La Russie à la recherche d’un nouveau modèle de développement

La Russie à la recherche d’un nouveau modèle de développement

Jeudi 4 juin, le nombre de personnes contaminées par la Covid-19 en Russie a atteint plus de 441 000.

Celui des décès liés à ce virus était de 5 384. La Russie reste le troisième pays avec le plus de contaminations signalées dans le monde, derrière le Brésil et les États-Unis, mais le nombre de décès y est faible. Depuis le milieu du mois de mai, l’épidémie semble refluer en particulier à Moscou qui a été particulièrement touchée en comptabilisant plus de la moitié des morts. Les autorités expliquent le nombre élevé de cas par une politique systématique de test, plus de 11,1 millions depuis le début de l’épidémie. Par ailleurs, dans les statistiques, seuls les décès dont la cause première est le Covid19 sont recensés quand la quasi-totalité des morts de personnes positives au nouveau coronavirus sont prises en compte dans d’autres pays.

Déconfinement depuis le 11 mai

Depuis le 11 mai, les activités économiques et de loisirs redémarrent en Russie. Au niveau politique, Vladimir Poutine a annoncé la tenue le 1er juillet d'un référendum d'adoption de la réforme constitutionnelle, vote qui avait été reporté à cause de l'épidémie.

L’économie russe a été particulièrement touchée par l’épidémie et par la chute du cours du pétrole. Le PIB a dû connaître une contraction de près de 10 % au deuxième trimestre après une faible augmentation au premier. Pour l’ensemble de l’année, une diminution de 5 à 6% est attendue. La division par deux du prix du baril réduit fortement les recettes de l’État et met en difficulté un des premiers secteurs économiques du pays. Les autorités russes souhaitent profiter de la crise actuelle pour réduire la dépendance du pays au pétrole et au gaz.

Un plan de relance de 65 milliards d’euros

Vladimir Poutine a annoncé, au début du mois de juin, un plan de relance de 65 milliards d’euros. Ce montant apparaît faible au regard des sommes engagées en Europe ou aux États-Unis. Ce plan vise à soutenir les PME et les investissements notamment dans les infrastructures via des partenariats public-privé. Des mesures en faveur des exportations sont prévues. Les autorités souhaitent également réduire les importations. L’accent est mis sur le tourisme intérieur et sur l'innovation technologique. Le financement du plan n’a pas été encore mentionné. Un débat s’est ouvert sur l’utilisation des ressources du Fonds souverain doté d’au moins 130 milliards d’euros. La Russie bénéficie d’abondantes réserves de change alimentées par les excédents commerciaux de ces dernières années. La dette publique est faible, 15 % du PIB. Le solde budgétaire, positif en 2019, s’élevait à 1 % du PIB.

Le Gouvernement russe espère une stabilisation de la situation en 2021 et retrouver le niveau d’avant crise en 2022. L’évolution du prix du pétrole sera déterminante pour le retour à la normale. Il a accepté à contrecœur de participer au plan de réduction de la production avec les membres de l’OPEP portant sur 10 millions de baril jour. Avec le déconfinement, le prix du baril est orienté à la hausse. Il était proche de 40 dollars jeudi 4 juin. Pour la Russie, l’objectif est de retrouver un cours autour de 60 dollars.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire