« Le Nouvel Empire » c’est l’Europe selon le livre de Le Maire

Généralement les livres sur l’Europe respirent l’ennui. Et les livres politiques aussi.  C’est dire si Bruno Le Maire mettait toutes les chances de son coté. Mais s’il est ministre, il est aussi écrivain. Des romans, des récits, des essais, même des programmes politiques ! Cette fois, l’homme politique se projette en homme d’Etat en décrivant les crises, les insuffisances, et le besoin d’Europe. Comme si l’action du ministre de l’économie ne pouvait faire l’économie de l’écriture et prendre le grand large. Elle lui permet sans de réfléchir, sortir du brouhaha, redevenir lui-même.

 

Le projet européen est mortel, et il est vital, dit-il. L’Union Européenne est le projet politique du nouveau siècle. Il serait absurde de la cantonner à un marché, absurde de la condamner à cause de ses défauts. Il faut la juger au regard de nos ambitions. C’est une œuvre de civilisation, face à ces deux puissances que sont les Etats-Unis et la Chine. Soit on s’unit, et on peut maitriser notre destin, car l’Europe est forte, soit les pays européens deviendront des vassaux. Classique, mais remarquablement expliqué.

 

Rarement petit livre sur l’Europe n’aura été aussi clair, aussi simple, aussi juste. Celui-ci est vif comme une épée de duellistes, et l’on voit Bruno Lemaire reprendre les défauts européens et les démonter, sans les cacher, avec adresse, et les remonter dans une perspective historique et pleinement politique.

 

Le nouvel Empire, Bruno Le Maire, Gallimard.
Le nouvel Empire, Bruno Le Maire, Gallimard.

Le Maire, qui a aussi été ministre des Affaires européennes sous Sarkozy, plaide pour le compromis avec les sceptiques et les grincheux, et l’initiative, pour dépasser les oppositions, les calculs et les intérêts. On voit l’expérience du tisserand ou du jardinier, qui sans jamais rejeter tel ou tel revient cent fois sur son métier et ses boutures. Jamais découragé par la longueur des négociations ou les tentatives mal récompensées sur la taxation des Gafas ou le budget de la Zone Euro, on sent son enthousiasme aussi lucide qu’intact.

Après tout, le nouvel Empire du vingtième siècle c’est encore l’Europe, plus que la Chine ou les Etats unis. A condition de rester unis, c’est à dire de ne pas mourir.

 

Une réflexion de haut niveau qui montre que Bruno Le Maire est peut-être à l’étroit dans son rôle de ministre de l’Economie et que le carcan  de la politique française lui pèse. Son destin le mènera-t-il ailleurs ? A cette lecture, il faut l’espérer.

 

Un petit livre très instructif qui réconcilie avec la politique, les politiciens et l’Europe.

 

Rarement petit livre sur l’Europe n’aura été aussi clair, aussi simple, aussi juste

 

 

 

Laisser un commentaire