Industrie et lutte contre le réchauffement climatique

Industrie et  lutte  contre  le  réchauffement  climatique

Depuis  plus  de 20 ans, l’économie  mondiale  se  tertiarise  au  détriment  de  l’industrie.  Cette déformation  de  la  production  avait  comme  vertu  de  ralentir  les  émissions  de  gaz  à  effet de  serre  en  réduisant  la  consommation  de  matières  premières  et  de  d’énergie.

Les  plans  de  relance  contribuent  à  l’augmentation  de  la  demande  en  produits industriels    

Depuis  le début  de  la  crise  du  Covid,  la  structure  de  la  demande  évolue  fortement en  faveur  des biens.  Les  ménages  tendent  à  acheter  davantage  de  matériel  informatique  et électronique  ainsi  que  des  biens  d’équipements  pour  leur  logement quand,  les entreprises,  de  leur  côté,  investissent  dans  des  matériels  nécessaires  à  la digitalisation, au  télétravail  et  à  la  transition  énergétique. 

Les  plans  de  relance, comme celui de l’UE,   contribuent  également à  l’augmentation  de  la  demande  en produits  industriels  et  en  produits  destinés  au bâtiment  ainsi  qu’aux  travaux  publics.  Cette  évolution  constitue  donc  une  rupture  par rapport  à  un  cycle  engagé  dans  les  années  1990  et  qui  s’était  accéléré  avec  la  crise  des subprimes.   

Si  jusqu’en  2002,  la  production  industrielle  pour  les  pays  de  l’OCDE  progressait  au  même rythme  que  le  PIB,  un  premier  décrochage  est  intervenu  entre  2002  et  2007. De  2010  à 2019,  la  production  industrielle  progresse  faiblement  en  volume  quand  le  PIB  s’accroît de  plus  de  16 %.  

Ce  phénomène  est  encore  plus  net  pour  l’ensemble  de  l’économie mondiale.  Plusieurs facteurs  ont  contribué  à  la  forte  croissance  du  secteur  tertiaire.  Plus le  niveau  de  vie  des  ménages  augmente,  plus  la  part  du  budget  consacrée  aux  services progresse.  Ces  vingt  dernières  années,  les  populations  des  pays  émergents  ont  connu une  forte  progression  de  leur  pouvoir  d’achat,  conduisant  à  une  expansion  du  secteur tertiaire.  Les  loisirs,  les  services  à  la  personne  et  la  santé  connaissent  une  progression plus  rapide  que  celle  du  PIB  avec  l’accroissement  des  classes  moyennes.

Un  vif  mouvement  de désindustrialisation    

Au  sein  des pays  occidentaux,  le  vieillissement  de  la  population  contribue  au développement  des services.  La  saturation  des  besoins  en  produits  industriels  a  pu  également  jouer.  Cette transformation  de  la  demande  a  conduit à  la  création  d’emplois  dans  les  services,  emplois moins  sophistiqués  et  moins  payés.

Le  ratio  pétrole/PIB  a  diminué  de  40%.    

Les  pays  de  l’OCDE  ont  connu  un  vif  mouvement  de désindustrialisation,  accentué  par le  développement  industriel  des  pays  d’Asie  du  SudEst.  Cette  mutation  a  pour conséquence  une  moindre  progression  des  émissions  des  gaz à  effet  de  serre.  Pour  l’OCDE,  le  volume  des  émissions  ont,  en  vingt  ans,  pour  un  point de  croissance,  baissé  de  60 %.  Pour  l’ensemble  de  l’économie  mondiale,  la  diminution est  de  40 %.  Depuis  2009,  la  consommation  de  métaux  au  sein  de  l’OCDE  a  diminué  de 30 % ; pour l’ensemble  de  l’économie  mondiale,  la  hausse  a  été  de  5 %.  De  1990  à  2019, le ratio  consommation  de  pétrole  sur  PIB  a  diminué  de  40 %.  La  croissance  est  moins consommatrice  de  produits  pétroliers.  Cette  évolution  est  la  conséquence  d’une  plus grande  efficience  dans  l’utilisation  des  matières  premières  et  de  l’énergie  et  de  la moindre dépendance  de  la  croissance  à  la  production  industrielle.   

Cette  évolution  favorable  au  climat  est-elle  durable ?  La  crise  sanitaire  semble  prouver le  contraire.  L’épidémie  a  provoqué  une  hausse  rapide  et  forte  de  la  demande  en  produits industriels.  En  raison  des  confinements  et  de  l’essor  du  télétravail,  les ménages  ont augmenté  leurs  dépenses  en  produits  informatiques  et  électroménagers  ainsi  que  celles liées  à  l’équipement  des  logements.

La  transition  énergétique  pourrait  provoquer  dans  un  premier  temps  une  augmentation des  émissions  des  gaz  à  effet  de  serre.  Les  investissements  nécessaires  pour  la décarbonation  de  la  production  sont  sources  d’émissions  de  CO2.  La  fabrication d’éoliennes,  de  panneaux  solaires,  le  remplacement  des  véhicules,  l’isolation  des logements,  etc.  donnent  lieu  dans  le  cadre  des  circuits  de  production  à  de  fortes émissions  de  gaz  à  effet  de  serre.  Faute  de  pouvoir  circuler  facilement  ou  librement, les ménages pourraient  à nouveau privilégier l’équipement  de  leurs  logements.  Il  en résultera une  augmentation  de  la  consommation  de  matières  premières  et  des  émissions  de  CO2. 

Pour  respecter  les  objectifs  climatiques,  les  États  ne  pourront  plus  compter  sur  le  déclin de  l’industrie,  d’autant  plus  qu’au  sein  de  l’OCDE,  la  tendance  est  à  la relocalisation. Afin  de  contenir  l’augmentation  de  la  température  à  l’échelle  mondiale  à  1,5  degré,  ce dont  doutent  de  plus  en  plus  les  scientifiques  du  GIEC,  les  États-Unis,  l’Europe,  le  Japon et  la  Chine  sont  censés  faire  disparaître  les  émissions  nettes  de  CO2  entre  2050  et  2060. Cet  objectif  ambitieux  peut-il  être  réalisé  en  maintenant  un taux  de  croissance  de l’économie  mondiale  autour  de  3%  nécessaire  pour  améliorer  la situation  des  pays  en développement  et  émergents?  Faut-il  que  les  pays  dits  avancés acceptent  une décroissance?

Une  plus  grande  efficience  dans  les  processus  de production    

De  1990  à  2019,  les  émissions  de  CO2  ont  progressé  de  60% ;  depuis 2009,  la hausse  est  plus  contenue,  +12,5 %  sur  ces  dix  dernières  années  en  lien,  par ailleurs,  avec  un  affadissement  de  la  croissance.

La  nécessité  d’une  décorrélation  entre croissance  et  émission  de  gaz  à  effet  de  serre  s’impose.  Cela  suppose  de  réelles avancées  technologiques  en  matière  d’énergie  décarbonée,  dans  le  domaine  de  la construction  de  bâtiments  (l’acier,  le  béton  et  le ciment  sont  des  importants  émetteurs) ou  de  l’agriculture.  La  recherche  d’une  plus  grande  efficience  dans  les  processus  de production  industrielle  sera  donc  indispensable;  l’autre  voie,  difficilement  acceptable, étant  la  décroissance.

Laisser un commentaire