Notre débat sur les élections européennes dédié aux Français de l’étranger

Notre débat sur les élections européennes dédié aux Français de l’étranger

avril 3, 2019 0 Par Redaction

150 Français de l’étranger sur place à Bruxelles, et 8,000 personnes en direct sur lafrenchradio, ont suivi le débat que nous avons organisé en partenariat avec EURACTIV à Bruxelles, dans les locaux de ces derniers.

Le sujet ? Les élections européennes. Les participants ? Des personnalités, toutes candidates, des principales formations politiques. Nous avons accueilli hier, chez notre partenaire Euractiv devant 150 personnes :

Laurence Sailliet, Porte-Parole de LR et 10ème ,

Nicolas Bay numéro 3 du RN et eurodéputé sortant, Co-Président du Groupe Europe des Nations et des Libertés au Parlement Européen,

Dominique Riquet, eurodéputé sortant et candidat sur la liste Renaissance qui soutient Emmanuel Macron,

Cécilia Gondard, candidate PS et Présidente de leur fédération des Français de l’étranger,

Sophie Rauszer, ancienne candidate aux législatives des Français du Benelux durant lesquelles elle obtint le 2ème meilleur score et candidate LFI aux européennes,

et Mélanie Vogel, assistante parlementaire et candidate sur la liste EELV.

la liste Renaissance sera bien membre du groupe ALDE.

Le débat fut retransmis sur la French Radio ou il fut écouté par plus de 6000 personnes.

Un débat riche, des opinions tranchées sur la crise des migrants ainsi que le terrorisme

Première information de la soirée, confirmée par Dominique Riquet, la liste Renaissance sera bien membre du groupe ALDE. Celui-ci, selon M. Riquet, devrait normalement changer de nom.

Concernant, par ailleurs, la possible taxe kérozène, qui toucherait l’aérien, il a indiqué que celle-ci ne pourrait être efficace que si elle est mondiale.

Pour Laurence Sailliet, qui fut candidate LR chez les Français de l’étranger en péninsule ibérique, 3 priorités : l’immigration, la sécurité, et les questions économiques. LR est opposé à l’arrivée de bateaux de migrants. Sur la question du terrorisme djihadiste, ils prônent la coopération européenne et Mme Sailliet a repris à cet égard l’exemple de la coopération franco-espagnole.

La candidate EELV Mélanie Voget a rappelé que, au cœur de la crise, il y avait seulement 600 demandeurs d’asile pour 1 million d’habitants en Europe. Une manière pour elle de dénoncer ce qu’elle appelle le mythe du grand remplacement.

L’immigration est également au coeur du programme du Rassemblement National et Nicolas Bay le refus de sa formation politique d’accueillir des migrants et leur objectif, par ailleurs, d’éradiquer l’islamisme.

La réforme de l’Europe, une étonnante proximité entre EELV et le RN

Concernant la réforme des institutions, Dominique Riquet, pour la liste Renaissance, a indiqué que d’une part les traités évoluent et font avancer l’Europe, et d’autre part que les questions sociales et économiques sont indissociables. Il a enfin affirmé son désaccord sur le principe de l’unanimité au sein du Conseil. Une question qui fut débattue notamment avec le public.

le débat n’était pas pour plus ou moins d’Europe

Mélanie Vogel, d’EELV, a eu à cet égard un propos étonnant indiquant qu’elle est en « accord avec Nicolas Bay ». Elle évoquait le fait que le débat n’était pas pour plus ou moins d’Europe. Fédéralistes, les écologistes incitent cependant, à l’instar du RN sans en partager les motivations, à préserver les équilibres entre les régions, les Etats, et l’Union elle-même.

Pour Cécilia Gondard, la priorité est d’avoir une Europe de la solidarité et pas de l’austérité. Elle défend à cet égard une Europe de la coordination, notamment sur les retraites, et fixe un objectif : la lutte contre les inégalités et pour la préservation de la planète.

Défense européenne, ventes d’armes et libre échange

Sur les questions des réformes institutionnelles possibles, la réaction de la salle fut mitigée. Christophe Leclercq, modérateur du débat et fondateur d’EURACTIV, a posé plusieurs questions, notamment celles concernant les changements des traités, la possibilité d’une Europe de la défense et la coopération sur la lutte contre le terrorisme. Ce dernier point a été approuvé largement par le public, les autres, ainsi que l’interdiction du glyphosate , beaucoup moins. Les résultats étaient très partagés.

Sur la lutte contre le terrorisme, Mélanie Vogel a mis en avant le besoin de ne plus vendre d’armes à l’Arabie Saoudite. Sophie Rauszer, de la France Insoumise, a rappelé que la Belgique a commandé des F35 américains et l’incohérence avec le besoin de défendre l’industrie européenne. Pour Sophie Rauszer, par ailleurs, le libre-échange et la raréfaction des ressources sont en lien direct avec la question migratoire.

Enfin et concernant la réforme des institutions, il est clair pour Nicolas Bay que la seule Europe démocratique est l’Europe des Nations.

Fiscalité, monnaie, Français de l’étranger et réforme des institutions

Le débat a enfin porté sur les questions de l’avenir de l’Union européenne.

Pour Nicolas Bay, la monnaie commune est en fait une monnaie allemande qui lui bénéficie et à elle seule.

La réforme de l’Union européenne fut au cœur de ce dernier échange, et notamment avec Laurence Sailliet qui nous parla de fiscalité. Pour elle, une menace, venue de la gauche, plane pour les Français de l’étranger, celle d’une fiscalité « par le sang » qui toucherait tout Français vivant à l’étranger. Un type de fiscalité clairement rejeté par LR.

Sur les Français de l’étranger, il a également été avancé le chiffre de 33 millions d’euros de coupes budgétaires pour les Lycées Français par Sophie Rauszer. La représentante de la France Insoumise a également mis en avant, concernant le fait que certains revendiquent un siège unique du Parlement européen à Bruxelles, que l’UE a des représentations permanentes extrêmement couteuses à par exemple Jakarta où Abbis Adeba.

Dominique Riquet a, quant à lui, regretté que les Français vivant dans l’UE ne se sentent pas chez eux. Français vivant en Belgique lui-même, il ne s’estime pas vivre à l’étranger. Il a par ailleurs rappelé que sur la question de l’égalité des genres, l’Europe est à l’avant-garde du monde.

Vous pouvez réécouter le débat en intégral sur la

Ou lire l’article de notre partenaire

 

Publicités