"#cetétéjevisitelafrance" - La campagne qui vous donne une envie de France.

Ce mot d’ordre à l’initiative du collectif Patrimoine 2.0 devrait raisonner chaque année comme une évidence.

Il prend pourtant aujourd’hui un sens particulier, alors que les frontières ont été fermées, que certains pays sont toujours inaccessibles, que les boites de nuit n'ouvriront pas cet été, que les sports sont encadrés, que les plages sont surveillées.. Ce collectif de blogueurs voyages a décidé de soutenir le tourisme en France grâce à l’opération "Cet été je visite la France" en partenariat avec Atout France.

Coté Français de l'étranger, le message a été bien reçu. Selon notre consultation (plus de 1987 participants au 30 juin), 80% des expatriés ont décidé de rentrer en France cet été, en grande majorité pour rejoindre famille et amis dans sa région d'origine.

Une crise économique majeure pour le secteur du tourisme

Sur l'ensemble du territoire français, la facture pour les professionnels sera lourde en termes de recettes touristiques: selon "un premier schéma" de projections d'Atout France, c'est 40 à 45 milliards d'euros de CA pour l'ensemble de 2020, sur un total de 170 milliards d'euros annuels qui se sont déjà évaporés.

En 2019, au cours de l'été, c'est plus de  41 milliards d'euros que les touristes internationaux ont dépensés. Tandis que les résidents en France n'ont généré, eux, "que" 14 milliards de recettes pour les professionnels. 

Atout France et l'Office de tourisme de Paris ont mis en place un baromètre commun pour mesurer les intentions de voyage vers la France de 4.000 vacanciers potentiels, issus de 10 pays (France, Allemagne, Belgique, Chine, Espagne, États-Unis, Italie, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suisse).

"Après avoir géré la crise, on est dans une phase de gestion des incertitudes, les repères sont chamboulés, il y a un besoin de comprendre comment la France est perçue afin d'aider les professionnels à mieux cibler leurs offres", indique Caroline Leboucher d'Atout France au journal belge "Le Soir".

L'envie de voyages est toujours présent mais les destinations locales sont privilégiés par une grande majorité des sondés.  Le baromètre précise, cependant, que  "pour tous ceux qui franchiront les frontières, la France maintient sa place de leader des destinations européennes". L'espoir est donc permis. 

L'ouverture de l'Espace Schengen

La circulation dans l'espace Schengen s'est rétablie pour une grande majorité d'Etats… Mais en ce qui concerne l'extérieur, une poignée de pays vont voir leurs résidents autorisés à venir en France librement. Les Européens ont validé ce mardi une liste restreinte de 15 pays dont les ressortissants seront autorisés à voyager dans l’UE à partir de mercredi.

Elaborée par les ambassadeurs des pays de l’Union européenne vendredi soir, objet de difficiles tractations, la liste des visiteurs admis dans l’UE et l’espace Schengen compte l’Algérie, l’Australie, le Canada, la Géorgie, le Japon, le Monténégro, le Maroc, la Nouvelle-Zélande, le Rwanda, la Serbie, la Corée du Sud, la Thaïlande, la Tunisie et l’Uruguay. Elle inclut également la Chine, mais uniquement à condition qu’elle admette sur son sol les visiteurs venant de l’UE, ce qui n’est actuellement le cas que de façon limitée.

C'est donc une minorité de touristes internationaux qui vont avoir accès aux plages françaises, les nationalités les plus "dépensières" soit les américains, les russes est les saoudiens sont exclus.

Une liste réactualisée deux fois par mois

L'espoir pour les professionnels du tourisme résident dans l'actualisation de la liste toutes les deux semaines.

Cependant les Etats-Unis, pays le plus touché au monde par la pandémie avec 125.928 décès pour près de 2,6 millions de cas répertoriés, le Brésil, la Russie, l’Inde, la Turquie et Israël notamment, doivent traiter leur épidémie avant que les restrictions soient modifiées pour leurs ressortissants. Bien qu’ayant quitté l’UE le 31 janvier, le Royaume-Uni n’était pas concerné par les restrictions de voyage profitant du statut de transition actuel.

Venir en France

En tant que Français, vous pourrez accéder, dans tous les cas, au territoire national.

Si vous êtes résident d'un des pays de l'UE ou dans des pays énoncés dans la liste de l'Union européenne, vous n'avez pas besoin d'attestation ou de vous préparer à une "quatorzaine" volontaire. Le plus dur sera d'obtenir un vol. En effet, l'avion est le  principal moyen d'accès à la France pour la plupart des expatriés, comme l'indique notre consultation, dans laquelle plus de 70% des personnes ayant répondues déclarent qu'ils utiliseront ce mode de transport cet été.

Si vous êtes résidents d'un autre pays (donc la grande majorité de la planète), il vous faudra vous munir d'une attestation et vous munir des documents justifiant la raison impérieuse que vous indiquerez dans la dite attestation. Et surtout, il vous sera demandé de procéder à votre isolement volontaire pendant une période de 14 jours en France. Renseignez vous, votre pays de résidence pourra aussi, éventuellement, vous imposer une "quarantaine" à votre retour.

L'espoir est là, mais la Covid-19 aussi, solidaires, les expatriés le seront...dans les limites du raisonnable... et des possibilités qui leur seront offertes ! 

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire