Eurovision 2023 : "France 104 points"

Eurovision 2023 : "France 104 points"

La malédiction de la France, qui n’a pas gagné à l’Eurovision depuis 1977, n’a pas pris fin samedi 13 mai, lors de l’édition 2023 du concours de chant qui se déroulait à Liverpool (Royaume-Uni). La représentante de la France, la chanteuse québécoise La Zarra, s’est en effet classée à la 16e position sur 26 candidats pour cet Eurovision 2023. Avec 104 points (54 du jury et 50 des spectateurs), l’artiste n’a pas réussi à convaincre malgré une prestation plutôt réussie de son titre Evidemment, effectuée à cinq mètres du sol. 

La Suède remporte la compétition

Donnée favorite, la Suède a gagné la concours, représentée par la chanteuse Loreen, déjà victorieuse en 2012, avec Tattoo, grandiloquente chanson d’amour. 

Peut-on croire les bookmakers ?

La question se pose chaque année au moment de prendre les paris pour l’Eurovision. S’ils ont vu juste sur le duel entre la Suède et la Finlande, ils sont en revanche passés à côté du résultat de la candidate française. Longtemps présente dans le top 4, La Zarra a terminé la compétition à Liverpool dans le ventre mou du classement. Elle fait mieux que les Bretons Alvan et Ahez l’an dernier, 24e avec 17 points. Et aussi bien que Bilal Hassani en 2019, partageant la même place – 16e – et presque le même nombre de points – 104 pour la Québécoise contre 105 pour l’interprète de « Roi ».

Déception française

La déception est forcément grande pour la délégation française, alors que les bookmakers avaient pendant longtemps pronostiqué qu’elle finirait à la troisième marche du podium, comme le rapporte Le Parisien. « Bien sûr qu’on est déçu », a réagi auprès de BFMTV la patronne de la délégation française, Alexandra Redde-Amiel. « Tout le monde est très fier de La Zarra », a-t-elle néanmoins assuré, avant d’affirmer : « Pour moi, La Zarra a gagné aujourd’hui. Elle a gagné de rendre fier la France [avec une] prestation d’un chic ! »

La principale concernée a, elle aussi, préféré positiver. « Je suis très, très contente d’avoir participé à l’Eurovision. Je suis très contente de tout ce qui s’est passé. Avec le staging qu’on a fait, pour moi, on repart gagnant », a-t-elle déclaré à BFMTV, quelques instants après l’annonce de la victoire de Loreen. « Il y a des gens qui chantent Evidemment, qui chantent la francophonie. Je crois qu’on est gagnant juste avec ça », a-t-elle ajouté.

« Toz » ou doigt d’honneur, quel est le geste de La Zarra qui fait scandale ? 

La prestation de La Zarra a rapidement été éclipsée par un geste de la main polémique de la chanteuse lors de l’annonce des points attribués par le public à la France. Au moment où La Zarra a appris que le public lui avait attribué 50 points, l’artiste a effectué un geste de la main interprété par beaucoup comme une sorte de doigt d’honneur.

Selon Le Parisien, ce geste serait en réalité un « toz ». Ce mot est un dérivé du mot « pet » dans la langue arabe, et le geste qui lui est associé est utilisé pour signifier « un refus catégorique, l’indifférence, voire l’exaspération », écrit le quotidien francilien. Un geste que n’ont pas manqué de remarquer de nombreux téléspectateurs de l’Eurovision 2023, et qui a suscité de nombreuses critiques. Revoyez ci-dessous le geste en question, partagé par un internaute sur Twitter.

Zelensky privé de parole

Illustrant la difficulté de définir les contours d’une neutralité politique affichée tout en portant haut les couleurs d’un pays ravagé par la guerre, les organisateurs de l’Eurovision ont suscité la polémique en refusant que le président ukrainien Volodymyr Zelensky adresse un message lors de la finale. La nature de l’événement « interdit les déclarations politiques ou assimilées durant le concours », a expliqué l’European Broadcasting Union dans un communiqué.

Auteur/Autrice

  • redactionafp

    L'AFP est, avec l'Associated Press et Reuters, une des trois agences de presse qui se partagent un quasi-monopole de l'information dans le monde. Elles ont en commun, à la différence de son prédécesseur Havas, de ne pas avoir d'actionnaire mais un conseil d'administration composé majoritairement d'éditeurs de presse.

Laisser un commentaire