Retrospective de l’actualité des Français de l’Etranger

Retrospective de l’actualité des Français de l’Etranger

décembre 31, 2018 0 Par Fabien Ferasson

Les “gilets jaunes”

Christophe ARCHAMBAULT / AFP

En août, l’annonce que pensions, aides personnalisées au logement (APL) et allocations familiales ne seront plus indexées sur l’inflation nourrit la colère des plus modestes et des retraités, déjà touchés par la hausse de la CSG.

Le 17 novembre, 280.000 “gilets jaunes” entament une large protestation contre la hausse prévue des prix du carburant et la baisse de leur pouvoir d’achat. Sans leader connu, le mouvement se durcit au fil des jours et fait plusieurs morts et de nombreux blessés. Emmanuel Macron, “président des riches”, est au cœur des attaques.

Le 4 décembre, après un week-end marqué par des scènes de guérilla urbaine et un mouvement soutenu par plus de 70% des Français, l’exécutif annonce l’annulation de la hausse sur les carburants. La fronde s’est étendue aux lycéens. Le samedi 8 est marqué par une répression policière accrue, y compris contre des journalistes.

Le 11, M. Macron annonce une hausse de 100 euros du “salaire d’un travailleur au Smic” financée par l’État via la prime d’activité, et la fin de la CSG pour les retraités touchant moins de 2.000 euros. Rien ne concerne toutefois l’ISF (Impôt sur la fortune) et l’indexation sur l’inflation

L’attentat de Strasbourg

Patrick HERTZOG / AFP

Le 11 décembre au soir, Chérif Chekatt, un délinquant multirécidiviste de 29 ans, fiché S (pour Sûreté de l’État) pour radicalisation islamiste, a pénétré dans le centre historique de Strasbourg, armé d’une arme à feu et d’un couteau avant d’attaquer des passants à plusieurs endroits et de parvenir à s’enfuir. Des témoins l’ont entendu crier “Allah Akbar !”. L’assaillant a été retrouvé et tué par des policiers deux jours plus tard à Strasbourg. Cinq personnes au moins sont décédées.

 

Les Bleus champions du monde

ALEXEY NIKOLSKY / SPUTNIK / AFP

Le 15 juillet, l’équipe de France de football l’emporte contre la Croatie (4-2) en finale de la Coupe du monde en Russie. Des centaines de milliers de personnes se rassemblent spontanément sur les Champs-Élysées à Paris. Le lendemain, au moins 300.000 personnes suivent sur la même avenue le passage rapide du bus des Bleus, attendus à l’Élysée.

 

 

 Élections en série de conseillers consulaires indépendants

Ministère des Affaires Etrangères

 

Alors qu’aux Pays-Bas, le conseil d’Etat a annulé l’élection consulaire partielle et que la non-nomination du suppléant du conseiller consulaire défaillant a fait couler beaucoup d’encres, il y a eu d’autres élections à travers le monde.

Mais définitivement, les élections consulaires ne sont plus la chasse gardée des partis traditionnels.  En juin dernier lors de la consulaire partielle à Shanghai, c’est une candidate apolitique qui a remporté le siège devançant une autre apolitique.  La candidate LREM est arrivée en 3e position, suivie par les candidats UFE et ADFE (proches respectivement de LR et su PS). La circonscription consulaire Qatar-Bahreïn est  réputée  conservatrice.  Lors des élections de 2014, la droite avait remporté les  3 sièges en liste avec 100% des suffrages exprimés….. faute d’autre candidature tellement son hégémonie était incontestée. Pour cette élection partielle, deux sièges étaient en jeu. Le candidat LR Guillaume Salha atteint 38% (91voix)  et les deux candidats apolitiques  respectivement 32 %(75 voix)  pour Rosiane Houngbo-Monteverde  et 30% (71 voix) pour Estelle Roure.  M. Salha et Mme Houngbo-Monteverde sont donc élus.

