Coronavirus : 803 morts en Chine, 11 cas en France, 2 écoles fermées.

Coronavirus : 803 morts en Chine, 11 cas en France, 2 écoles fermées.

9 février 2020 Non Par redactionafp

L’épidémie du nouveau coronavirus a fait 803 morts en Chine, dépassant le nombre de décès causés par le Sras dans le monde en 2002-2003, selon les derniers chiffres officiels publiés dimanche. Le virus 2019-nCoV a fait 81 nouveaux morts dans la province du Hubei (centre), foyer de l’épidémie, où 2.147 nouveaux cas de contamination ont par ailleurs été recensés. En 2002-2003, le syndrome respiratoire aigu sévère (Sras) avait fait 774 morts dans le monde.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a salué la réponse « remarquable » apportée par la Chine face à l’épidémie du nouveau coronavirus, appelant à éviter toute « stigmatisation qui peut parfois accompagner une situation comme celle-ci ».

« Il est clair que la Chine fournit un effort immense pour contenir la maladie et éviter sa propagation. Je pense que cet effort est remarquable », a déclaré Antonio Guterres lors d’une conférence de presse à Addis Abeba, où il s’est rendu pour le sommet de l’Union africaine (UA) de dimanche et lundi.

Le nombre de cas de personnes atteintes par le nouveau coronavirus en Chine rapportés chaque jour « se stabilise », a indiqué samedi l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), tout en restant prudente sur l’avenir.

Cela constitue une « bonne nouvelle », a estimé l’agence spécialisée de l’ONU, tout en indiquant qu’il était encore trop tôt pour prédire un déclin ou non de l’épidémie.

« Il y a eu une stabilisation du nombre des cas rapportés de Hubei », la province chinoise la plus touchée et où la maladie est apparue, a déclaré le responsable des programmes sanitaires d’urgence de l’OMS Michael Ryan, lors d’un point de presse à Genève.

Cette province est soumise à des mesures drastiques d’isolement par les autorités chinoises pour tenter de contenir la diffusion de l’épidémie.

En France, voyage en Chine déconseillé, 11 cas, 2 écoles fermées

Après la réunion organisée à Matignon ce samedi, le ministère des Affaires étrangères annonce que la France déconseille tout voyage en Chine « sauf raison impérative ». Cette décision est liée au « contexte évolutif de l’épidémie de nCoV », aux « restrictions décidées par les autorités chinoises » ou encore à la « réduction des liaisons aériennes », indique le Quai d’Orsay dans un communiqué. Les « conseils aux voyageurs » sont donc modifiés, l’ensemble de la Chine passant au niveau orange.

Tandis que les premiers rapatriés de Wuhan, arrivés le 31 janvier de Chine et placés en quarantaine à Carry-le-Rouet (Bouches-du-Rhône), verront leur période de confinement prendre fin comme prévu vendredi dans la matinée, leur a annoncé la Sécurité civile samedi.

« Cette annonce a été accueillie par des applaudissements », a précisé à l’AFP un journaliste de l’Agence sur place, qui fait partie des quelque 180 ressortissants, en majorité français, placés en quarantaine pour 14 jours dans ce centre de vacances de la Côte bleue, à une trentaine de kilomètres à l’ouest de Marseille.

Resteront par contre encore en quarantaine à Carry-le-Rouet, et ce jusqu’au 16 février, les quelque 40 personnes arrivées de Wuhan dans un second avion, le dimanche 2 février.

Les cinq nouveaux cas sont confirmés en France, a annoncé Agnès Buzyn ce samedi lors d’une conférence de presse. Ces patients, quatre adultes et un enfants qui séjournaient en Haute-Savoie, sont pris en charge en mileu hospitalier, précise la ministre des Solidarités et de la Santé. Leur état de santé n’inspire pas d’inquiétude.

Il s’agit d’un « cluster », c’est-à-dire un regroupement de plusieurs cas autour d’un cas initial, à savoir un ressortissant britannique qui a séjourné quatre jours en Haute-Savoie de retour de Singapour, a détaillé la ministre.

Selon le maire de la commune des Contamines-Montjoie, Etienne Jacquet, les 11 personnes hospitalisées ont séjourné dans deux chalets de la station, avec sept personnes dans l’un, quatre dans l’autre.

« L’ARS (agence régionale de la santé,) a fait procéder à une désinfection des chalets et se charge de trouver tous les cas contacts », a indiqué le maire, qui ne sait pas quel moyen de transport ces touristes britanniques ont emprunté pour venir en Haute-Savoie.

Le ressortissant britannique à l’origine de ces cinq nouvelles contaminations est lui-même rentré le 28 janvier en Angleterre, et n’est pas inclus dans les décomptes du ministère de la Santé.

Deux écoles de Haute-Savoie fréquentées par un enfant britannique de 9 ans, l’un des 5 nouveaux cas de coronavirus annoncés samedi par le gouvernement, seront fermées la semaine prochaine pour des dépistages, selon les autorités.

Elles se situent aux Contamines-Montjoie, communs où cet élève de CM1 habite, et à Saint-Gervais où il prend des cours de français.

Les deux établissements « vont être fermés la semaine prochaine, le temps d’y effectuer des investigations », a indiqué le directeur de l’Agence régionale de Santé Auvergne-Rhône-Alpes, Jean-Yves Grall, lors d’une conférence de presse.