil. « J’y trouvait d’une part un réel intérêt pour mon activité à travers l’accès direct aux marchés asiatiques aussi bien en sourcing qu’en export, mais c’est aussi pour l’environnement général que j’ai fait ce choix. Hong Kong est le meilleur endroit pour entreprendre. Cette énergie que l’on trouve ici est assez unique, moins violent dans les rapports humains que ce que l’on pourrait rencontrer dans des endroits comme New York », indique-t-il. « Il y a quelque chose ici qui est assez fascinant avec cette idée de pouvoir jumeler l’entreprenariat, les opportunités professionnelles et une qualité de vie. Vous passez de la plage à la ville en quelques minutes toute l’année, c’est aussi une véritable porte vers l’Asie », ajoute-t-il.

Aujourd’hui les deux hommes se sont réunis pour créer TwentyCinco. “Un nom qui est apparu dans l’esprit de Gil, la sonorité nous a plu, le mélange des langues aussi et l’idée de rajouter une 25ème heure à l’horloge nous a amusé”, précise avec humour Jérémy.

La mission première de la société reste l’accompagnement de collectionneurs, d’amateurs d’art et d’investisseurs en leur proposant des oeuvres d’artistes qu’ils représentent.

Le street art reste très ludique et très accessible, c’est un art complexe sans être compliqué. C’est quelque chose qui rassemble avec une devise qui pourrait être, ni élitaire, ni élitiste », explique Jérémy.

Compte tenu la situation épidémique à Hong Kong, les deux hommes sont assez organisée. Leur première étape est de faire connaître auprès du plus grand nombre, la culture urbaine, et ensuite expliquer que cela peut être valorisable.

 

« Nous avons la chance d’avoir des personnes qui nous connaissent et nous font confiance. Ils croient vraiment en cet art. Ces personnes là font parti de ceux qui cherchent à diversifier leurs investissements en ce moment, surtout sur du moyen terme », précise Gil Bourgeois.

 

Professionnel sur le marché secondaire de l’art, Jérémy a un nombre important de clients qui lui font confiance et le suivent. « Beaucoup de mes clients sont ici et peuvent venir voir les différentes œuvres que nous avons. Avec les mesures de distanciation sociale, nous faisons des visites privées, sur rendez-vous », tient à indiquer Jérémy.

« Nous fonctionnons aujourd’hui avec plusieurs artistes, l’Atlas, Tanc, Johanna Tordjman et un street artiste chinois, Fansack et plus recemment Nasty. Johanna Tordjman vit actuellement un succès médiatique assez fulgurant elle est déjà dans le classement Forbes des 30 personnes en dessous de 30 ans les plus influentes pour 2020 alors que sa carrière est assez récente. Elle connaît bien Hong Kong et était contente de pouvoir travailler avec nous. Nous sommes en discussion pour trois autres artistes, l’idéal pour nous est de travailler avec une dizaine d’artistes, pas plus », précise Gil.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire