Les Belges ont fêté la défaite de l’équipe de France

Les Belges ont fêté la défaite de l’équipe de France

La défaite de l’équipe de France en huitièmes de finale de l’Euro par la Suisse, lundi 28 juin, a suscité une grande vague d’enthousiasme chez les Belges. Au grand désespoir de la communauté française sur place qui constitue le premier contingent d’étrangers dans le plat pays.

Les Belges ont, donc, fêté la défaite des Bleus dans les rues de la capitale tard dans la nuit. La Voix du Nord posait, déjà, la question le 15 juin : « Les Belges nous détestent-ils vraiment? ». On peut se le demander.

Revanche sur la Coupe du monde ?

Pour les supporters belges, la défaite en demi-finale de la coupe du Monde en 2018 face aux Bleus n’a toujours pas été digérée. Ils ont donc sauté sur l’occasion pour célébrer l’élimination précoce des partenaires d’Antoine Griezmann dans les rues de la capitale, à coups de klaxon. Certains ont même brulé des drapeaux français comme l’a dénoncé notre confrère français et basé à Bruxelles, Jean Quatremer qui écrit dans Libération et d’autres médias européens.

Pression sur les expatriés

Sur les réseaux sociaux, les supporters des Diables Rouges ne se sont pas gênés pour chambrer les Bleus, détournant des drapeaux de la Belgique en insérant dans la partie rouge une croix blanche, ou postant des messages comiques avec des frites pour « charrier » les Français, reprenant la sortie d’un commentaire français qui s’est à l’évidence trompé.

Post Belge sur Facebook

A la sortie de la Fans-Zone française à Bruxelles, un petit groupe de Belges attendaient même les Français pour en découdre. Les 250 000 Français sur place se sont donc fait discrets au lendemain de la victoire suisse. Certains ont réagi sur les murs des réseaux sociaux, mais avec peu de succès.

Je t’aime moi non plus

Il faut chercher les racines de cette compétition, qui peut donc déraper, dans notre histoire commune. Il y a peu de pays dans lesquels la défaite d’un adversaire est ainsi fêtée. D’ailleurs on ne peut pas dire que c’est tout le pays qui a fêté la défaite de la France, puisqu’il n’y a pas eu un seul coup de klaxon en Flandre, l’euphorie était chez les Wallons et Bruxellois francophones.

L’explication la plus simple, la plus simpliste, la plus répandue aussi c’est que les Français sont chauvins et qu’il fallait leur faire payer. Pour les Belges cette défaite française signe la fin du temps où le Belge francophone était un supporter modeste et humble est révolu. Depuis que l’équipe nationale tient le haut du pavé, ils sont aussi devenus chauvins, comme leurs cousins Français. On ne le sait que trop, le comble du chauvinisme, c’est de fêter la défaite d’un rival. Car si ils n’étaient pas du tout chauvins, comme ils l’affirment à l’inverse de nous, ce qu’ils nous reprochent, ils ne fêteraient pas la défaite de la France. Encore un paradoxe de plus dans la longue histoire franco-belge.

Laisser un commentaire