« L’expatriée » un thriller psychologique d’Elsa Marpeau

« L’expatriée » un thriller psychologique d’Elsa Marpeau

décembre 5, 2018 0 Par Redaction

 

Elsa Marpeau est Nantaise. Brillante étudiante, elle intègre l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm, la seule école devant laquelle les énarques doivent plier le genou.

Agrégée de lettres modernes, auteur d’une thèse de doctorat sur le théâtre du XVIIème siècle, Esla est écrivain. Quand son mari est muté à Singapour, elle le suit. C’est le destin de beaucoup de femmes d’expatriés.
Son éditeur lui a commandé un livre. Mais la lourdeur du climat de la cité état est anesthésiante. C’est la rencontre avec un autre expatrié – un homme arabe qui travaille dans le port de Singapour et lui raconte ses voyages – qui déclenche son inspiration. La filiation avec l’Etranger de Camus est claire. Elsa, écrivaine et héroïne de son roman, est une étrangère, une expatriée parmi les expatriés Sur son blog elle parle de son livre. « L’Expatriée n’est pas un polar comme les autres : c’est mon histoire. Celle que j’ai vécue juste avant mon retour ici, en septembre 2012. En 2010, je suis partie m’installer à Singapour, avec mon mari et mon bébé. Je pensais écrire un livre, je l’avais promis à mon éditeur. »

Le roman raconte l’histoire d’une femme de cadre supérieur servie par des bonnes philippines et qui s’ennuie entre ses déjeuners avec ses amies et les pauses au bord de la piscine. L’ambiance est lourde comme le climat singapourien. On retrouve la torpeur des romans de Marguerite Duras. La moiteur transpire au fil des pages et plonge le lecteur dans une atmosphère corruptrice. Puis arrive Nessim « l’Arabe blond » qui devient l’amant d’Elsa avant d’être assassiné.
Si l’intrigue policière est bien menée, elle reste en arrière-plan. « L’Expatriée » est avant tout un portrait de femme seule. La solitude est palpable et irradie le récit.

 

Est-ce le mal du pays ? Est-ce un questionnement plus profond ? Elsa Marpeau nous donne des éléments de réponse « Je pensais à l’Etranger de Camus. Je me disais que mon livre pourrait ressembler à ça : l’histoire d’une expatriation loin de soi-même. »

Aujourd’hui Elsa Marpeau est rentrée en France. Elle a écrit deux autres romans :
• Et ils oublieront la colère, Gallimard, coll. « Série noire », 2015.

 

Elle est aussi scénariste pour des séries télévisées et connait aussi le succès avec «Capitaine Marleau » de Josée Dayan, une série policière à l’humour noir. Son héroïne est une femme gendarme décalée bien peu conventionnelle.

 

L’Expatriée, Elsa Marpeau, Gallimard, 2013, 272 p, 17,90 euros

La Rédaction,

Publicités