Cap sur le 100% hydrogène

Cap sur le 100% hydrogène

Les députés européens ont voté mardi 28 septembre en faveur de la suppression du soutien au gaz fossile dans les règles de financement de l’UE pour les infrastructures énergétiques transfrontalières, connues sous le nom de « règlement RTE-E ».

Le règlement RTE-E crée un cadre permettant à l’Union européenne de financer les infrastructures énergétiques transfrontalières. Il détermine quels projets peuvent figurer sur la liste européenne des projets d’intérêt commun, ce qui permet d’accélérer l’octroi des permis et de bénéficier d’une enveloppe de 5,8 milliards d’euros exemptée des règles communautaires en matière d’aides d’État.

En vertu d’un accord adopté par la commission de l’énergie du Parlement mardi (28 septembre), les infrastructures de gaz naturel ne seront plus éligibles au financement de l’UE dans le cadre du règlement révisé.

Toutefois, les législateurs ont convenu d’une dérogation pour les infrastructures gazières déjà approuvées dans le cadre des 4e et 5e listes de projets d’intérêt commun de l’UE.

Ces projets ne recevront un financement de l’UE que s’ils aident les États membres à s’éloigner des combustibles fossiles plus polluants, comme le charbon, le lignite, la tourbe et le schiste bitumineux, selon les députés européens.

Les groupes de protection de l’environnement ont dénoncé l’accord, affirmant qu’il permettra à plus de cinquante projets d’infrastructure gazière d’être considérés comme prioritaires pour l’UE — y compris le Baltic Pipe au Danemark, le gazoduc EastMed reliant la Grèce et Chypre ainsi que le terminal GNL de Shannon en Irlande.

Vers le tout-hydrogène à horizon 2030

En outre, les législateurs ont voté pour que l’hydrogène mélangé à du gaz fossile puisse bénéficier d’un statut spécial.

Selon un compromis élaboré au début du mois, le soutien de l’UE aux investissements dans les infrastructures de mélange prendra fin en 2027, et tous les projets incluant des mélanges devront se convertir à l’hydrogène à 100 % d’ici 2029.

Erik Bergkvist, un eurodéputé social-démocrate suédois impliqué dans les négociations du Parlement, a déclaré que ces dates enverront un signal clair à l’industrie pour qu’elle entame la transition vers les énergies renouvelables.

« Le mélange n’est autorisé que dans le but de créer des pipelines d’hydrogène dédiés et en tant que nécessité technique dans un délai provisoire pour permettre le passage des pipelines existants à des pipelines 100 % hydrogène » « Il n’y a pas de financement pour les combustibles fossiles. Nous avons mis à jour le RTE-E pour nous concentrer sur les sources renouvelables. Nous avons connecté les réseaux offshore et inclus de nouvelles catégories. Les projets énergétiques qui sollicitent un financement de l’UE devront prouver leur efficacité énergétique comme critère principal dans le processus d’évaluation de l’éligibilité au financement de l’UE »

Erik Bergkvist, eurodéputé social-démocrate suédois

Mais les militants écologistes de Greenpeace ont prévenu que, en pratique, cela signifie que les gazoducs pourraient continuer à transporter du gaz fossile ou du gaz mélangé à une quantité marginale d’hydrogène jusqu’à la fin de la décennie. Selon eux, cela va à l’encontre de l’avis de l’Agence internationale de l’énergie, qui a demandé l’arrêt de tous les investissements dans de nouveaux projets de combustibles fossiles afin d’atteindre l’objectif des Nations unies de limiter le réchauffement de la planète à 1,5 °C.

Le vote de la commission de l’énergie du Parlement européen fait suite à un accord conclu par les dirigeants de l’UE au début de l’année, qui prévoyait également des exceptions pour les investissements dans l’industrie du gaz dans le cadre du règlement RTE-E — une décision largement critiquée par les organisations environnementales à l’époque.

Les pays de l’Union attendent maintenant que le Parlement finalise sa position en séance plénière avant d’entamer les discussions dites de trilogue avec la Commission européenne et d’élaborer la décision finale de l’UE.

Et il est inévitable que le gaz fossile soit à nouveau la principale source de discorde.

« Nous continuerons à nous battre contre les combustibles fossiles », a déclaré M. Bergkvist à EURACTIV. « Ce sera notre priorité. Nous entrons dans les négociations avec une large majorité du Parlement européen, ce qui nous donne une position forte dans les négociations », a-t-il ajouté.

Mais, selon les militants, ce sera à la Commission européenne et aux pays de l’UE de résister au Parlement et de « sortir l’Europe du gaz une fois pour toutes ».

« Les députés européens n’ont pas réussi à s’opposer aux lobbyistes des combustibles fossiles et ont plutôt accepté la tentative désespérée de l’industrie gazière de s’accrocher aux subventions, au statut et au soutien publics », a déclaré Eilidh Robb, chargée de campagne sur les combustibles fossiles pour l’association Amis de la Terre Europe.

Soutien aux technologies de capture du carbone

Dans un geste qui a été accueilli plus chaleureusement par les groupes de protection de l’environnement, les députés européens ont également voté en faveur du financement des infrastructures de capture et de stockage du carbone.

Il s’agit d’une étape importante pour la décarbonisation industrielle en Europe, a déclaré Lee Beck de la Clean Air Task Force, une ONG environnementale.

« Les technologies de gestion du carbone sont une option intégrale pour assurer l’avenir de la décarbonation de l’industrie lourde comme le ciment et l’acier, tout en préservant et en créant des emplois », a-t-elle déclaré.

« Avec des ressources de stockage géologique réparties de manière inéquitable dans l’UE, le fait d’apporter un soutien aux infrastructures de CO2 — stockage géologique et modalités de transport du CO2 — signifie que tous les pays auront accès aux technologies de gestion du carbone pour atteindre les objectifs climatiques », a-t-elle déclaré à EURACTIV.

Laisser un commentaire