Flash quotidien des expatriés – Edition du 17.01.23

Flash quotidien des expatriés – Edition du 17.01.23

Bonjour à tous, bienvenue dans l’édition du 17 janvier du flash quotidien des expatriés, aujourd’hui on parle du Lycée Français à Dubaï, des frontaliers qui ont aussi le droit au chèque carburant et de la montée en puissance de la mobilisation contre la réforme des retraites en France. 

A Dubai, les parents d’élèves veulent reprendre la main 

Après avoir demandé à l’AEFE en 2018 de nommer en urgence un directeur financier pour palier les nombreuses bévues comptables détectées par le comité de gestion des parents d’élèves, ces derniers veulent récupérer le droit de nommer cet acteur clé de la vie scolaire. Alors que la convention qui lie le Lycée Georges Pompidou a expiré depuis 2021, Olivier Brochet, le directeur général de l’AEFE, a écrit aux parents d’élèves pour tenter de ramener tous les acteurs autour d’une même table. Il en a profité pour leur rappeler qu’en cas de remise en cause des prérogatives de l’agence, les subventions de l’Etat seraient coupées, alourdissant la facture de 1300 € par élève dès la prochaine rentrée. Une façon comme une autre de pousser les parties à trouver un accord. 

Rentrée scolaire 2021 à Dubaï ©AEFE

Les frontaliers éligibles au chèque carburant 

Pour ceux qui travaillent en France et paient leurs impôt auprès des autorités fiscales nationales, il est donc possible de demander, comme tous autres Français correspondant aux critères financiers, le chèque carburant, via son interface sur le site impots.gouv.fr. Mais attention, une autre condition s’est glissée : fournir sa plaque d’immatriculation. Mais pour l’instant, le système ne reconnait que celles émises en France. Le cabinet de Gabriel Attal a indiqué ce lundi 16 janvier à la rédaction du site Lesfrancais.press que le système devrait être connecté aux registres européens avant la fin du mois de janvier. Pour ceux qui ont toujours une carte grise française, vous pouvez faire la demande dès aujourd’hui. 

Jeudi noir en France ? 

Tous les éléments sont en tout cas réunis pour une mobilisation forte avec une unité syndicale (CGT, l’Unsa, SUD et la CFDT) rarement observée qui refuse en bloc la réforme des retraites proposée par le gouvernement. Le préavis de grève déposé court du mercredi 18 janvier 2023 à 19 heures au vendredi 20 janvier 2023 à 8 heures. En plus, la reconduction du mouvement est, déjà, sur toutes les bouches. Les syndicats de la SNCF se sont en effet donné rendez-vous lundi 23 janvier « pour définir les modalités de mobilisation à venir et construire les conditions de réussite du mouvement pour le projet du retrait de réforme ».

Paris 16 janvier 2023 ©AFP

C’est tout pour aujourd’hui, on se retrouve demain pour un nouveau flash !

Ecoutez le flash des Français de l’étranger

Auteur

Laisser un commentaire