Bientôt un salaire minimum dans tous les États européens ?

Bientôt un salaire minimum dans tous les États européens ?

Une majorité considérable de législateurs européens a voté en faveur de l’adoption de la nouvelle directive européenne sur le salaire minimum, qui vise à augmenter les salaires minimums dans les États membres et à renforcer les négociations collectives. 

505 membres du Parlement ont voté pour, 92 voix contre et 44 abstentions.

« Les gens ont vraiment du mal à joindre les deux bouts. Nous n’avons pas de temps à perdre, le travail doit payer à nouveau », a déclaré Agnes Jongerius, députée et co-rapporteur de la directive.

Le Conseil de l’UE devrait adopter officiellement la directive plus tard dans le mois, ce qui donnerait ensuite aux États membres deux ans pour la mettre en place dans leur législation nationale. La directive a été critiquée par le Danemark et la Suède, deux pays qui utilisent une réglementation du marché du travail très légère, basée sur la négociation collective plutôt que sur des salaires minimums légaux.

Cependant, la directive n’obligera pas les pays à mettre en œuvre un salaire minimum légal s’ils n’en ont pas, ce qui est le cas de six États membres. Les États membres qui disposent d’un salaire minimum légal devront s’assurer qu’il est « adéquat ».

Vote au Parlement européen

Cette adéquation doit être régulièrement contrôlée afin que le salaire minimum puisse être reconsidéré si les circonstances changent, par exemple en raison de l’inflation. Pour évaluer l’adéquation des salaires minimums, la directive propose que les États membres utilisent les valeurs de référence de 60 % du salaire médian brut ou de 50 % du salaire moyen brut.

Ces seuils sont plus élevés que le salaire minimum dans la plupart des Etats membres de l’UE, ce qui signifie que les salaires minimums pourraient être augmentés dans les années à venir. Mounir Satouri, eurodéputé vert, a déclaré que « grâce à cette directive, 25 millions de travailleurs verront leur salaire augmenter de 20 % », et que cela réduirait également une partie de l’écart de rémunération entre les hommes et les femmes en Europe.

Cependant, il est important de noter que l’UE ne peut pas obliger les États membres à appliquer immédiatement des salaires minimums plus élevés. Elle fournit plutôt des lignes directrices sur ce que devrait être un salaire minimum adéquat.

De plus, la directive exige que les États membres établissent des plans d’action nationaux pour augmenter la portée de la négociation collective sur le marché du travail si celle-ci est inférieure à 80 %.

« La négociation collective est le meilleur moyen de parvenir à des salaires justes et équitables », a déclaré Dennis Radtke, membre du Parlement pour le PPE de centre-droit, dans un communiqué.

Le taux de négociation collective est considérablement inférieur à 80 % dans la plupart des États de l’UE, ce qui signifie que la plupart des États membres devront désormais trouver des moyens pour accroître leur couverture en matière de négociation collective. Cela signifie également un renforcement des syndicats.

La directive oblige également les États membres à introduire des mécanismes de contrôle afin de garantir un accès efficace des travailleurs aux salaires minimums légaux et de s’assurer que ces derniers ont le droit de négocier collectivement.

Laisser un commentaire