La France débloque 650 millions d’euros dans la santé numérique

La France débloque 650 millions d’euros dans la santé numérique

Le ministre de la Santé et des Solidarités, Olivier Véran, a annoncé lundi 18 octobre un plan d’investissement de 650 millions d’euros, répartis en cinq axes, pour accélérer sa stratégie du numérique en santé, dans le cadre du plan innovation santé 2030. 

Rapprocher les patients du système de santé

« Les dispositifs médicaux numériques ne sont pas des gadgets ou une simple tendance vaguement futuriste. Ils sont l’avenir de notre système de soins et les moteurs d’une triple ambition : anticiper, prévenir, traiter », a déclaré Olivier Véran lundi soir (18 octobre) à Station F à Paris. 

Le ministre de la Santé était entouré de la ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal, de la ministre déléguée en charge de l’Industrie Agnès Pannier-Runacher, et du secrétaire d’État chargé du Numérique Cédric O. 

« Le numérique en santé ne se substitue en aucun cas à la médecine humaine et au face-à-face avec un professionnel de santé. Au contraire, le numérique en santé permet de rapprocher les patients de notre système de santé », a précisé M. Véran. 

Pour développer le digital en santé, la stratégie s’articulera autour de cinq axes. Pour le cabinet du ministre, il s’agit d’un réel « tournant » pour le secteur médical, une véritable « arme » pour diversifier l’offre de soins. 

La majeure partie du budget de l’État, 202 millions d’euros, sera dédiée à l’émergence d’un leadership français en matière de recherche et d’innovation. Numérique pour la prévention, téléconsultations, robotique chirurgicale, dispositifs médicaux basés sur l’intelligence artificielle… Les ambitions de la stratégie du numérique en santé en termes d’innovation couvrent de nombreux domaines.

« La France a tous les atouts pour être leader de la santé numérique et à l’heure où l’on entend des discours nostalgiques, voire déclinistes, sur la grandeur supposée perdue de notre pays, je crois qu’il y a dans le numérique en santé une occasion en or de retrouver le goût des conquêtes, pour faire rayonner notre savoir partout dans le monde », a déclaré le ministre à Station F lundi.

Le deuxième plus gros investissement, 168 millions d’euros, servira au financement de programmes d’expérimentations afin de tester les innovations des services numériques de santé sur le terrain, c’est-à-dire dans des structures médicales. 

« Une difficulté récurrente et importante des projets en santé numérique est le passage de la conception d’un prototype à un produit éprouvé dans des conditions réelles », constate le gouvernement dans un communiqué de presse.  

Evaluations cliniques

À cela s’ajoute la réalisation d’évaluations cliniques, « dans le respect des démarches de qualité et réglementaires indispensables aux dispositifs médicaux », afin d’obtenir des marquages comme le CE qui prouve que le produit répond aux exigences européennes en matière de sécurité, de santé et d’environnement. 

81 millions d’euros seront ensuite consacrés à la formation des professionnels de la santé afin qu’ils puissent développer les compétences nécessaires pour répondre de façon efficace à la digitalisation de leur secteur. Les patients seront également formés afin de lutter contre la fracture numérique. 

« Parler numérique en santé, cela peut faire craindre une médecine déshumanisée où chaque patient serait laissé seul avec les nouvelles technologies », a expliqué Olivier Véran.

Le gouvernement prévoit également le lancement de programmes et équipements prioritaires de recherche exploratoires (PEPR) afin de concentrer les efforts des scientifiques dans le but de « positionner la France comme leader dans ses innovations du futur », peut-on lire dans le communiqué de presse. Au total, 60 millions d’euros supplémentaires seront consacrés à l’innovation scientifique. 

Enfin, la dernière partie du budget, 35 millions d’euros, servira au déploiement « à grande échelle » du numérique en santé en France puis à l’international. Pour suivre le développement du secteur et son attractivité, un baromètre de la santé numérique sera publié courant 2022. 

Les fonds restants, une centaine de millions d’euros, seront versés aux projets retenus dans le cadre de « Santé Numérique » début 2022. 

Laisser un commentaire