La France, une future référence du tourisme durable

La France, une future référence du tourisme durable

Alors que la reprise touristique se confirme, en dépit du contexte géopolitique international et d’une situation sanitaire toujours fragile, Atout France et l’ADEME ont signé, mercredi 13 avril, une convention qui marque une nouvelle étape pour la transition écologique du secteur tourisme en s’appuyant notamment sur le plan Destination France 2030.

Ce partenariat s’attache notamment à favoriser la concrétisation d’investissements et surtout de réinvestissements exemplaires en matière de tourisme durable.

Atout France et l’ADEME uniront également leur expertise pour participer à l’élaboration d’un premier tableau de bord du tourisme durable français au soutien des ministères pilotes et travailleront de concert pour inciter les hébergements classés à accélérer leur transformation durable.

Plus que jamais, la transition écologique constitue la meilleure garantie de développer une stratégie de valeur pour le tourisme français bénéficiaire à tous : territoires, entreprises, visiteurs, salariés et habitants.

ADEME, l’agence pour la transition énergétique

Au lendemain du choc pétrolier de 1973 , le gouvernement français engage une politique de rationalisation de la consommation d’énergie. Celle-ci est à l’origine de la création de plusieurs structures qui fusionnent en 1990 pour créer l’ADEME. L’agence se développe au moment où la prise de conscience de l’urgence environnementale et climatique grandit, à l’échelle nationale et internationale.

L’ADEME commence à fonctionner le 1er janvier 1992. Elle est investie de cinq missions :

  • la prévention et la lutte contre la pollution de l’air
  • la limitation de la production de déchets, leur élimination, leur récupération et leur valorisation
  • la protection des sols et la remise en état des sites pollués
  • la réalisation d’économies d’énergie et de matières premières, le développement des énergies renouvelables, notamment d’origine végétale, le développement d’énergies propres et économes
  • la lutte contre les nuisances sonores

Atout France, l’agence dédiée au tourisme

Atout France est l’opérateur de l’État chargé de renforcer le positionnement de la destination France à l’international et d’accompagner le développement de l’offre touristique française.

Afin de maintenir la compétitivité de la destination, Atout France favorise le montage de projets d’investissements dans les territoires grâce au programme France Tourisme Ingénierie, et pilote différents dispositifs visant à optimiser la satisfaction des voyageurs : classement des hébergements touristiques, immatriculation des opérateurs de voyages, label Vignobles & Découvertes.

L’Agence met par ailleurs à la disposition des professionnels du tourisme des outils d’observation et de compréhension de la demande touristique afin de leur permettre d’adapter leur offre.

Atout France construit par ailleurs, en partenariat étroit avec ses partenaires (1200 professionnels du tourisme), des actions de marketing et de communication leur permettant de renforcer leur visibilité à l’international (grâce à un réseau de 32 bureaux répartis dans 29 pays) et de s’y développer.

Enfin, l’Agence accompagne l’adaptation de l’offre touristique aux nouvelles attentes des visiteurs en matière de développement durable, de nouveaux services et de digitalisation.

Le touriste, ce grand pollueur ?

Publiée dans la revue scientifique Nature climate change, une étude vient de révéler que le tourisme mondial serait à l’origine de 8% des émissions de gaz à effet de serre. Menées par des chercheurs des universités de Sidney, de Queensland et de Cheng Kung, les recherches révèlent que les vecteurs de pollution liés au tourisme sont nombreux : on y retrouve aussi bien les transports que l’alimentation, l’hébergement ou les achats voyageurs. Jusque-là, les études portant sur l’impact environnemental du tourisme n’avaient jamais pris en compte la consommation de biens et services dans leurs mesures.

Cette étude avait donc pour objectif de rendre compte de l’empreinte carbone de l’activité touristique. Les scientifiques ont donc analysé les données de flux touristiques sur 160 pays entre 2009 et 2013. Les résultats sont éloquents : les émissions sont trois fois supérieures aux provisions et précédentes évaluations, et surtout on en observe une forte croissance. En 2009, le tourisme représentait une émission de 3,9 milliards de tonnes de CO2, tandis qu’en 2013 , ce chiffre avait déjà grimpé de 4,5 milliards de tonnes. Lorsque l’on sait que le tourisme mondial a augmenté de 7% uniquement sur l’année 2017, on ne peut que redouter les chiffres actuels. Il faut cependant préciser que dans ce compte-rendu, les déplacements professionnels n’ont pas été dissociés du tourisme vacancier.

D’après les experts, les principaux pôles de pollution seraient les trajets et séjours intérieurs. Les États-Unis arrivent en tête de liste et représentent à eux-seuls un quart de cette pollution. Ils sont suivis de la Chine, puis, entre autres, de l’Allemagne, l’Inde ou encore le Mexique. Les états insulaires sont également fortement mis en cause car les Maldives, les Seychelles ou Chypre restent des destinations très populaires. Dans ces pays, 30 à 80% des émissions de CO2 sont générées par le tourisme.

Le tourisme vert plébiscité par les touristes français

Selon une enquête Booking : « 72 % des voyageurs considèrent qu’une action immédiate est indispensable, et que les populations devraient opter pour des alternatives touristiques durables, afin de sauver la planète pour les générations futures. » Cette enquête délivrée par le géant de la réservation en ligne met bien l’accent sur l’envie des touristes de se tourner vers des offres plus responsables.

Tourisme de masse et durabilité sont intrinsèquement liés. Les nouvelles tendances amplifiées par les confinements en 2020, rassemblent les voyageurs autour des questions de préservation de l’environnement et du poids du tourisme. Certaines réalités frappent durement les acteurs touristiques.

Auteur

  • Loic Pautou est un jeune français parti en VIE au Vietnam et qui n'est jamais revenu. Propriétaire d'une agence de tourisme à Hanoi, il écrit aussi pour Lesfrancais.press et le Guide du Routard

Laisser un commentaire