Affaire : Steve Maia Caniço – En France mourir à 24 ans un 21 juin

Affaire : Steve Maia Caniço – En France mourir à 24 ans un 21 juin

juillet 31, 2019 0 Par redactionafp

Il aura fallu 37 jours pour retrouver sa trace. Le corps de Steve Maia Caniço a été retrouvé lundi, dans la Loire. L’animateur périscolaire de 24 ans n’avait plus donné de signe de vie depuis le soir de la Fête de la musique, alors qu’il assistait à un concert à Nantes, en bord de Loire avec des amis.

Son corps, “en état de décomposition avancée”, a été repéré à environ un kilomètre du quai Wilson, dernier endroit où il a été aperçu. Ce quai, haut de plusieurs mètres par rapport au niveau de l’eau et dépourvu de parapet, est situé à l’extrémité de l’île de Nantes, dans une zone éloignée du centre-ville. Mais pourquoi a-t-il fallu plus d’un mois pour retrouver le corps du jeune homme?

  • Quand un individu meurt dans l’eau, ses poumons se remplissent et il coule

Dans la nuit du 21 au 22 juin, la soirée techno organisée sur le quai Wilson, à l’extrémité de l’île de Nantes, s’est achevée dans la confusion. Vers 4h00 du matin, la police est intervenue pour mettre fin au concert mais des échauffourées ont éclaté entre les forces de l’ordre et les fêtards. De nombreux participants affirment avoir été aveuglés par un nuage de gaz lacrymogène: paniqués, ils ont chuté dans le fleuve.

Quatorze personnes ont ainsi été repêchées par les secours durant la nuit. Ils martèlent qu’ils sont “tombés dans la Loire et non qu’ils ont sauté délibérément”, précise à l’AFP Me Marianne Rostan qui a déposé le 3 juillet une plainte collective de 89 participants pour “mise en danger de la vie d’autrui et violences volontaires par personnes dépositaires de l’autorité publique”, confiée à l’IGPN. Steve Maia Caniço pourrait faire partie des jeunes qui ont chuté dans l’eau à ce moment-là, ses proches ont précisé qu’il ne savait pas nager.

Quand un individu tombe à l’eau, s’il se noie et meurt “ses poumons se remplissent d’eau. Son corps devient plus lourd et il coule. En moyenne, un corps remonte au bout de sept jours à dix jours en eau douce”, explique à Ouest-France Thierry Brédillot, un sauveteur plongeur.

Le cadavre peut également être maintenu au fond de l’eau par des rochers, des branchages ou encore des déchets. De quoi compliquer la recherche du corps.

  • La Loire: un fleuve opaque soumis aux marées

Autre difficulté: “La Loire est un fleuve qui subit des marées”, précise le sauveteur plongeur. Impossible donc de savoir vers quelle direction pourrait dériver un corps dans ces eaux. Par ailleurs, les marées du fleuve remuent la vase qui remonte ainsi à la surface, donnant une couleur un peu marron au fleuve. Cela complique les recherches dans cette eau trouble.

Après avoir établi un périmètre, les plongeurs du service départemental d’incendie et de secours et de la gendarmerie “fouillent chaque partie au toucher, puisque l’on ne voit souvent rien”, ajoute Thierry Brédillot.

Tous ces éléments combinés compliquent les recherches qui ont pourtant été “intensives” dès le premier jour, assure le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès. Outre les plongeurs du service départemental d’incendie et de secours et de la gendarmerie qui ont sillonné le fleuve “sur plusieurs kilomètres”, des drones, un hélicoptère et un avion Cessna de la Police aux frontières ont également tenté de repérer le corps depuis les airs.

  • Des recherches tardives?

Le procureur de la République de Nantes a ajouté à ces dispositifs le savoir-faire de la brigade fluviale de la préfecture de police de Paris avec un zodiac équipé d’un sonar, à partir du 24 juillet. Certains reprochent à l’enquête d’avoir mis trop de temps à progresser.

“C’est vrai qu’il a fallu attendre un mois pour que ça commence à faire du bruit, pour qu’on commence à en parler, que certains commencent à s’indigner et que les procédures judiciaires puissent avancer”, déplore à l’AFP Me Marianne Rostan.

Pourtant, “à la suite de la disparition de Steve Maia Caniço, signalée le 23 juin 2019, des investigations judiciaires ont été menées, d’abord sous la direction du parquet de Nantes, puis, à partir du 27 juin 2019, dans le cadre d’une information judiciaire en recherche des causes de cette disparition”, a rappelé le procureur de Nantes.

  • Des fausses pistes ont fait perdre un temps précieux aux enquêteurs

Ces recherches infructueuses ont parfois suscité parfois de faux espoirs. Le 23 juillet, l’avion du Cessna a repéré “une masse” à la surface du fleuve. Un hélicoptère de la gendarmerie nationale et des patrouilles fluviales ont été dépêchées sur les lieux, selon France Info, pour se rendre compte qu’il s’agissait d’une fausse alerte.

Le 25 juillet, des promeneurs ont aperçu un corps dans la Loire mais celui-ci s’est avéré être le cadavre d’un chien enveloppé dans un linge. Des fausses pistes qui ont coûté de précieuses heures aux enquêteurs.

L’avocate de la famille de Steve Maia Caniço a estimé que la mort du jeune homme était devenue “une affaire d’État”, ce mardi, après la prise de parole d’Édouard Philippe. Dans la journée, le Premier ministre avait déclaré que le déroulement de la soirée du 21 juin dernier était encore “confus” et qu’une nouvelle enquête serait diligentée.

Publicités