Les Verts de l’étranger réagissent …

Les Verts de l’étranger réagissent …

octobre 11, 2018 0 Par La rédaction

 

 

Alexandre Château-Ducos  est Conseiller Consulaire au Luxembourg (EELV), élu à l’AFE pour le Bénélux, ancien candidat à l’élection sénatoriale en 2014 et responsable  EELV pour les Français établis hors de France. Il répond à nos questions au lendemain de la démission de Nicolas Hulot.

 

Que pensez-vous de la politique relative aux Français de l’étranger que mène le gouvernement depuis un an?

Le gouvernement opère des coupes sombres dans tous les domaines affectant les Français de l’étranger et fait finalement des économies de bout de chandelle. Le Quai d’Orsay est au régime pain sec et eau salée. Au sein des établissements scolaires, les fonctionnaires détachés sont remplacés par des contractuels locaux. Souvent ces personnes n’ont pas le bagage culturel français nécessaire. Il me semble que l’école française devrait être gratuite pour les Français de l’étranger. Malheureusement, on assiste à une privatisation rampante du système éducatif français à l’étranger. Les écoles sont gérées comme des entreprises privées.

 

 

Quelle est la position de EELV sur la réforme de la représentation des Français de l’étranger?

EELV milite pour la suppression de l’AFE et pour qu’il soit conféré de plus grandes prérogatives aux élus locaux. Le système qui consiste à faire élire des représentants des Français de l’étranger qui se rendent à Paris pour participer à des réceptions au Sénat ou au Quai d’Orsay n’est plus tenable.

Le Secrétaire d’État aux Français de l’étranger devrait faire la tournée des régions du monde où ils se trouvent afin de déterminer les besoins spécifiques locaux. A titre d’exemple, la suppression du Consulat général de France en Ecosse a été une erreur.

La dématérialisation évoquée par le gouvernement n’est pas encore effective. Il est toujours nécessaire de se présenter physiquement pour obtenir les documents officiels. La suppression de poste n’est donc que motivée par une logique budgétaire sans prendre en compte les difficultés logistiques que peuvent rencontrer les Français vivant dans des régions éloignées devant faire de nombreux kilomètres pour se rendre à un poste consulaire.

Quelle est votre réaction au départ de Nicolas Hulot du gouvernement?

Enfin! Il a enfin réalisé qu’il était la caution verte du gouvernement. Il avait déjà menacé de partir. Il a décidé de crever l’abcès. Le gouvernement n’a pas déterminé que l’écologie serait la priorité de sa politique. Il me semble que toute question traitée par le gouvernement devrait être examinée sous l’angle de l’écologie. Il y a urgence! Nicolas Hulot a mis 16 mois à comprendre que le discours écologique du gouvernement n’était qu’une façade.

 

La Rédaction

Le 29/08/2018

Publicités