Découvrez tous nos articles sur la vie politique des Français de l’Étranger

 

La guerre autour de l’héritage de Johnny Hallyday

LUDOVIC MARIN / POOL / AFP

En février, trois mois après le décès du chanteur, ses deux aînés, Laura Smet et David Hallyday, contestent son testament, qui fait de son épouse Laeticia sa seule héritière. Des mois de querelle judiciaire s’ensuivent. Dernier épisode en date : le 18 décembre, la justice ordonne le gel de 37,5% des royalties liées aux albums du rockeur, dont le dernier, posthume, s’est écoulé à plus d’un million d’exemplaires.

 

 

Des Députés de l’Étranger très dissipés

AFP/LesFrancais.press

Les Français de l’Etranger sont gâtés avec leurs députés.. Au bout d’une année, deux d’entre eux, sur onze, ne sont plus membres de leur groupe parlementaire La République en marche.

En effet, Joachim Son-Forget,le député des Français de Suisse, n’a pas arrêté de faire parler de lui. A la rentrée de septembre il a pris la défense de Marcel Campion, accusé de propos homophobes. Plus récemment il qualifia Donald Trump de «gâteux souffrant d’incontinence cérébrale ». Dernièrement, il a tenu des propos sexistes contre la sénatrice EELV Esther Benbassa. Clap de Fin, il dut se retirer du groupe LREM, comme avant lui M’Jid El Guerrab. Ce dernier,  après avoir porté des coups avec un casque de moto à l’encontre de l’ancien responsable PS des Français de l’Étranger, dut quitter aussi les rangs de la majorité. L’ambiance est donc complexe et ce n’est pas la soirée de clôture de la session parlementaire, en juin, 2017 qui démontrera le contraire avec des incidents à répétition sous l’emprise de l’alcool (à leur décharge des députés des Français de métropole étaient aussi de la partie).

Découvrez tous les articles sur vos élus

 

Changement de fiscalité pour les revenus français des expatriés

 Vendredi 14 décembre l ‘assemblée nationale adopté un amendement de compromis présenté par les députés LREM des Français de l’étranger. Ce dernier restreint la hausse de 20 à 30% des revenus de source française. En effet pour les revenus inférieurs à 27.700 euros le taux demeure à 20%. Au-dessus il passera bien à 30%.

Bref avec la suppression de la CSG CRDS pour ceux qui résident dans l’Espace Economique Européen, 4 catégories de Français de l’étranger se dessinent.

– Les résidents EEE avec – 27.700 euros sont taxés à 20%
– Les résidents EEE avec + 27.700 sont taxés à 30%
– Les résidents hors EEE avec – 27.700 sont taxés à 20 %+ 17,02 soit 37,2 %
– Les résidents hors EEE avec + 27700 sont taxés à 30% +17,2 soit 47,2%

 

L’immigration au cœur des débats

GERARD JULIEN / AFP

Polémique entre Rome et Paris sur l’accueil des naufragés recueillis sur le navire humanitaire Aquarius en Méditerranée, démantèlement de campements à Nantes, Grande-Synthe ou Paris, entrée en vigueur en septembre d’une loi asile-immigration… l’année 2018 est encore marquée par le sort des migrants. Le nouveau texte voté par le parlement, contesté jusque dans la majorité, durcit les procédures de demande d’asile et allonge de 45 à 90 jours la rétention maximale des immigrés en attente d’expulsions, qui sont déjà en hausse de 20% sur un an.

 

L’affaire Benalla

NAGUIB-MICHEL SIDHOM / AFP

Le 18 juillet, Le Monde révèle qu’un homme portant un casque de CRS, filmé en train de frapper un jeune homme et de malmener une jeune femme en marge des manifestations du 1er mai à Paris, est “un proche conseiller du président de la République”.

Venu en “observateur”, se défend-il, Alexandre Benalla, chargé de mission à l’Élysée pour la sécurité du président, est suspendu, puis licencié et mis en examen pour violences en réunion. L’opposition crie au scandale d’État, dépose des motions de censure (rejetées) et le Parlement suspend son examen de la réforme constitutionnelle.

