Brexit : plus de poisson pour le Royaume-Uni mais aussi plus d’impôts

Brexit : plus de poisson pour le Royaume-Uni mais aussi plus d’impôts

Les ministres britanniques ont proclamé que le dernier accord sur les quotas de pêche avec l’UE permettra aux pêcheurs britanniques de capturer 30  000 tonnes de poisson de plus en 2023 que ce qui aurait été possible avant le Brexit.

Dans le cadre du dernier accord annuel dévoilé par les ministres mardi (20 décembre), les bateaux britanniques seront autorisés à pêcher 140  000 tonnes de poisson d’une valeur de 280 millions de livres sterling l’année prochaine. Ceci représente une augmentation de 27 % par rapport aux 110  000 tonnes que le Royaume-Uni se serait vu attribuer en tant que membre de l’UE, ont déclaré les ministres britanniques.

« Nous sommes mieux lotis maintenant que nous sommes hors de l’UE que nous ne l’aurions été si nous étions restés un État membre », a déclaré le ministre de la Pêche Mark Spencer aux députés de la Chambre des communes mardi.

« Cet accord est meilleur que ce que nous aurions négocié si nous étions restés dans l’UE »

Le ministre britannique de la Pêche Mark Spencer

Pour sa part, la Commission européenne a déclaré que l’accord avait garanti des possibilités de pêche de plus de 350  000 tonnes pour la flotte de l’UE, pour une valeur d’environ 1 milliard d’euros. L’accord couvre toutes les ressources halieutiques partagées et gérées conjointement dans les eaux de l’UE et du Royaume-Uni.

Les bateaux britanniques seront autorisés à pêcher 140 000 tonnes de poisson d’une valeur de 280 millions de livres sterling l’année prochaine. Ceci représente une augmentation de 27 % par rapport aux 110 000 tonnes que le Royaume-Uni se serait vu attribuer en tant que membre de l’UE, ont déclaré les ministres britanniques.

Bien qu’elle contribue à environ 0,1 % de son PIB, l’industrie de la pêche britannique était l’un des principaux arguments utilisés par les pro Brexit avant et pendant la campagne du référendum de 2016. Le Royaume-Uni a également convenu avec la Norvège de quotas de pêche annuels couvrant la mer du Nord et les eaux arctiques.

Le Royaume-Uni a récupéré une partie de son stock disponible dans le cadre de l’accord de commerce et de coopération avec l’UE, qui est entré en vigueur en 2021. En vertu de cet accord, 25 % du précédent quota de l’UE dans les eaux britanniques sont transférés au Royaume-Uni jusqu’en juin 2026.

Après 2026, d’ultérieures négociations entre l’UE et le Royaume-Uni sur l’accès et la part des stocks auront lieu sur une base annuelle.

L’économie britannique plus petite suite au Brexit 

Cependant, malgré les perspectives d’un léger coup de pouce au secteur de la pêche, une recherche publiée mardi par le think tank Centre for European Reform (CER) a également estimé que le Brexit a coûté à l’économie britannique 40 milliards de livres sterling entre janvier et juillet 2022.

« Il ne fait aucun doute que l’économie britannique est significativement plus petite à la suite du Brexit », a déclaré John Springford, qui dirige le projet de recherche du CER qui compare l’économie britannique avec un homologue calculé comme si le Royaume-Uni était resté dans l’UE.

« En mars 2022, alors qu’il était chancelier, Rishi Sunak avait tacitement accepté la projection de l’OBR [Office for Budget Responsibilty] selon laquelle l’économie se réduirait d’environ 4 %, et avait en conséquence augmenté les impôts de 46 milliards de livres sterling pour garantir le financement des services publics. Selon mon analyse, la quasi-totalité de ces hausses d’impôts n’auraient pas été nécessaires si la Grande-Bretagne était restée dans l’UE. »

John Springford, dirige le projet de recherche du CER qui compare l’économie britannique avec un homologue calculé comme si le Royaume-Uni était resté dans l’UE

Laisser un commentaire