Finance, l’heure de la blockchain a-t-elle déjà commencé?

Finance,  l’heure  de  la  blockchain  a-t-elle  déjà  commencé?

La  finance  décentralisée  ou  «  DeFi  »  en  lien  avec  l’essor  des  cryptoactifs,  l’intrusion  des entreprises  de  plateforme  dans  les  systèmes  de  paiement,  et  les  monnaies  digitales  de banque  centrale  constituent  les  trois  volets  de  la  révolution  financière  qui  pourraient rebattre  l’ensemble  des  cartes  dans  les  prochaines  années.

Le défi de la Defi , la finance décentralisée

Le  développement  de  la  DeFi est  relativement  rapide.  La  valeur  des  transactions  issue  du  réseau  Ethereum  a  atteint 2 500  milliards  de  dollars  en  2021,  soit  environ  les  montants  traités  par  le  groupe  de cartes  bancaires  Visa  ou  l’équivalent  d’un  sixième  de  l’activité  sur  le  Nasdaq.  Les  jetons sortent  de  la  zone  de  confidentialité  grâce  aux  sportifs  ou  aux  stars.  Le  contrat  de  Lionel Messi  avec  le  PSG  prévoit  un  paiement  en  jetons.  La  mannequin  Emily  Ratajkowski,  afin de  mieux  contrôler  ses  droits  à  l’image,  a  décidé  que  certaines  de  ses  photos  seront publiées  en  «nfts»  ou  associées  à  des  jetons.  Pour  populariser  la  démarche,  ces  jetons pourront  ouvrir  aux  «amis»  de  la  mannequin  l’accès  des  marchandises  exclusives  et des  places  au  premier  rang  lors  de  concerts,  le  tout  sans  intermédiaires.

Preuve  que  la révolution  est  en  marche,  l’État  du  Salvador  a  décidé  d’adopter  le  bitcoin  comme  monnaie officielle  en  lieu  et  place  du  dollar. La  DeFi  repose  sur  les  blockchains,  de  vastes  réseaux  d’ordinateurs  qui  conservent  un enregistrement  commun  ouvert  et  logiquement  incorruptible,  sans  avoir  besoin  d’une autorité  centrale.  A  terme,  elle  peut  concerner  un  grand  nombre  d’activités  bancaires  et assurantielles.   

Elle  repose  sur  des  systèmes  interopérables,  transparents,  souvent efficaces  qui,  en  répartissant  le  contrôle  sur  les  logiciels,  préservent  la  concentration  du pouvoir.  Le  premier  exemple  de  système  décentralisé  était  le  Bitcoin,  un  réseau  de paiement  numérique  vérifié  par  une  blockchain,  créé  en  2009  dans  le  but  de  remplacer l’argent  émis  au  niveau  central.  Il  a  été  suivi  à  partir  de  2015  par le  réseau  Ethereum  sur lequel  la  plupart  des  applications  «DeFi»  se  greffent.  Ce  réseau  enregistre  des  lignes de  codes  informatiques,  y  compris  des  programmes  entiers,  qui  sont  visibles  par  tous, permettant  de  construire  des  contrats  intelligents,  des  accords  auto-exécutables  dans lesquels  une  chaîne  d’actions  suit  quand  certaines  conditions  sont  remplies.  Celles-ci sont  automatiquement  appliquées  et  ne  peuvent  pas  être  logiquement  falsifiées.

Transactions  fiables,  bon  marché, transparentes  et  rapides,  du  moins  en  théorie

Pour ses  initiateurs  et  ses  développeurs,  le  recours  au  réseau  permet  de s’affranchir au niveau bancaire  des  chambres  de  compensation  et  des  dispositifs  coûteux  de  conformité.  Ils mettent  en  avant  que  les  transactions  sur  une  blockchain  sont  fiables,  bon  marché, transparentes  et  rapides,  du  moins  en  théorie.  La  blockchain  Ethereum  permet  ainsi  de stocker  des  données  et  de  les  utiliser,  comme  un  ordinateur  virtuel  qui  s’exécute  sur  un réseau  d’ordinateurs  physiques.  Chaque  ordinateur,  en  dehors  d’une  blockchain,  est contrôlé  par  une  personne  ou  une  organisation  qui  peut  changer  d’avis.  Apple  conserve un  large  contrôle  sur  les  appareils  qu’il  vend  grâce  aux  mises  à  jour  logicielles.  Sur  une blockchain,  la  relation  est  censée  être  inversée,  la  traçabilité  totale  offre  des  garanties.

