L'adhésion de la Bulgarie et de la Roumanie à l’espace Schengen

L'adhésion de la Bulgarie et de la Roumanie à l’espace Schengen

Le Parlement néerlandais a adopté jeudi (20 octobre) une résolution stipulant que les Pays-Bas devaient s’opposer à l’adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie à l’espace Schengen de libre circulation.

Cette nouvelle intervient deux jours après que le Parlement européen a adopté à une écrasante majorité une résolution demandant aux États membres de l’espace Schengen de permettre à la Roumanie et à la Bulgarie de rejoindre sans plus tarder l’espace de libre circulation.

L’eurodéputée néerlandaise Sophia in ‘t Veld a déploré cette décision, indiquant que, si son parti — les Démocrates 66 (Democraten 66, D66) — est favorable à leur accession, d’autres membres du gouvernement ne le sont pas.

Mme in ‘t Veld affirme regretter « profondément » cette décision et rappelle que son parti « a voté contre la résolution » du parlement et qu’ils souhaitent que « la Roumanie et la Bulgarie rejoignent immédiatement l’espace Schengen » car ils ont rempli les critères nécessaires.

« Vous devez comprendre que tout le monde aux Pays-Bas n’est pas contre [l’entrée des deux pays dans l’espace de libre circulation] », a ajouté Mme in ‘t Veld, selon l’agence de presse roumaine Agerpress.

Le Romania Journal rapporte que les eurodéputés néerlandais auraient demandé au gouvernement de Mark Rutte d’opposer son veto à l’adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie à Schengen car ils souhaitent analyser le fonctionnement de l’État de droit et la réduction de la corruption et du crime organisé dans les deux pays.

La décision adoptée par le parlement néerlandais stipule que la prévalence de ces problèmes dans un pays membre de l’espace de libre circulation « peut entraîner de graves problèmes pour le fonctionnement du contrôle des frontières du pays concerné et constitue donc un risque pour la sécurité des Pays-Bas et de l’ensemble de l’espace Schengen ».

Le Premier ministre roumain Nicolae Cuca a déclaré que l’adoption de cette résolution ne le dérangeait pas, car la Roumanie avait fait tout ce qui était nécessaire pour remplir les conditions techniques d’adhésion. Il s’agit notamment du respect des points mentionnés dans la résolution néerlandaise.

Il a poursuivi en invitant les fonctionnaires néerlandais à effectuer une visite dans le pays s’ils pensaient qu’il y avait de quelconques problèmes.

Alors que la Croatie est en passe de rejoindre l’espace Schengen, les seuls États membres de l’UE qui restent en dehors de la zone de libre circulation de l’Union sont la Bulgarie, la Roumanie, Chypre et l’Irlande.

L’espace Schengen comprend également des États non-membres de l’UE, à savoir l’Islande, la Norvège, la Suisse et le Liechtenstein.

© Toute l’Europe

La réaction du président bulgare

S’adressant aux journalistes bulgares à son arrivée au Conseil de l’UE vendredi (21 octobre), le président bulgare Rumen Radev a commenté la décision du parlement des Pays-Bas, indiquant que Sofia et Bucarest étaient devenues les otages de la politique intérieure néerlandaise.

Toutefois, il affirme que cette situation ne durera pas longtemps.

« Le plus important, c’est que tous les pays soutiennent la Bulgarie », a-t-il déclaré, évoquant ses entretiens avec le président français Emmanuel Macron, le chancelier allemand Olaf Scholz et un certain nombre d’autres dirigeants des États de l’espace Schengen.

« Les Pays-Bas sont désormais seuls », a-t-il ajouté.

Interrogé sur ses attentes quant à une solution sous l’actuelle présidence tchèque du conseil de l’UE, il a laissé entendre que malgré les tentatives du Premier ministre tchèque Petr Fiala, la question trouverait probablement sa solution après les élections néerlandaises du printemps.

« Il faut beaucoup d’efforts de communication pour expliquer l’importance de la Bulgarie pour la sécurisation de la frontière commune de l’UE », a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire