Le SNU au coeur du projet des Jeunes avec Macron 

Le SNU au coeur du projet des Jeunes avec Macron 

Nolwenn Pelven est coordinatrice des jeunes avec Macron pour les Français de l’étranger. Dans un podcast réalisé par Lesfrancais.press, elle évoque le bilan du président sortant et les desseins du mouvement pour les jeunes expatriés. 

La jeune militante s’est engagée auprès des équipes d’Emmanuel Macron lors des élections européennes de 2019, alors qu’elle vivait encore au Canada. Elle est arrivée à son poste de coordinatrice des Français de l’étranger à son retour en France. Depuis, elle est en contact permanent avec les adhérents et les référents afin de faire rayonner le mouvement et lui donner de l’envergure. 

Le premier mouvement politique des jeunesses de France

Actuellement, le mouvement les Jeunes avec Macron, ou JAM, compte plus de 31 000 adhérents à travers le monde, le plaçant ainsi à la première place du plus grand mouvement politique des jeunesses de France. Pour Nolwenn Pelven, une telle ampleur illustre la “pertinence” de la politique du président menée dans le monde durant son quinquennat. 

Si les JAM sont basés à Montréal au Canada, ils ont des référents établis aux quatre coins du globe pour être au plus près des électeurs. Europe du Nord, Benelux, Amérique du Nord, centrale et latine, péninsule ibérique, le chef de l’État continue de fédérer les jeunes Français de l’étranger. 

Aux yeux de Nolwenn Pelven, le candidat LREM attire particulièrement les jeunes grâce à sa capacité à fédérer la gauche et la droite. Une entreprise qu’il a menée à bien durant son quinquennat, sans jamais oublier la jeunesse française, toujours d’après la militante. Elle illustre ses propos à l’aide des mesures mises en place comme Un jeune, une solution, le développement du statut d’apprenti, et le taux de chômage pour cette tranche de la population qui est à son plus bas niveau depuis une quinzaine d’années. 

“Il a mis les jeunes au coeur de ses priorités” 

Nolwenn Pelven, coordinatrice pour les Jeunes avec Macron pour les Français de l’étranger

Des travaux phares 

Le gouvernement a marqué son intérêt constant pour les Français de l’étranger, d’après la JAM. Elle pense notamment à l’expansion du réseau de l’AEFE appuyée par le texte de loi de la sénatrice Samantha Cazebonne, et à la volonté du président de doubler les effectifs d’ici à 2030. Pour l’ancienne élève de l’enseignement français à l‘étranger, c’est une mesure phare et nécessaire pour faire rayonner la France dans le monde. 

Nolwell Pelvin, LREM, JAM
Échanges avec le Ministre délégué aux Français de l’étranger Jean-Baptiste Lemoyne lors du campus de rentrée de la majorité. De gauche à droite, Nolwenn Pelven (Coordinatrice et Ambassadrice JAM FDE), Alexandre Kleitman (Responsable Idées JAM FDE) et Carmine (adhérente JAM à Londres)

Le Service national universel 

Le Service national universel est un projet instauré sous le gouvernement de l’ancien premier ministre Edouard Philippe, afin de porter les valeurs de l’engagement national chez les adolescents âgés entre 15 et 17 ans. Premièrement testé dans dix-neuf départements français en 2019, il s’est étendu à l’ensemble du territoire en 2021. Seulement, il est difficilement accessible pour les jeunes de l’étranger. En effet, ils peuvent être volontaires sous deux conditions, à savoir détenir une adresse en France et pouvoir y rester suffisamment longtemps pour participer au séjour de cohésion. 

Le mouvement politique dans sa volonté de pallier le problème, a donc fait des propositions au ministre délégué aux Français de l’étranger Jean-Baptiste Lemoyne, afin de rendre ce service “universel” comme son nom l’indique. 

Une ébauche de programme pour le président sortant ? 

En plus de la proposition évoquée précédemment, les JAM souhaiteraient voir s’étendre le passe culturel à l’ensemble des Français du monde. Bien que le SNU soit leur priorité, ils espèrent que toutes leurs idées seront reprises par le futur gouvernement et pourront voir le jour. 

A trente-huit jours du premier tour de l’élection présidentielle, les militants sont sur le pont. Grâce au tractage et à la sensibilisation, ils espèrent faire adhérer un maximum de personnes à leur projet et voir leur candidat être réélu à la fonction suprême. 

Auteur

  • Mathieu Hutin est basé entre la France et la Suisse. En plus des articles et podcasts pour Lesfrancais.press, il est rédacteur en chef de la radio H20 en Savoie.

Laisser un commentaire