Guerre d’imbéciles, armes subtiles

Guerre d’imbéciles, armes subtiles

Chars ou pas chars ? Les Allemands hésitent à s’engager avec les Danois et les Polonais, presque seuls. Ils attendent que les Américains en fassent autant. La France a déjà envoyé des AMX, chars légers. Pour les Leclerc, chars lourds, « pas de tabou », dit Sébastien Lecornu, ministre de la Défense, mais des questions : manqueront-ils aux armes françaises ? (Même si le conflit de haute intensité que l’on craint a déjà lieu : en Ukraine.) Seront-ils utiles ? Car il faut savoir les entretenir. Quelle est l’étape suivante ?  Après les chars, des avions, des missiles ? Et s’ils s’en servaient pour frapper dans la profondeur, des villes, comme les Russes, impunément ? N’est-ce pas l’intérêt des Ukrainiens : l’extension de la guerre ? A contrario, qu’est-ce qu’aider si c’est aider à demi ? Refuser chars, avions, missiles, c’est faire durer la guerre. La Russie ne peut plus gagner, sans ces armes l’Ukraine non plus.

Sébastien Lecornu, Secrétaire d’État auprès du ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire dans son bureau au Ministère. Sa veste de gendarme réserviste est toujours dans son bureau. ©AFP/Paris Match

La guerre est une stupidité, surtout quand elle est conduite par des imbéciles.  

La guerre est une stupidité, surtout quand elle est conduite par des imbéciles. Ressusciter l’Otan, y pousser la Suède et la Finlande, transfigurer le nationalisme ukrainien, chasser un million de jeunes Russes, tomber en panne à Kiev, fuir à Kharkov, se retirer de Kherson, envoyer ses hommes à la boucherie, seul un génie, mauvais, très mauvais, pouvait l’accomplir. Ces frappes sur les civils, ces villes rasées, ces enfants déportés, cette télévision qui appellent à détruire Londres, à provoquer un tsunami dans l’Atlantique, à gommer cette « France qui ne devrait plus exister » (et dire qu’il y a des Français pour lui trouver des excuses), quelle subtile propagande :  les Chinois, désormais, le prennent pour un fou. 

Ils ont tort. Il n’est pas fou, il est ce qu’il a toujours été, un esprit étroit, borné, simpliste, qui a consolidé son pouvoir en s’entourant de plus médiocres.

Comment en sortir ? La question n’est pas tant celle des chars que des buts de guerre, des objectifs de paix. Est-il possible de conclure un accord avec Poutine, sans lui laisser en permanence un revolver sur la tempe ? Et peut-on menacer 6000 têtes nucléaire ? Les armes à employer ne sont pas seulement celles des militaires.

Le pouvoir russe a raison de dénoncer l’ennemi intérieur : Ils sont heureusement plus nombreux qu’il ne le croit.  

Les chars, peuvent avancer, jusqu’où ? Il n’y a de paix que lorsque l’ennemi reconnaît sa défaite et se trouve mis dans l’impossibilité de prendre une revanche. Poutine peut-il reconnaître une défaite, à supposer qu’elle arrive ? Non, et c’est pourquoi il ne faut pas l’humilier, prévoyait Macron. Maintenant, les bornes étant franchies ? La seule façon durable d’installer la paix est la menace d’un autre système de pouvoir en Russie. Est-ce possible ? Son éventualité est la seule façon d’affaiblir Poutine, le conduire à renoncer à l’Ukraine. Lénine avait tout abandonné à la paix pour garder le pouvoir. Le pouvoir russe a donc raison de dénoncer l’ennemi intérieur, les « agents de l’étranger » : Ils sont heureusement plus nombreux qu’il ne le croit. 

Les pays occidentaux arment l’Ukraine, ils doivent réveiller la Russie. Avec plus d’un million d’exilés, avec leurs familles déboussolées, les canaux sont considérables. Dire que les Russes sont habitués à la soumission, qu’aucun changement n’est possible, c’est ignorer la chute du tsarisme comme celle de l’URSS ; c’est oublier que les guerres de la Russie ont, quatre fois sur cinq, déclenché des crises de régime. C’est surtout mépriser les Russes : il y a des lecteurs de Boulgakov et Grossman sur le front.

Et c’est mépriser les nouveaux instruments de la guerre hybride. Sur les 80 milliards d’aide accordés à l’Ukraine, combien pour la guerre nouvelle ? Désorganiser l’arrière, les hiérarchies, les confiances, la fiabilité des communications, multiplier les réseaux libres, tout cela se fait, mais en petit, au compte-goutte, avec des moyens individuels.

Ce sont des associations qui ont réalisé le clip alertant l’opinion publique sur la déportation des enfants ukrainiens.  

