60 ans de construction européennes, entre avancées et turbulences

60 ans de construction européennes, entre avancées et turbulences

Du traité de Rome au Brexit, en passant par la création de l’euro et la crise migratoire, retour sur les moments forts qui ont jalonné 60 ans de construction européenne.

La naissance de l’Union

Le 9 mai 1950, Robert Schuman, ministre français des Affaires étrangères, pose la première pierre de la construction européenne, proposant à l’Allemagne, cinq ans seulement après sa capitulation, d’intégrer la production franco-allemande de charbon et d’acier dans une organisation ouverte à tous les pays d’Europe.

Le traité de Paris, instituant la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA), est signé le 18 avril 1951. L’Europe des « Six » (Allemagne, Belgique, France, Italie, Luxembourg, Pays-Bas) est née.

De la CEE à l’UE

Le 25 mars 1957, les Six signent à Rome le traité fondateur de l’Europe politique et économique, instituant la Communauté économique européenne (CEE), un marché commun fondé sur la libre circulation avec la suppression des barrières douanières entre États membres. Les institutions sont mises en place début 1958.

En janvier 1973, le Royaume-Uni, le Danemark et l’Irlande rejoignent la CEE, suivis par la Grèce (1981), l’Espagne, le Portugal (1986), l’Autriche, la Finlande et la Suède (1995).

Le traité de Maastricht, deuxième acte fondamental de la construction européenne, est signé le 7 février 1992, prévoyant le passage à la monnaie unique et instaurant une Union européenne.

À partir de janvier 1993, le Marché unique devient réalité avec la libre circulation des marchandises, des services, des personnes et des capitaux. En mars 1995, les accords de Schengen permettent aux Européens de voyager sans contrôle aux frontières.

Euro et Union à 28

Le 1er janvier 2002, l’euro entre dans la vie quotidienne de quelque 300 millions d’Européens. Le Danemark, le Royaume-Uni et la Suède gardent leurs monnaies nationales.

Après la chute du mur de Berlin en 1989, l’élargissement vers les pays d’Europe de l’Est s’impose progressivement. Dix nouveaux pays intègrent l’UE en mai 2004 : Pologne, République tchèque, Hongrie, Slovaquie, Lituanie, Lettonie, Estonie, Slovénie, ainsi que Malte et Chypre. Suivront la Bulgarie et la Roumanie (2007) puis la Croatie (2013).

Le temps des crises

Au printemps 2005, le rejet de la Constitution européenne par les électeurs français et néerlandais fait basculer l’UE dans une crise institutionnelle. Elle n’en sort qu’avec le traité de Lisbonne, censé faire mieux fonctionner les institutions de l’UE élargie, difficilement ratifié en 2009.

Cette même année, la Grèce annonce une forte hausse de son déficit, premier signal d’alarme d’une vaste crise financière. La Grèce, puis l’Irlande, l’Espagne, le Portugal et Chypre demandent l’aide de l’UE et du FMI, qui réclament des mesures d’austérité. La crise de la dette fait tomber, les uns après les autres, les chefs de gouvernement européens et accroît la défiance envers l’UE.

À peine sortie de cette crise, l’Europe est confrontée à la plus grave crise migratoire depuis 1945 avec l’arrivée de centaines de milliers de candidats à l’asile. L’UE se déchire sur la réponse à apporter.

Le Brexit

Le 23 juin 2016, les Britanniques votent à 51,9% en faveur de la sortie du Royaume-Uni de l’UE. Les longues négociations sur les modalités de retrait mettent à rude épreuve les nerfs de la classe politique britannique et des Européens, inquiets des conséquences d’un « no-deal ».

Un premier accord entre Londres et Bruxelles est rejeté trois fois par le Parlement britannique. Un deuxième accord est conclu le 17 octobre mais il faudra attendre les législatives de décembre, remportées largement par les conservateurs menés par Boris Johnson, pour qu’il soit adopté par le Parlement.

Initialement prévu le 29 mars 2019, le Brexit a lieu le 31 janvier 2020. L’UE perd pour la première fois un membre. En mars débutent de laborieuses négociations sur la future relation commerciale et sécuritaire entre l’UE et le Royaume-Uni, qui aboutissent à la veille de Noël, à peine une semaine avant la fin d’une période de transition.

Le 31 décembre 2020 à 23 heures, le Royaume-Uni quitte le marché unique et l’union douanière.

Coronavirus

La pandémie de coronavirus fait plonger les économies en 2020 et suscite en mars une vague de fermetures de frontières dans l’UE et l’espace Schengen. Un nouveau coup dur pour la liberté de circulation, l’un des principaux acquis européens déjà ébréché par les tensions migratoires.

Un accord entre les 27 ouvre la voie à la possibilité inédite pour l’UE d’emprunter collectivement sur les marchés à grande échelle, afin de financer un plan de relance.

Laisser un commentaire