Déconstruire, dit-il.(Emmanuel Macron)

Déconstruire, dit-il.(Emmanuel Macron)

Déconstruire, c’est détruire. Diriger, c’est construire. La politique est une construction de la polis, tous les jours. C’est pourquoi on respecte Napoléon, et Louis XIV, et tant d’autres, non pour leurs guerres, perdues, mais pour l’héritage qu’ils ont laissé, simple partie d’une civilisation qui est plus à défendre qu’à mépriser, à développer qu’à réduire. Emmanuel Macron a appelé, dans un entretien sur une chaine américaine[1], à «déconstruire notre histoire».

La gêne du Président vient du complexe de l’esclavage, du colonialisme, du racisme. 

Déconstruire, dit-il ? La gêne du Président vient du complexe de l’esclavage, du colonialisme, du racisme. Complexe, en fait, très occidental. La jeunesse américaine, puis européenne, s’est emparée du thème. Il vaut mieux qu’elle milite contre le racisme que l’inverse. La « question de la race, qui est au cœur même de notre société, crée beaucoup de tensions quand des gens sont fondamentalement victimes de discrimination», explique le Président aux Américains.

Il faut saluer la politesse du Président : dans un pays balayé régulièrement par les émeutes raciales, dans lequel l’égalité pour les droits civiques date de moins de soixante ans, il eut été impoli de dire que non, la France ne s’était pas construite autour de la question de la race : la terre de France, comme celle d’Angleterre d’ailleurs, libérait tout esclave qui en eut touché le sol. S’il est un pays qui ne s’est pas construit sur la race, c’est la France. Parce qu’elle unit justement des peuples différents – Basques, Flamands, Bretons, Provençaux, Alsaciens, Picards … elle s’inventa.

L’histoire est d’une ironie perverse : Ceux qui asservissent libèrent.

Eut-il fallu jeter la pierre aux Américains ? Dans quel autre pays se déclencha une guerre civile pour abolir l’esclavage ? La pierre de l’esclavage, qui ne la recevrait pas ? Indiens d’Amérique, du nord, du sud, d’Asie, Arabes, Berbères, Turcs, Bantous, les Fang, Zoulous, qui ne soumit, ne conquit, n’égorgea ? Certains mangeaient les cœurs, d’autres faisaient des pyramides de têtes, d’autres empaillaient : après tout, le cannibalisme est aussi une affaire de culture. La cancel culture est-elle un relativisme culturelle, une survalorisation des droits de l’homme, une déconstruction, ou une simple destruction ? Le cri no culture rappelle le No Future punk. Grand cri, mais sans avenir, du moins faut-il l’espérer.

L’histoire est d’une ironie perverse : Ceux qui asservissent libèrent. Les championnes de la traite, France et Angleterre, furent les premières dans l’histoire de l’humanité à  abolir l’esclavage, et obligèrent les autres à les imiter. Une manie de se mêler des affaires des autres.

Le Secrétaire général des Nations-Unies, Antonio Gutterres, disait récemment, à propos de la traite transatlantique : « les idées de suprématie blanche qui la sous-tendaient restent vivantes ». C’est l’idée de soumission qui reste vivante : Le Mozambique, indépendant du Portugal depuis moins de 50 ans, le pays de Gutterres, n’est pas tout à fait libre: 30.000 personnes ont, à Palma, la semaine dernière, fui l’avance djihadiste : viols, décapitions, incendies. En tout 700.000 personnes déplacées, menacées par le retour de l’esclavage.

Homo domesticus et l’histoire de la liberté

On peut décrire homo sapiens comme l’homo domesticus : celui qui asservit parce qu’il aime autant asservir qu’être asservie, qui domestique les humains comme les animaux – et la terre. La question historique, celle de l’action politique, reste celle de la liberté. S’il est un point commun aux peuples d’Europe, c’est moins leur esprit de conquête, que l’histoire de la liberté qui sert de fil rouge à leur histoire depuis la Grèce.

Drôle d’idée que de vouloir déconstruire l’histoire, mais en fait, il ne s’agit pas d’histoire. Il s’agit de politique, qui se veut habile et qui est plutôt maladroite. 

Dans la ligne de déconstruction, le Président a commandé un rapport sur l’Algérie, un autre sur le Rwanda, qui devaient servir à des « réconciliations ». Mission presque impossible, parce que pour ces deux pays, l’histoire fabrique leur légitimité.

Déconstruction et diplomatie : Algérie, Rwanda.  

Déconstruction négociée : Au Rwanda, le Président Kagamé -constamment réélu à plus de 95%- a construit son régime sur la dénonciation de la France. Pour une raison simple : il a été accusé, notamment par un juge français[2], d’être à l’origine de l’attentat contre le Président Habyarimana qui a provoqué, en contre coup, le génocide. La France, dans ce rapport, est disculpée de toute complicité. Ce que les Rwandais, magnanimes, ont reconnu. Ouf ! Mais la France a des « responsabilités lourdes et accablantes », dit le Rapport. Les ministres de François Mitterrand ont répondu, indignés[3].

Déconstruction insuffisante : Quand au Rapport sur l’Algérie, quoiqu’écrit par un sympathisant du FLN[4], il a été à peine regardé par le régime algérien. Normal, lui aussi tire sa légitimité nationale de sa « détestation de la France », pour reprendre l’expression récente d’un ministre. L’histoire officielle est un la construction d’un mythe.

L’antiracisme, une valeur purement occidentale

Juger l’histoire avec la morale d’aujourd’hui ne garantit pas de l’erreur. Elle y plonge. Le mouvement actuel de cancel culture, entreprise de destruction, s’illustre par un nouveau racisme, antiblanc, notamment dans les universités : Vous ne pouvez pas traduire une poétesse lesbienne et noire parce que vous n’êtes ni lesbienne ni noire. Un éditeur néerlandais dut s’incliner. Vous ne pouvez pas participer à des réunions sur le racisme à l’UNEF si vous êtes blanc, à moins de vous taire. Déconstruction antiraciste racialiste, qui  s’établit sur une valeur, l’antiracisme, purement occidentale. Aie. Et la contredit, en même temps. Ouille.

Si on veut déconstruire, on pourrait donc commencer par le présent.  

Les droits de l’homme, marqueur de la civilisation impérialiste, colonialiste, blanche, ne mènent pas forcément à une politique d’excuses, de déconstruction, de renoncement. N’est-ce pas contre le terrorisme, l’obscurantisme, le fanatisme, avec plus ou moins de succès, que l’on intervient au Sahel et en Syrie ? Et avec le soutien de l’ONU ? Suprématie blanche, encore, dirait Gutteres ? Colonialisme, disent les Djihadistes. Impérialisme, disent les Chinois. Si on veut déconstruire, on pourrait donc commencer par le présent. Il y a en effet beaucoup à dire sur ces interventions. Et sur les droits de l’homme à géométrie variable, y compris contre sa propre histoire.

Laurent Dominati

A. Ambassadeur de France

A. Député de Paris

Président de la société éditrice du site “Lesfrancais.press”


[1] Le 18 avril sur CBS.

[2] Le juge Bruguière. Les poursuites ont été classées sans suite, juste avant que la France ne soutienne la candidature de la ministre des affaires étrangères de Kagamé à la tête de la Francophonie. Déconstruction préventive.

[3] Ceux que la controverse intéresse pourront lire leur tribune et la réponse des Rapporteurs dans L’Obs. 23 et 30 avril 2021.

[4] Benjamin Stora, historien reconnu et engagé (OCI, lambertiste).

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire