CFE : ses clients se rebellent !

CFE : ses clients se rebellent !

Sur Facebook s’est créé un groupe « Les mécontents de la caisse des français à l’étranger » qui réunit comme son nom l’indique les adhérents à la CFE insatisfaits des prestations de « la sécurité sociale » des Français de l’étranger.

La CFE, mi-publique, mi-privée

Car c’est ainsi qu’aime se présenter cet organisme mutualiste de droit privé, comme il l’a fait dans sa campagne de publicité sur TV5Monde ces dernières semaines.

Car la CFE est bien un organisme de droit privé. Elle a cependant, reçu une délégation de service public et se trouve sous tutelle des ministères chargés du Budget et de la Sécurité sociale.

La Caisse des Français de l’Étranger est donc dans l’obligation de fournir une couverture santé de base, similaire à celle de la Sécurité sociale à tout Français résidant à l’étranger qui en fait la demande. Elle assure également les ressortissants de l’Union Européenne, de l’Espace Économique Européen, et de la Suisse.

Mais similaire ne veut pas dire identique, c’est ainsi que de nombreux quiproquos sources de mécontentement se multiplient depuis des années et en particulier avec l’augmentation, ces deux dernières décennies,  du nombre d’expatriés.

Alain-Pierre Mignon
Page d’accueil de la CFE

Des remboursements selon la zone géographique

Si les remboursements de la CFE sont pour une grande partie calculés de la même façon que ceux de la Sécurité sociale, les barèmes et les plafonds appliqués sont les mêmes, il existe une nouvelle donnée depuis 2020 à prendre en compte : son pays de résidence.

Le monde a été divisée en 5 zones géographiques dont dépend le taux de remboursement finalement appliqué.

Carte des zones géographiques de remboursement

Au final, le taux de remboursement pratiqué est généralement plus faible dans les pays où les frais de santé sont les plus élevés.

Donc depuis 2020, la CFE pratique applique le remboursement de toutes les prestations de santé même les plus importantes (hospitalisations, rééducation, dentaires, chimiothérapies, etc.) suivant la zone géographique d’exécution des soins.

Ces remboursements sont en fait insuffisants dans de nombreux pays du monde où la santé coûte plus cher qu’en France, qu’ils soient calculés suivant les barèmes de la Sécurité sociale ou selon les taux appliqués dans l’une des 5 zones géographiques définies par la CFE.

Les handicapés moins soutenus

Les personnes ayant des maladies de longue durée ou des handicaps ne sont, eux, pris en charge qu’à hauteur de 80%. Auparavant, comme les Français résidant en France, les prises en charge étaient de 100%. Pourquoi une telle discrimination entre Français ? Avec ce remboursement limité à 80%, imposé sans préavis, plus d’un Français vivant à l’étranger et touché par une maladie ou un handicap se retrouve dans des impasses financières insurmontables.

Restaurer l’égalité entre Français

C’est face à ces inégalités et à ces déconvenues régulières que nombre des clients de la Caisse des Français de l’étranger se sont réunis dans différents collectifs sur Facebook, Twitter, etc.

En tout ce sont plus de 6000 Français qui s’interrogent sur l’opportunité de rester à la CFE. Cependant, ils sont attachés au système français qu’ils pensaient retrouver dans la CFE.

Au final, le désir de tous, c’est que la CFE devienne une nouvelle caisse officielle de la sécurité sociale française sur le modèle de ce qui existe pour nos amis allemands hors d’Allemagne.

Proportionner la cotisation aux revenus

Ce fut longtemps la règle, mais les difficultés quant au contrôle possible sur les déclarations des adhérents, ont eu raison de ce système. Désormais comme dans une assurance privée classique, les clients de la CFE cotisent selon leur âge et leur situation géographique. L’accès est donc restreint pour les personnes âgées aux petits revenus. 

Instaurer un remboursement aux frais réels pour tous

Si en France, les dépenses sont encadrés selon un barème imposé aux praticiens, un tel dispositif semble difficile à mettre en place.

Certains imaginent qu’il serait possible de créer ou de renforcer les partenariats avec des cliniques et des hôpitaux locaux.

Avec l’application des nouveaux barèmes  liés au lieu de résidence et la réduction de la prise en charge des maladies de longue durée ou des handicaps, les plus exposés sont désormais les moins protégés.

Action en justice

C’est face à ce constat, que certains ont décidé de mener une action. Elle passera par le Conseil d’État.

Leur objectif est de rétablir l’égalité de traitement et pousser à l’intégration de la Caisse des Français de l’étranger au sein de la Sécurité sociale nationale.

Vous pouvez, si vous le jugez nécessaire, les rejoindre. Pour cela, il vous suffit de prendre contact avec Jean-Paul Decrock sur le groupe « Les mécontents de la caisse des Français de l’étranger ». Ils sont plus de 1000 à se réunir pour collecter les fonds nécessaires à mener l’action en justice. Toutes les contributions sont les bienvenues, même les plus modestes.

Laisser un commentaire