Macron.. au repos

Macron.. au repos

octobre 31, 2018 0 Par La rédaction

Coup de comm’ ou coup de fatigue? Avant une tournée dans le nord et l’est de la France la semaine prochaine, le Président s’octroie quelques jours de pause pour la Toussaint. Un geste rare hors des vacances d’été.

Il faut croire que dormir peu finit par tirer sur la corde. Pour ce long week-end de la Toussaint, le président de la République s’est accordé quelques jours de repos dans un lieu inconnu: la dernière ligne de son agenda était inscrite à 13h ce mardi, pour un déjeuner avec trois ministres et des élus locaux des Hauts-de-France.

Le conseil des ministres, qui se tient traditionnellement le mercredi matin, a lui été avancé d’un jour pour « convenances personnelles ». « Il est fatigué et il n’aime pas qu’on le lui dise », confie un ministre à BFMTV. Auprès de Franceinfo, les collaborateurs d’Emmanuel Macron assurent qu’il « prépare (son) déplacement hors norme » de six jours dans le nord et l’est de la France, où il visitera 11 départements.

« Ça va être éreintant, quasiment comme une campagne électorale », concède sur notre antenne Christophe Barbier, « et puis beaucoup de ses décisions récemment ont été un peu laborieuses. (…) Peut-être qu’il faut qu’il remette sa méthode à plat ».

« Une manière de nous dire ‘Jupiter, c’est fini' »

Mais « quand Emmanuel Macron nous dit des choses, c’est qu’il veut faire passer des messages », note l’éditorialiste de BFMTV. Après l’affaire Benalla, quelques sorties polémiques, plusieurs départs du gouvernement et une popularité fortement dégradée, le Président pourrait aussi chercher à changer son image.

« C’est une manière de nous dire ‘Jupiter, c’est fini’. Je suis comme vous, je suis fatigué, je prends des vacances à la Toussaint, il faut que je prenne du recul, je ne suis plus le surhomme que je vous ai vendu. C’est pour casser l’image d’arrogance », analyse-t-il, comme « tout ce qui est fait en communication depuis la rentrée ».

Dans l’entourage d’Emmanuel Macron, on assure aux chaines d’info qu’il n’y a « pas de coup de fatigue » et qu’il « gère l’effort ». « Prendre deux jours avant une série de déplacement sur le terrain 24/24, ça n’était pas complètement absurde », relève-t-on également. Si le chef de l’Etat continuera à recevoir des ministres mercredi, il sera pourtant bien en congés pendant trois jours: jeudi, vendredi et samedi.

Pour certains de ses adversaires en politique, le Président n’était tout simplement pas assez préparé, n’ayant pas eu de fonctions électives avant. « Or, on apprend avec les fonctions », remarque le président de Debout la France Nicolas Dupont-Aignan.

« C’est normal que la machine soit en surchauffe »

Stéphane Peu, député communiste de Seine-Saint-Denis, note une « omniprésence du président de la République, même pour les petites affaires politiques d’En marche ». « Il semble que rien ne puisse se décider sans passer par l’Elysée, à un moment donné c’est normal que la machine soit en surchauffe », estime-t-il au micro de BFMTV.

« Qu’il soit pleinement à la manœuvre et partout, oui c’est assumé dès le début, c’est lui qui a été élu président de la République et ce que veulent les Français, c’est qu’il soit non pas à l’Elysée en train de regarder ce qui se passe, mais pleinement opérationnel », assure Sylvain Maillard, député LaRem de Paris.

Si être sur tous les fronts est la marque de fabrique qu’il revendique, Emmanuel Macron a encore trois ans et demi à tenir à ce rythme. Attention à l’accélération du temps, relève Christophe Barbier: « en un an et demi, il a pris trois ans, c’est la rançon des présidents ».`

La rédaction

le 31 Octobre 2018

Publicités