Vers de nouvelles hausses des frais de scolarité?

Vers de nouvelles hausses des frais de scolarité?

octobre 11, 2018 0 Par La rédaction

Christophe Bouchard @AEFE

 

Dans sa lettre adressée  le 31 août 2018  aux chefs d’établissement et à leurs équipes éducatives, Christophe Bouchard, directeur de l’Agence pour l’Enseignement Français à l’Etranger,  parle  peu des perspectives financières  du réseau d’enseignement.  Il souligne  ‘les brillants résultats au baccalauréat en 2018″  qui  » témoignent, cette année encore, de l’excellence des établissements du réseau avec un taux de 97,3 % de réussite, dont plus de 75 % avec mention et près de 25 % avec une mention très bien ». Mais quid des financements?

Christophe Bouchard aborde certes l’importante question du développement du réseau à travers ses projets  immobiliers. Il constate  que   « Malgré un contexte budgétaire contraint, l’Agence continue d’accompagner les établissements afin que tous les projets immobiliers prévus puissent être réalisés. En cette rentrée, les élèves de Rome, Hanoï, Pondichéry, Düsseldorf, Conakry et Annaba bénéficient notamment de nouveaux locaux. Des chantiers sont également en cours à Tunis, Madrid, Oslo, Shanghai, Hong-Kong, Séoul, Abou Dhabi, Marrakech, Fès, Sousse et au Collège protestant de Beyrouth. »  Il a raison de souligner cette question.  Mais comment ces projets seront ils finances dans un réseau  sous forte tension?  Ainsi à Madrid, un projet immobilier dans le premier EGD de l’AEFE frise les  10 millions d’euros quand le fond de roulement est de 1,8 million.

C’est  la seule référence au contexte budgétaire faite par le directeur de l’AEFE.   Pourtant, comme le relevait fin août le rapport de deux sénateurs, la situation financière est plus que tendue.

M. Bouchard effectue actuellement des déplacements (Brésil, Londres, Maric etc..).  Il rencontre les équipes éducatives et les représentants de parents d’élèves.  L’impression générale  – qui devrait être confirmée lors des prochains conseils d’établissements – est que dans de nombreux lycées, quand les fonds de roulements  ne suffiront pas, il sera impossible d’éviter de fortes hausses des frais de scolarités lors de la prochaine rentrée.  Et les fonds de roulement ont souvent été mis à mal par la baisse des dotations de l’état ces dernières années.

Jusqu’à présent  dans les EGD (Etablissements en Gestion Directe) les frais de scolarité ont moins augmenté que dans les conventionnés ou partenaires. Ainsi à Londres,  le lycée conventionné est il 50% plus cher que l’EGD. Mais si l’état devait par exemple baisser sa part de prise en charge des salaires enseignants et si les fonds de roulements devaient continuer à fondre, on ne pourrait éviter, à la rentrée 2019,  des hausses à deux chiffres des frais de scolarité dans de nombreux établissements.

 

Article du 30/08/2018  Un rapport sénatorial s’inquiète de l’avenir du financement de l’enseignement français à l’étranger

Article du 26/09/2018  Etape 4: USA, la hausse vertigineuse des droits de scolarité remet en cause le modèle.

 

La Rédaction,

Le 03/10/2018

 

Publicités