Les  ordinateurs  contrôlés  par  la  technologie  blockchain  peuvent  prendre  des engagements  de  manière  indépendante.  À  partir  d’un  cadre  de  blockchain,  la  seule  limite de  création  est  l’imagination  du  développeur.  Des  « jetons »,  ou  des  représentations numériques  d’actifs,  ont  été  ainsi  créés.   Certains  peuvent  s’assimiler  à  des  actions,  des obligations  ou  des  «stablecoins»,  qui  sont  généralement  reliés  à  des  devises traditionnelles.  Des  jetons  de  gouvernance  ont  été  également  développés.  Ils   fonctionnent  comme  des  jetons  « non  fongibles »  (nfts)  et  peuvent  représenter  des  actifs uniques,  comme  une  image  ou  une  vidéo. 

Le  marché  de  ces  derniers  progresse rapidement  (23  milliards  de  dollars  de  NFT  ont  été  échangés  en  2020).  Pour  entrer  dans le  monde  décentralisé,  il  est  nécessaire  de  créer  un  portefeuille,  qui  stocke  les  jetons.

MetaMask,  un  portefeuille  DeFi,  possède  déjà  plus  de  10  millions  d’utilisateurs  qui disposent  d’une  identité  numérique,  permettant  de  gérer  des  opérations  commerciales  et financières  de  manière  indépendante  des  établissements  financiers.

Sur  les  plateformes  digitales,  de  nombreuses  innovations  sont  développées  pour  rendre plus  sûres  les  échanges  financiers  et  accélérer  certaines  opérations  comme  les  prêts. Plutôt  que  de  déposer  des  actifs  financiers  avec  un  risque  de  vol,  l’exécution  de l’opération  est  réalisée  via  des  contrats  intelligents.  L’opération  commerciale  est effectuée  dans  le  cadre  d’une  transaction  indivisible,  éliminant  le  besoin  d’intermédiaires tels  que  les  chambres  de  compensation. 

UniSwap  est  une  startup  particulièrement  active pour  l’échange  de  jetons  basés  sur  Ethereum.  Il  négocie  des  jetons  pour  une  valeur d’environ  1  milliard  de  dollars  chaque  jour.  Pour  faire  face  à  l’instabilité  des cryptomonnaies,  les  développeurs  recourent  de  plus  en  plus  à  des  stablecoin  fiables, comme  les  tokens  indexés  sur  le  dollar  ou  d’autres  devises.  Ces  derniers  facilitent  les transactions  et  constituent  la  base  des  contrats  financiers.  Les  deux  plus  importants stablecoins,  Tether  et  USD  Coin,  sont  à  l’origine  de  l’émission  de  plus  de  100  milliards de  dollars  de  jetons.  La  garantie  de  ces  derniers  repose  sur  une  combinaison de  liquidités et  de  dettes  d’entreprises  à  court  terme.  Elle  n’est  pas  logée  sur  une  blockchain,  mais  sur des  comptes  bancaires  ou  de  courtage. 

Ce  système  n’est  pas  sans  faille.  Au  mois  de mars  2021,  le  procureur  général  de  New  York  a  constaté  que  Tether  n’était  pas entièrement  garanti  pour  les  périodes  2017  et  2018  et  lui  a  infligé  une  amende  de 18,5  millions  de  dollars.  Le  passage  à  une  garantie  validée  dans  la  blockchain  demeure complexe.  Etant  donné  que  l’éther  est  volatile,  le  protocole  oblige  les  utilisateurs  à surdimensionner  les  jetons  qu’ils  créent.  Les  opérations  de  prêts  font  également  l’objet de  nombreux  développements  au  sein  de  la  DeFi.  L’objectif  est  de  permettre  des  prêts avec  des  utilisateurs  restant  anonymes,  tout  en  bénéficiant  d’un  haut  niveau  de  sécurité. À  la  différence  du  système  bancaire,  les  opérations  de  financement  peuvent  être  quasiimmédiates.  Les  deux  systèmes  de  prêts  flash  sur  la  blockchain  Ethereum  sont  «  Aave  » et  «  Compound  «  qui  ont  prêté  respectivement  16  milliards  et  11  milliards  de  dollars  de jetons  en  2020.

Des taxes de passage pour les Gafas ?

Les  GAFA estiment  que  ce  marché  de  la  «  DeFi  »  pourrait  être  une  source  importante  de revenus.  En  instituant  des  taxes  de  passage,  elles  pourraient  trouver  des  ressources faciles  sur  ses  réseaux  décentralisés  hébergeant  des  applications.

