Manœuvres de l’OTAN, un message hors de prix

Manœuvres de l’OTAN, un message hors de prix

octobre 28, 2018 0 Par La rédaction

L’OTAN a organisé les plus grandes manœuvres post- guerre froide en Norvège du 25 octobre au 7 novembre. Le scénario ? Répondre à une attaque venue de l’est. Les moyens ? 50.000 soldats et 10.000 véhicules, 250 avions et 65 navires. Une façon optimale de préparer la dernière guerre, qui n’a d’ailleurs pas eu lieu. Ou qui a été gagnée autrement.

Les Etats-Unis dénoncent le dernier traité des armes nucléaires à courte et moyenne portée et rallie 26 pays pour des exercices dans le cercle polaire face à l’URSS, pardon, la Russie. Qui croit à la possibilité d’une agression militaire russe de ce type ?

Personne. Le budget militaire russe est inférieur à celui des armées de l’Union européenne, sans compter les Américains. Leur matériel est en grande partie dépassé, sauf face à des rebelles syriens. Leur intérêt géopolitique nul.

En revanche, miser sur la cyber guerre, l’information et la désinformation, la manipulation de groupuscules, le soutien à des partis, la division des Européens, la constitution de réseaux pro-russes, la déstabilisation de gouvernement, voilà l’activité habituelle de la Russie en matière d’agressions. Chacun le sait.

Mais les Américains ont voulu envoyer un message à coup de centaines de millions de dollars, pour rassurer Baltes et Polonais, et enrôler Suédois et Finlandais, qui ne sont pas membres de l’OTAN.

Un diplomate bien formé aurait suffi.

Encore que : après avoir laissé les Russes s’installer en Transnistrie, en Ossétie, en Abkhazie, en Crimée, et contrôler la Syrie, il était sans doute temps d’appeler les Finlandais et les Suédois au secours.

La rédaction

28 octobre 2018

Publicités