Le défilé et le discours du 14 juillet 2022

Le défilé et le discours du 14 juillet 2022

Emmanuel Macron a présidé le défilé militaire sur l’avenue des Champs Elysées dans un contexte politique intérieur compliqué par l’absence de majorité absolue à l’Assemblée et un contexte international marqué par le retour de la guerre aux portes de l’Europe. On revient pour les Français de l’étranger sur les moments forts du défilé et le discours du 14 juillet 2022.

« Partager la flamme »

« Partager la flamme » fut le thème du défilé 2022. Une triple référence au lien armée-nation, à la flamme de la Résistance incarnée par Hubert Germain, dernier compagnon de la Libération décédé l’an dernier, et à la flamme olympique dont la France est désormais dépositaire jusqu’aux Jeux olympiques de Paris 2024. Des militaires médaillés olympiques ont d’ailleurs participé au défilé cette année.

Au total, quelque 6300 personnes ont défilé dont près de 5000 à pied. Le spectacle a mobilisé 64 avions, un drone, 25 hélicoptères, 200 chevaux et 181 véhicules motorisés. Selon le ministère de l’Intérieur, 125.000 policiers et gendarmes ont été par ailleurs mobilisés sur l’ensemble du territoire pour les festivités.

Parmi les défilants on a pu identifier les 14 unités des troupes de marine, qui fêtent leurs 400 ans d’existence. Des opérateurs du Commandement des opérations spéciales (COS), qui souffle ses 30 bougies, étaient également présents.

Un final tout en chansons

Le gouverneur militaire de Paris, Christophe Abad, en confiant l’organisation du tableau final au sergent-chef de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris, a permis à celui-ci de concrétiser le projet qu’il portait depuis deux ans avec Candice Parise. Ce final fut donc constitué d’un medley qui rendit hommage au Chant des partisans, à Joséphine Baker ainsi qu’à Jean-Paul Belmondo.

Un message envoyé à Vladimir Poutine

La France n’est pas en guerre avec la Russie. Emmanuel Macron l’a dit. Mais sur les Champs-Élysées, ce 14 juillet, notre pas n’en a pas moins envoyé un message clair à Vladimir Poutine puisque l’Ukraine et ses voisins immédiats y seront mis à l’honneur.

Le défilé des troupes à pied fut en effet ouvert ce matin par neuf pays, tous frontaliers de la Russie : l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Pologne, la République tchèque, la Slovaquie, la Hongrie, la Roumanie et la Bulgarie. Et derrière ont suivi les soldats français projetés dans le cadre des missions de réassurance sur ce flanc est de l’Europe, tandis que 250 Castrais du 8e RPIMa viennent d’assurer leur relève, à Constanta, en Roumanie…

L’interview du 14 juillet du Président de la République

Le président de la République a conclu cette matinée nationale en intervenant à 13h10, sur TF1 et France 2. Ce n’est que la deuxième fois en cinq ans de mandat qu’Emmanuel Macron se prête au jeu de cet exercice. Pourtant, il s’agit d’une tradition républicaine, instaurée en 1978 par Valéry Giscard d’Estaing et popularisée par Jacques Chirac.

La problématique énergétique

« Le dérèglement climatique est là. On doit faire face et se protéger », affirme Emmanuel Macron. « On doit accélérer la réponse », affirme-t-il promettant une loi d’urgence sur l’énergie renouvelable.

Un effort d’autant plus important que « Nous devons nous préparer à un scénario où il faut nous passer en totalité du gaz russe. » comme l’indiquait Emmanuel Macron. « Face à ça, mobilisation générale », demande-t-il. Au delà de la gestion des stocks, « on doit rencontrer collectivement dans une logique de sobriété », ajoute-t-il, souhaitant un « plan pour être en situation de consommer moins ».

Réformer le travail

Le président a longuement parlé du travail. Il a réaffirmé sa promesse de campagne de conditionner le RSA à des heures de formations ou de travail. « Il n’y a pas de modèle social s’il n’y a pas du travail pour le financer », affirme-t-il. Il a aussi abordé la réforme du lycée professionnel, ainsi que l’objectif d’avoir 1 million d’apprentis.

Sur les salaires, il évoque la hausse du SMIC prévue automatiquement suite à l’inflation. Le président veut aussi faire « un travail avec toutes les branches professionnelles où le salaire minimum est en dessous du SMIC ». Il demande aux entreprises de mieux accompagner leurs salariés.

La réforme des retraites

« Je me suis engagé pendant la présidentielle en disant qu’on va progressivement reculer l’âge de départ à la retraite jusqu’à 65 ans », rappelle-t-il. « Nous devons travailler plus et plus longtemps, il n’y a pas de doute », explique Emmanuel Macron.

Il ne donne pas plus de détails sur les contours précis de la réforme qu’il souhaite. La discussion aura lieu « au sortir de l’été ».

L’absence de majorité

Emmanuel Macron craint-il un blocage à l’Assemblée nationale alors qu’il n’a pas de majorité ? « Non, car je crois à la responsabilité politique des formations politiques qui sont à l’Assemblée », répond le président. « Il n’y a de majorité contre le gouvernement, qu’avec cet attelage baroque [entre LR, RN et la Nupes] », ajoute-t-il.

« Les Français m’ont accordé leur confiance », aux deux tours de la présidentielle. Selon lui, la majorité relative démontre la volonté de « compromis » des Français.

Gouverner par référendums

« J’irai devant les Français, il faut utiliser tous les moyens pour que notre démocratie soit plus vivante, par des conventions citoyennes et par des référendums », promet Emmanuel Macron.

3 objectifs pour la France de 2027

Emmanuel Macron donne ses trois objectifs : 

– « rendre la France plus indépendante »

-« gagner la bataille du climat »

– « pour l’égalité des chances »

Regardez le replay intégral du 14 juillet 2022

Auteur

  • L'AFP est, avec l'Associated Press et Reuters, une des trois agences de presse qui se partagent un quasi-monopole de l'information dans le monde. Elles ont en commun, à la différence de son prédécesseur Havas, de ne pas avoir d'actionnaire mais un conseil d'administration composé majoritairement d'éditeurs de presse.

Laisser un commentaire