La Chandeleur en France et dans le monde

La Chandeleur en France et dans le monde

En France, nous fêtons la Chandeleur le 2 février en dégustant de délicieuses crêpes. Une tradition que nous partageons sous de nombreuses formes avec de nombreux pays à travers le globe. Le saviez-vous, cette fête chrétienne est en fait inspirée de festivités païennes. Et même si la crêpe ne fait pas toujours partie du décorum, chaque pays propose sa propre spécialité gourmande. Embarquez pour un tour du monde des Chandeleurs !

Des débuts incertains…

Les racines de cette célébration semblent remonter au Vème siècle, avec les premiers chrétiens. Dans les faits, des fêtes païennes existaient déjà pour célébrer le retour du soleil sous la forme… d’une crêpe. Ces réunions furent souvent l’occasion d’une ode à la fertilité avec son lot de superstitions et ainsi l’apparition du fameux envoi de la crêpe dans les airs. Le nom en revanche est bien lié à la religion puisqu’il s’agit au départ d’allumer des chandelles pour l’arrivée des pèlerins à Rome. Le pape aurait eu ainsi l’idée d’offrir des galettes aux nouveaux arrivants afin qu’ils se nourrissent de blé (et de lumière). Ailleurs dans le monde, il est question aussi de fertilité et de célébrer les premières semences avec les retours des beaux jours. On embarque…

El Día de la Candelaria au Mexique, le jour des tamales

Au Mexique, les célébrations religieuses sont une affaire sérieuse. Le 2 février est un jour férié au Mexique, et celui qui trouve la fève le jour des rois doit ensuite organiser la Chandeleur. Ainsi, le jour de la chandeleur, ou Día de la Candelaria, les Mexicains se réunissent pour déguster des tamales. Il s’agit de petits pains de maïs cuits à la vapeur dans des feuilles, garnis d’une farce qui peut être sucrée ou salée. Une spécialité datant de l’époque précolombienne. Les Mexicains célèbrent aussi le jour de la Chandeleur en habillant de vêtements chics des poupées de l’enfant Jésus avant de les apporter pour la messe en vue d’une bénédiction. 

Le jour de la marmotte en Amérique du Nord et ses pancakes

Aux États-Unis et au Canada, on célèbre le jour de la marmotte en ce début de mois de février ! En effet, le réveil des marmottes y est très attendu. La croyance veut que, selon la façon de se mouvoir de la marmotte au sortir de son hibernation, l’hiver touche ou non bientôt à sa fin. Ainsi, si la marmotte bondit hors de son terrier sans voir son ombre, cela signifie que le printemps est proche. Autre différence notable, la crêpe gagne ici beaucoup en épaisseur et en moelleux, remplacée par le pancake. On déguste ce dernier bien chaud et recouvert de sirop d’érable.

Le Liichtmëssdag au Luxembourg

Au Luxembourg, la Chandeleur ou Liichtmëssdag, est entièrement dédiée aux enfants et célébrée dans son sens le plus littéral. En effet, la fête des chandelles y est marquée par des processions d’écoliers parcourant leur quartier munis de lanternes colorées. Ces lanternes faites mains et fabriquées en classe ou à la crèche, sont ainsi appelées Liichtebengelcher. Le 2 février, les écoliers vont ainsi quémander à leurs voisins des sucreries ou de l’argent, tout en chantant des airs traditionnels. 

Le pancake day en Angleterre

Les fêtes anglaises ne se tiennent pas à proprement parler le 2 février, mais avoisinent cette date. Ainsi, le début du mois est marqué par la célébration du Pancake Day, ou mardi gras. Une journée qui, suivant la tradition, est marquée par les pancakes races, entendez une course aux crêpes ! Les participants doivent alors courir le plus rapidement possible tout en faisant sauter leur crêpe. Bien évidemment, le but est d’éviter de la faire tomber. Cette tradition atypique est surtout observée à Londres, où même les politiciens prennent part au jeu afin de récolter des fonds caritatifs. Quel que soit le pays où elle est célébrée, et les traditions qui l’accompagnent, la chandeleur ne manque finalement jamais de gourmandise !

Auteur

  • Chantal Julia est maitre de conférence en Suisse. Après plusieurs années à l'Université de Lettre Paris 1, Chantal a suivi son compagnon à Lausanne où elle enseigne toujours la littérature française. Elle écrit pour différents magazines universitaires et Lesfrancais.press

Laisser un commentaire