“S’ils veulent un responsable, il est devant vous, qu’ils viennent le chercher”, lance bravache Emmanuel Macron devant un public de fidèles. Auditionnés par les commissions d’enquête parlementaires, ministre de l’Intérieur, responsables de la police et membres du cabinet présidentiel se renvoient la balle.

 

Grève inédite à la SNCF

CHRISTOPHE SIMON / AFP

Le 26 février, le Premier ministre Édouard Philippe annonce l’adoption par ordonnances “avant l’été” d’une vaste réforme de la SNCF. Le 15 mars, l’intersyndicale appelle à une grève de “deux jours sur cinq” par semaine, du 3 avril au 28 juin. Malgré une mobilisation unitaire inédite depuis 30 ans – 36 jours de grève en trois mois -, la loi est promulguée le 27 juin : transformation de la SNCF en société anonyme, calendrier de l’ouverture à la concurrence, fin du statut de cheminot pour les nouveaux embauchés.

 

La rentrée compliquée d’Emmanuel Macron

ETIENNE LAURENT / POOL / AFP

 Le 28 août, Nicolas Hulot annonce à la radio qu’il quitte le gouvernement, faute d’un soutien suffisant de l’exécutif et de l’influence des “lobbies dans les cercles du pouvoir”. Autre poids lourd, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb démissionne le 3 octobre, pour préparer sa candidature à la mairie de Lyon. Le gouvernement n’annonce que le 16 octobre son remaniement.

En septembre, la popularité du président chute dans les sondages : les deux tiers des Français sont mécontents de sa politique – pire que François Hollande et Nicolas Sarkozy à la même époque. Sa cote tombe à 23% en décembre.

Tout au long de l’année, ses attaques contre les “Gaulois réfractaires”, les pauvres qui coûtent “un pognon de dingue” ou les chômeurs qui n’auraient “qu’à traverser la rue” pour travailler, ont choqué l’opinion.

 

La Nouvelle-Calédonie dit “oui”

Le 4 novembre, la Nouvelle-Calédonie choisit de rester française : le non à l’indépendance l’emporte, avec 56% des voix, sur fond de participation massive (80%).

 

 

 

 

 

Les attentats de Trèbes

RAYMOND ROIG / AFP

 Le 23 mars, des attaques à Carcassonne et dans un supermarché de Trèbes (Aude), revendiquées par le groupe État islamique (EI), font quatre morts, dont le lieutenant-colonel de gendarmerie Arnaud Beltrame, et quinze blessés. L’auteur est abattu par le GIGN.

 

 

 

 

  

Soupçons en série sur les partis politiques

PHILIPPE HUGUEN / AFP

 

Le 8 juillet, les juges financiers décident de retenir 2 millions d’euros (ramenés ensuite à 1 million) de subvention publique au Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen, soupçonnée d’emplois européens fictifs.

L’ancien président Nicolas Sarkozy est renvoyé en octobre en correctionnelle pour ses dépenses de campagne excessives en 2012.

Pour la campagne de 2017, la Commission nationale des comptes de campagne (CNCCFP) assure qu’il n’y a pas d'”irrégularités” dans les comptes d’Emmanuel Macron, alors que Mediapart et Le Monde ont dénoncé des “ristournes cachées” de la part de prestataires. Le 20 novembre, le parquet de Paris ouvre une enquête préliminaire sur l’origine non identifiée de 144.000 euros de dons reçus en 2017 par La République en marche.

À gauche, Jean-Luc Mélenchon est l’objet d’enquêtes préliminaires sur ses comptes de campagne, pourtant validés par la CNCCFP, et sur les conditions d’emploi de ses assistants d’eurodéputés.

Le 16 octobre, une quinzaine de perquisitions ont lieu aux sièges de la France insoumise et du Parti de gauche, mais aussi, fait plus rare, au domicile de M. Mélenchon et ses collaborateurs. Le député filme ces scènes et interpelle vivement policiers et magistrat en action. Les deux enquêtes sont confiées à des juges d’instruction en novembre.


 

Meilleurs voeux et Bonne année 2019 à tous

Fabien Ferasson de Quental

 

 

Publicités