A l’ère des nouvelles injustices

A l’ère  des  nouvelles  injustices

La  France  est  un  des  pays  les  plus  égalitaires  au  monde.  Les  écarts  de revenus  après redistribution  fiscale  et  sociale  figurent  parmi  les  plus faibles.  Pour  autant,  le  sentiment d’injustice  reste  élevé  et  a  même  tendance  à  s’accroître.  L’accroissement  relatif  de revenus  et  de patrimoine  concerne  essentiellement  les  0,1  %  les  mieux  dotés.  Le  taux de  pauvreté  monétaire  reste,  de  son  côté,  très  stable  au  fil  des années.  

Malgré  les  crises rencontrées  lors  de  ces  cinquante  dernières  années,  de  nombreuses  avancées  sociales ont  été  réalisées.  Le  nombre  de  jeunes  Français  accédant  à  l’enseignement  supérieur est  passé  de  850  000  à  2,6  millions  de  1970  à  2020.  Le  niveau  de  vie  des  retraités  est devenu supérieur  à  celui  de  la  moyenne  de  la  population.  En  2020,  5 %  des  retraités touchent  le  minimum  vieillesse  contre  plus  d’un  tiers  en  1970.  La  couverture  santé concerne  désormais  l’ensemble  des  ménages.     

L’important  n’est  pas  l’inégalité  en  tant que  telle  mais  son  ressenti,  le sentiment  d’injustice  qu’éprouve  une  part  non  négligeable de  la  population  n’est  pas  discernable  par  les  statistiques.  Il  échappe  par nature  à  la rationalité.  Que  Neymar  ou  Messi  gagnent  plus  que  le  PDG  le  mieux  payé  du  CAC  40  et 2000  fois  plus  que  le  salarié  au  SMIC  pourrait  être  considéré  comme  injuste ;  or  tel  n’est pas  le  cas.

Le  refus  de  l’arbitraire et  du  mépris   

Les  injustices  sont  le  miroir  de  nos  sociétés.  Elles  changent  de  visage  tout  en  demeurant un  cri  de  révolte,  un  mal-être,  une  défiance  à l’encontre  de  l’ordre  existant.  De  l’abolition des  privilèges  le  4  août  1789  aux  «  gilets  jaunes  »  de  2018,  si  les  revendications  évoluent tout  comme  la  forme  des  combats,  le  refus  de  l’arbitraire,  du  mépris  et  de  la marginalisation  demeure.  

À  la  différence  des  grandes  revendications  sociales  des  XIX  et XXe  siècles,  la  lutte  contre  les  injustices  est  de  moins  en  moins  régulée  par des représentants  ou  des  intermédiaires.  Elle  n’est  plus  l’expression  d’une  conscience  de classe  ou  d’une  communauté  organisée  et  hiérarchisée.  Elle    est  à  l’image  de  la  société, plus  individualiste,  plus  émotionnelle.  Elle  prend  forme  à  partir  d’évènements  comme  le mouvement  «  MeToo  »  en lien  avec  l’affaire  Weinstein  en  2017  ou  celui  de  «  Black  Lives Matter  »  né  en  2013  aux  États-Unis. 

Les  injustices  naissent  d’un  fort  besoin  de reconnaissance  et  d’un  profond  respect  des  différences.  L’individu  ne  se  définit  plus exclusivement  par  sa  personnalité  juridique  ou  son  statut  social  mais  par  son  histoire comprenant  celle  de  ses  aïeux,  son  orientation  sexuelle, sa  religion,  etc.  Cette  révolution conceptuelle  s’inscrit  dans  le  champ  plus  large  de  la  mutation  des  sociétés contemporaines.  

Jusque  dans  les  années  1980,  un  salarié  se  définissait  par  rapport  à son  statut  –  cadre,  employé,  ouvrier  –  et  par  rapport  à  sa  branche  professionnelle. L’ouvrier  de  Renault  se  définissait  avant  tout  comme  un «  métallo  »,  comme  le  salarié d’une  petite  usine  de  décolletage. Aujourd’hui,  avec  la  parcellisation  du  travail,  ces références  sont,  en grande  partie,  tombées.  Le  travail  obéit  de  moins  en  moins  à  la  règle des  trois  unités,  de  lieu,  de  temps  et  d’action.  Il  forme  un  continuum  avec  les  loisirs  et  la vie  familiale.  La  symbolique  des  manifestations  revendicatives  a  été  également bousculée.  Les  gilets  jaunes  se  réunissant  sur  des  non-lieux,  les  ronds-points, rassemblaient  des  personnes  venant  d’horizons  très  divers,  ayant  peu  de  revendications concrètes  à  satisfaire,  et  refusant  toute  structuration  de  leur  mouvement.  