Ce sont des associations qui ont réalisé le clip alertant l’opinion publique sur la déportation des enfants ukrainiens, elles qui ont porté plainte pour « génocide ». Il faut que les familles russes le voient, y compris les familles d’accueil.

Si les dirigeants occidentaux consacraient 1% seulement de leur aide à ce type d’action, Poutine aurait peur des ombres du Kremlin. 300 millions de dollars ont été distribués par ses sbires à leurs relais occidentaux dans 20 pays. Poutine explique que Maidan était un coup d’Etat ? Chiche ! Qu’il en craigne un ! Inutile d’attiser les complots, la vérité suffit à abattre un pouvoir construit sur le mensonge. Mettre le crime et ses complices en pleine lumière.

La guerre d’Ukraine a commencé comme une guerre du 20ème, elle finira comme une guerre du 21ème.  

Comme anticipé ici-même, Les États-Unis ont placé Wagner sur la liste de groupes terroristes. Et la France ? Toute personne en lien avec Wagner doit être arrêtée et jugée comme complice du terrorisme. Partout dans le monde. Un jour, quelqu’un le fera en Russie où les armées privées sont illégales. La diversification des instruments, l’extension des espaces d’action sont la marque des conflits protéiformes.

La guerre d’Ukraine a commencé comme une guerre du 20ème, elle finira comme une guerre du 21ème. La guerre actuelle, avec ses frappes aveugles, ses boucheries, est une guerre d’imbéciles. Bécille, baculus, est un bâton, un gourdin. L’imbécile est un faible, sans bâton pour s’appuyer, sans gourdin pour frapper : un « désarmé », une brute. Progressivement, il faut désarmer l’armée russe, de l’intérieur, avec les instruments du 21ème siècle. Moins cher et plus efficace que les chars. Ce qui suppose de la technologie, de l’humain. 

A quoi ressemblera une guerre du 21ème ? Que dessine la refonte des armées décidée par Emmanuel Macron et Sébastien Lecornu ? La nouvelle loi de programmation militaire (2024-2030) prévoit une augmentation de plus d’un tiers des budgets militaires. Elle veut surtout changer d’armée.

Aucune guerre n’est intelligente. Mais il faut bien faire la guerre à la bêtise.

Tous les Etats augmentent leur budget de défense. Les dépenses militaires dans le monde ont dépassé 2000 milliards de dollars, deux fois plus qu’en 2000. Une flambée nécessaire et stupide. Il n’y a pas à regretter d’avoir touché pendant 40 ans les dividendes de la paix, d’avoir baissé les budgets militaires, il y a à regretter d’être obligé de les augmenter. Aucune guerre n’est intelligente. Mais il faut bien faire la guerre à la bêtise. La guerre en Ukraine est passée par là. 

Le futur budget des armées est presque un double budget : maintenir ce qui existe (par exemple la dissuasion nucléaire, (5.6Mds€) et construire l’armée de la guerre « intelligente » : le renseignement (budget multiplié par deux), le spatial, les forces spéciales (2 Mds€), les drones (5 Mds€), le cyberespace. 10 milliards sur l’innovation, avec l’école Polytechnique. Préparer le passage d’un format d’armée à un autre, avec les inconnues qui s’y glissent.

En France, la réorientation stratégique est assumée. 

Char Leclerc

En attendant, 60 ans après le traité de l’Elysée, l’avenir franco-allemand peine à se mettre en place. Sur l’industrie de défense, l’énergie, la dette, les budgets. A l’Allemagne de répondre. Même les Américains ont besoin d’alliés, notamment de la France. En ce moment, les marines indiennes et françaises mènent des exercices communs dans l’océan Indien, pour la cinquième fois. La réorientation stratégique est assumée : plus d’Asie, avec l’outre-mer, moins d’Afrique. Comme prévu ici même, le Burkina-Faso demande le départ des troupes françaises.  

La guerre est toujours une stupidité, rarement menée par des génies. La bataille d’Ukraine peut être gagnée par des chars, la guerre, elle, par d’autres armes, partout dans le monde, y compris en Russie. Au siècle dernier, le char ouvrait la voie. Aujourd’hui, d’autres outils ouvriront les portes du Kremlin. Les mettre en œuvre, sans délai.

Auteur

  • Laurent Dominati

    Ancien secrétaire général de Démocratie Libérale, il est ensuite ambassadeur au Honduras de 2007 à 2010 et ambassadeur, représentant permanent de la France auprès du Conseil de l’Europe à Strasbourg de 2010 à 2013. Aujourd'hui, il dirige le média Lesfrancais.press .

Laisser un commentaire