Manuel Valls au cœur d’une polémique à Barcelone

Manuel Valls au cœur d’une polémique à Barcelone

janvier 7, 2019 0 Par Redaction

13 décembre, lancement de campagne

Le 13 décembre dernier Manuel Valls lançait officiellement sa campagne pour les municipales à Barcelone en mai prochain.

La candidature de Manuel Valls bénéficie du soutien de Ciudadanos, parti unioniste de centre droit. Elle s’appuie sur une plateforme baptisée « Barcelone capitale européenne ».

Manuel Valls fait campagne sur deux fronts : contre la maire sortant de Barcelone et contre les indépendantistes catalans.
Se présentant comme l’homme du changement et de la rupture avec la maire actuelle Ada Colau, élue de Podemos parti de la gauchMe MM, l’ancien premier ministre – prononçant des discours en catalan et en espagnol – se montre combattif
« Voilà que nous arrivons pour changer de cap, parce que je crois que j’ai la compétence et l’énergie pour conduire (…) le changement dont Barcelone a besoin ».
Mais Manuel Valls s’en prend surtout au favori au favori des sondages, Ernest Maragall, candidat du parti indépendantiste ERC (gauche républicaine catalane).

 

Ernest Maragall

En effet quelques jours avant Noël un sondage indiquait que Ernest Maragall arriverait en tête avec treize conseillers municipaux sur les 41. Ada Colau arriverait seconde avec huit conseillers. Les socialistes et Manuel Valls sont dans un mouchoir de poche avec sept élus chacun. Mais en intention de vote les socialistes sont néanmoins devant l’ancien premier ministre. Il faut noter que la droite du Parti Populaire ne réaliserait pas les 5% nécessaires pour obtenir une représentation au conseil municipal. Le parti de Carles Puigdemont obtiendrait seulement quatre sièges, et l’extrême gauche indépendantiste de la CUP 2 sièges.

Ada Colau

Manuel Valls semble donc en perte de vitesse. Dans un sondage d’octobre il arrivait 3ème avec 15,5% des voix. Ernest Maragall était en tête avec 23,5% suivi par Ada Colau avec 19,5%

Mais la trêve de Noël aura été de courte durée pour Manuel Valls. Alors que la Fête des Rois – très célébrée en Espagne – est encore à venir, une polémique enfle. Une vidéo publiée par son équipe le 27 décembre dernier bouscule le calendrier. Y apparaît une jeune femme qui déclare : « Manuel Valls, pour Barcelone, c’est le changement, l’union et l’espérance ». Or cette dernière f a été identifiée par les internautes comme militante d’extrême droite.
Ils ont retrouvé autre vidéo dans laquelle elle chantait l’hymne espagnol avec des paroles datant de la dictature franquiste et affirmait que le drapeau des indépendantistes était « illégal ».

L’équipe de campagne de Manuel Valls a rapidement supprimé la vidéo, affirmant que les antécédents de la jeune femme n’étaient pas connus lorsque le clip a été publié.   Ceci arrive alors qu’en Andalousie des tractations ont lieu entre  Ciudadanos, le PP et Vox (parti d’extrême droite).

Est-ce une erreur ou une stratégie délibérée d’un candidat en mauvaise position ? Un mauvais sondage l’a-t-il influencé ? A-t-il été incité à axer sa campagne sur le non à l’indépendance et l’union du camp unioniste ? Est-ce au contraire un piège de ses adversaires ? Ou simplement une malencontreuse erreur ?

 

La Rédaction,

Publicités