La  jeune suédoise  Greta  Thumberg  a  mobilisé,  de  manière  informelle,  de  nombreux  jeunes, indignés,  pour  reprendre  l’expression  de  Stéphane  Hessel,  devant  l’inaction  des  ainés   dans  la  lutte  contre  le  réchauffement  climatique.  Si  dernièrement,  aux  États-Unis,  les travailleurs  indépendants  des  plateformes  de  ventes  à  domicile  se  sont  ligués  afin  de bénéficier  de  meilleures  conditions  de  travail,  ce  type  de mouvement  demeure  rare.

Nouvelles  injustices  protéiformes     

Les  nouvelles  injustices  protéiformes  sont  difficiles  à  agréger  par  les  partis  politiques  et les  syndicats  dont  la  structuration  a  longtemps  obéi à  un  schéma  cartésien,  voire manichéen,  autour  des  thèmes  du  progrès,  du  partage  des  richesses  et  du  pouvoir des familles.  Ils  étaient  les  catalyseurs  des  tensions  et  des  passions.  Avec  les  réseaux sociaux,  la voix  de  toutes  et  tous  a  la  même  valeur  ou  presque  et  peut  être  entendue  par toutes  et  tous.  Elle  semble  avoir  plus  de  résonnance  que  celle  qui  est  placée  dans  une urne.

Le  partage  d’une  image sur Instagram  a  pris  le  pas  sur  le  bulletin  de  vote  anonyme  

Le  partage  d’une  image,  d’une  émotion  ou  d’un  cri  sur Twitter,  TikTok, Instagram  ou sur  une  télévision  d’information  continue  a  pris  le  pas  sur  le  bulletin  de  vote  anonyme.  La téléréalité  a  envahi  le  monde  en  s’imposant  comme  mode  de  communication  à  l’intérieur comme  à l’extérieur  des  écrans.  Les  injustices  sont  d’autant  plus  insupportables  que  le secret  est  banni,  que  tout  est  public  ou  presque.  Les  filtres  et donc  le  recul  ont  disparu. La  société  est  ainsi  devenue  plus  transparente  et  plus  brutale.   

Autrefois,  la  correction  d’une  injustice  de  statuts  passait  par  l’adoption  ou  la  suppression d’une  loi,  la  correction  d’une  injustice  sociale  par  une  prestation.  Mais  aujourd’hui,  pour la  correction  d’une  injustice  de situation  liée  à  son  histoire,  ses  origines,  sa  culture,  son orientation  sexuelle  ou  son  lieu  d’habitation,  la  solution  est  évidemment  plus complexe. 

Face aux nouvelles  injustices,  les  pouvoirs  publics  sont  contraints  d’inventer  de  nouvelles formes  d’intervention  allant  de  la  discrimination  positive  à  l’action  mémorielle.

Ces nouvelles  injustices  si  elles  sont  souvent  de  nature  individuelle,  confèrent  étrangement  à l’État  des  responsabilités  accrues.  Il  lui  est demandé  de  réduire  au  maximum  les incertitudes  de  l’existence.  Tout  le monde  doit  être  en  capacité  de  réussir  ses  études, son  emploi,  sa  vie, etc.  L’État  n’est  plus  seulement  la  nounou  des  citoyens,  il  se  doit  en toute  circonstances  de  trouver  les  solutions.  Les  citoyens,  otages  et  tyrans  de  l’action publique,  hésitent  entre  défiance  et  amour,  dépendance  et  rejet.  Cette  évolution  de  la lutte  des  injustices  qui  modèle  la  vie  en  société,  depuis  des  millénaires  comme  Albert Camus  l’a  décrit  dans  son essai  de  1951,  L’homme  révolté, met  donc  à  rude  épreuve  le système démocratique.  Dans  une  société  où  toutes  les  voix  s’expriment publiquement  en temps  réel  sur  les  réseaux,  le  principe  d’élire,  par  bulletin  secret,  un  représentant,  un chef,  peut  apparaître  incongru. 

En  France,  l’abstention  est  devenue  la  règle  pour  les élections  tout  comme  en  Suisse  pour  les  référendums.  Certains  suggèrent  la reconnaissance  du  vote  blanc,  d’autres  le  passage  au  vote  en  ligne. L’une  comme  l’autre de  ces  propositions  pourraient  ne  pas  faire  revenir  vers  les  urnes  les  abstentionnistes  qui sont,  pour  un  nombre  non  négligeable  d’entre  eux,  non  pas  contre  le  système  mais  «  asystème  »  ou  entrés  de  plain-pied  dans  un  nouveau  système  pas  encore  défini.  

Laisser un commentaire