Le  système  DeFi  n’a  pas,  actuellement,  les  capacités  de  se  substituer  au  système financier  traditionnel  du  fait  que  les  plateformes  blockchain  sont  lourdes  à  manier  et  que les  ordinateurs  nécessaires  à  leur  fonctionnement  consomment  des  quantités  d’électricité importantes.

Absence de valeur légale 

L’autre  obstacle  à  la  généralisation  de  la  DeFi  est  l’absence  de  valeur  légale des  cryptoactifs  et  de  rattachement  à  un  État  ou  un  groupe  d’États  souverains.  Or  ces derniers  conservent  le  monopole  de  la  force  légale  et  donc  le  pouvoir  normatif. 

Par ailleurs,  les  banques  centrales  restent  les  prêteurs  en  dernier  ressort  du  système,  ce  qui, en  période  de  crise,  n’a  pas  de  prix.  L’exécution  des  contrats  en  dehors  du  monde  virtuel est  également  une  préoccupation.  Un  contrat  blockchain  peut  indiquer  que  vous possédez  une  maison,  mais  seule  la  police  peut  imposer  une  expulsion. 

Il  faut  bien  à  un moment  ou  un  autre  revenir  au  réel.   Si  un  système  décentralisé  est  considéré  plus  vertueux  grâce  à  la  multiplication  du nombre  d’intervenants,  certains  programmeurs  et  propriétaires  d’applications  exercent de fait  une  influence  disproportionnée  et  peu  transparente  dans  le  système  DeFi.  Un acteur  malveillant  pourrait  même  prendre  le  contrôle  de  la  majorité  des  ordinateurs  qui exécutent  une  blockchain.

La  DeFi  est  tiraillée  entre  autonomie  et  respectabilité. 

Son  développement  suppose  son intégration  au  système  financier  et  juridique  conventionnel.  Les  grandes  institutions comme  la  Banque  des  Règlements  Internationaux  estiment  que  le  passage  à  des gouvcoins,  des  monnaies digitales  gérées  par  les  banques  centrales,  résoudra  en  grande partie  le  problème  mais  au  prix  d’une  moindre  indépendance  de  la  sphère  de  finance alternative.  Les  acteurs  de  cette  sphère  ont  la  volonté  farouche  de  remplacer  les intermédiaires  financiers  traditionnels  comme  les  banques  ou  les  assureurs  mais  aussi de  se  passer  des  institutions  publiques,  banques  centrales,  FMI,  etc. 

La  finance décentralisée  (DeFi)  recherche  plutôt  un  contrôle  participatif  aux  consonances  utopiques. Le  problème  est  que  ce  secteur  naissant  est  en  proie  à  de  forts  mouvements  spéculatifs. Par  ailleurs,  quelques  applications  dominent  le  marché,  ce  qui  est  contraire  à  l’esprit décentralisateur  des  initiateurs  de  cette  nouvelle  sphère  financière.   Les  acteurs  financiers  traditionnels  craignent  que  les  banques  centrales  y  recourent  pour sauver  leur  rôle  de  créateur  de  monnaie  et  de  régulateur.  Aux  États-Unis,  l’adoption  par la  Fed  d’un  système  de  paiements  instantanés  a  été  très  mal  reçue  par  les  sociétés financières  présentes  sur  le  marché  des  cartes  de  paiement.  Mastercard  et  Visa  réalisent des  marges  bénéficiaires  brutes  de  60  à  80  %  grâce  à  leur  système  de  facturation  qui serait  remis  en  cause  en  cas  de  généralisation  de  paiement  en  cryptomonnaies. Les jetons  numériques  pouvant  se  substituer  à  presque  tous  les  types  d’actifs,  ils  pourraient servir  de  base  à  des  compte  courants  sur  la  blockchain.  

Le  monde  des  cryptoactifs  est  loin  d’être  un  monde  parfait. 

