Grève dans le réseau de l'AEFE

Grève dans le réseau de l'AEFE

Le SNES-FSU et les syndicats de la FSU hors de France (fédération syndicale majoritaire à l’AEFE comme à l’Éducation nationale) ont appelé à la grève et à l’action sous des formes diverses dans le réseau des établissements français à l’étranger depuis lundi 22 novembre.

Une grève liée aux conséquences de la Covid-19

Les syndicats ont décidé de procéder à une mobilisation au cours de cette semaine pour dénoncer l’autoritarisme qui, à la faveur de la crise sanitaire, s’est renforcé dans de nombreux établissements du réseau AEFE mais aussi dans les services centraux de l’AEFE.

Dématérialisation, planning aléatoire, tensions avec les parents d’élèves, toutes ces conséquences de la Covid-19 ont particulièrement marqué les instituteurs et professeurs du réseau de l’Agence d’Enseignement Français à l’Etranger.

L’Agence a, en effet, pérennisé certains fonctionnements liés à la crise sanitaire : formation continue en distanciel et hybride, reprise de l’enseignement à distance à la moindre occasion, tentative de récupération de jours “perdus”, modification du calendrier scolaire… Pour les syndicats, l’administration exige des personnels qu’ils soient corvéables à merci. 

Le dialogue social, victime collatéral de la pandémie

Autre sujet qui a amené les syndicats à lancer cette semaine de mobilisation : le déni de dialogue social dont feraient preuve l’AEFE mais aussi les équipes de direction dans un certain nombre d’établissements du réseau.

Ainsi les personnels ne seraient pas écoutés. Leurs difficultés ne seraient pas prises en compte. Comme au Liban, où les personnels de droit local perçoivent des salaires de misère sans aucune aide de l’Agence. En Grèce, les personnels sont soumis à la pression fiscale grecque, là encore sans véritable soutien de l’AEFE. Aux personnels qui n’ont pas pu rentrer en France depuis 2 ans, l’AEFE répond que la règle est la même pour toutes et tous et que leur présence était obligatoire à la rentrée en septembre.

La dégradation des rémunérations

Dans les établissements, le nombre de postes de recrutés locaux a explosé sans forcément répondre aux enjeux pédagogiques. En choisissant de recruter sous statut local et non comme détaché de la fonction publique, le personnel se retrouve en proie aux aléas locaux comme au Vénézuela où l’inflation a réduit à zéro les salaires versés.

Pire, les frais de quatorzaine et les surcoûts liés à la crise sanitaire ne sont pas pris en charge pour tous les personnels. Ces différences provoquent des tensions au sein du corps enseignant et aggravent les situations des personnels concernés.

Grève suivie ?

Les secteurs HDF (Hors De France) des syndicats de la FSU ont déposé un préavis de grève à l’AEFE pour chaque jour de cette semaine (du 22 au 26 novembre). Les sections d’établissements du réseau détermineront localement la ou les journées de grève. Il faut donc attendre ce week-end pour connaitre l’ampleur du mouvement. Nous y reviendrons.

Laisser un commentaire

1 Comment