La  gouvernance  et  la responsabilité  dans  le  «  DeFi-land  »  restent  rudimentaires.  Des  erreurs  de  codage peuvent  survenir.  La  mise  en  place  d’une  séquence  de  transactions  irrévocables  pourrait avoir  des  effets  financiers  dangereux.  Les  cryptoactifs  ont  été  très  rapidement  utilisés  par les  trafiquants  pour  acheter  et  revendre  de  la  drogue.  Les  groupes  terroristes  y  ont également  recours  pour  leurs  activités.  Le  blanchiment  d’argent  a  prospéré  dans  la  zone grise  non  réglementée  des  services  situés  entre  Ethereum  et  le  système  bancaire.  Les hackers  exigent  leurs  rançons  après  avoir  bloqué  des  systèmes  informatiques  en cryptoactifs.  Ces  derniers  peuvent  également  faire  l’objet  de  vols  comme  ce  fut  le  cas pour  des  centaines  de  millions  de  dollars  d’Ether  après  la  découverte  par  des informaticiens  malhonnêtes  d’une  faille  dans  un  code  de  création.

Les  cryptoactifs  dont l’encours  a  atteint  2200  milliards  de  dollars,  soit  l’équivalent  du  PIB  de  la  France,  attirent de  plus  en  plus  les  escrocs  en  tout  genre.   La  majorité  des  services  qui échangent  des  dollars  contre de  l’Ether  ou  du  Bitcoin,  comme Coinbase,  effectuent  des  contrôles  destinés  à  dissuader  le  blanchiment  d’argent.  En revanche,  quand  les  utilisateurs  sont  entrés  dans  la  blockchain,  ils  peuvent  déplacer facilement  des  jetons,  ce  qui  suscite  des  craintes  tant  aux  services  de  sécurité  qu’aux services  en  charge  des  impôts.

Les  régulateurs  souhaitent  imposer  aux  intermédiaires financiers  digitaux  le  respect  de  règles  permettant  de  lutter  contre  les  fraudes  et  les agissements  criminels.  Pour  le  moment,  les  acteurs  de  la  DeFi  rechignent  à  jouer  ce  rôle de  régulateur.  Aux  États-Unis,  la  tentative  du  Congrès  d’inclure  une  disposition  législative réglementant  l’industrie  de  la  DeFi  a  suscité  une  forte  opposition  dans  la  sphère  du  digital.  

Trois  scénarii  sont  envisageables  dans  les  prochaines  années :  

  • Le  premier  scénario  suppose  une  forte  intégration  de  la  DeFi  dans  le  système traditionnel  comprenant  les  banques  centrales  et  les  acteurs  financiers  actuels.  Un système  de  régulation  centralisé  serait  alors  institué  pour  contrôler  les  activités  de la  blockchain  ;    
  • Le  deuxième  repose  sur  le  développement  des  monnaies  digitales  de  banques centrales  sur  lesquelles  pourraient  s’appuyer  la  DeFi  au  risque  de  réduire  le  champ d’action  des  acteurs  financiers  traditionnels  ou  de  les  contraindre  à  une  rapide mutation  ;  
  • Le  troisième  aboutirait  à  la  mise  en  place  de  deux  systèmes  concurrentiels.  La DeFi  pourrait  prospérer  dans  un  monde  distinct  construit  sur  des  blockchains.  Il concurrencerait  la  finance  traditionnelle  mais  aussi  le  monde  des  GAFA  si  ces derniers  ne  modifient  pas  leur  modèle.  Ainsi,  une  plateforme  rivale  de  YouTube pourrait  attribuer  aux  utilisateurs  différents  types  de  jetons  servant  de compensation  pour  le  téléchargement  de  vidéos  ou  permettant  l’accès  à  d’autres services  sur  la  blockchain.  Les  jetons  pourraient  également  prendre  de  la  valeur en  fonction  du  nombre  d’utilisateurs  de  l’application.  Les  techniques  de  la blockchain  autorisant  une  redistribution  plus  transparente  des  gains  générés  par le  digital,  les  GAFA  pourraient  voir  ainsi  leurs  positions  remises  en  question.  

L’essor  des  activités  décentralisés  sur  la  blockchain  a  pour  limite  son  coût  énergétique au  temps  où  il  est  nécessaire  de  réduire  son  empreinte  carbone.  Bitcoin  et  Ethereum utilisent  tous  deux  un  processus  appelé  «preuve  de  travail»  pour  vérifier  les transactions,  qui  consomment  de  très  grandes  quantités  d’énergie.  Une  façon d’améliorer  le  système  est  d’utiliser  d’autres  mécanismes  de  preuve.  Des  informaticiens travaillent  à  d’autres  systèmes  de  preuve  moins  coûteux  et  moins  lourds.  L’autre  défi  de la  DeFi  est  la  lutte  contre  la  spéculation  qui  est  une  source  importante  de  déstabilisation et  qui  attire  des  personnes  peu  scrupuleuses.

Laisser un commentaire