Les Syriens abattent un avion russe en tirant sur des missiles israéliens.

Les Syriens abattent un avion russe en tirant sur des missiles israéliens.

octobre 9, 2018 0 Par La rédaction

 

 

Illustration de l’imbroglio au Moyen Orient, dans les airs, sur terre et dans les esprits, un Iliouchine russe quadrimoteur à hélice, a été abattu par la défense antiaérienne syrienne de Damas. 14 soldats russes ont perdu la vie. L’appareil, spécialisé dans la reconnaissance électromagnétique, a disparu à 35 kilomètres des côtes syriennes. Les Syriens ont lancé des missiles de défense pour tenter d’intercepter les attaques israéliennes. Celles ne visent pas vraiment le régime de Damas, mais leurs alliés iraniens qui tentent régulièrement d’installer des bases militaires et de renforcer leurs alliés du Hezbollah libanais. C’est ce qui a occasionné dernièrement une attaque israélienne sur l’aéroport de Damas, où venaient d’arriver des missiles iraniens. L’activité israélienne a fait l’objet d’un accord avec les Russes lors d’une rencontre entre Vladimir Poutine et Benyamin Netanyahou, qui se sont promis de séchanges d’information. Mais à force de se croiser, il peut y avoir des dommages collatéraux, comme ce tir de la DCA d’Assad abattant un avion de son allié russe.

Les Syriens l’ont-ils fait exprès ? Ce n’est pas impossible. Soit pour monter les Russes contre les Israéliens, soit parce que les Russes ont conclu un accord avec les Turcs, gelant une offensive de Syriens contre l’enclave rebelle d’Idlib.
Les Russes ont commencé par accuser les Israéliens, qui menaient une attaque contre Lattaquié avec quatre F-16. Puis, ils ont mis en cause des tirs venant de la toute nouvelle frégate française Auvergne. Ce que la France a aussitôt démenti.
Il est possible que l’avion de reconnaissance russe, qui rentrait à sa base, gênait les opérations en cours contre les Syriens à Lattaquié, place forte du régime d’Assad.

Dernièrement, les Etats-Unis avaient fait savoir qu’une attaque contre la poche d’Idlib, où vivent trois millions de personnes, provoquerait leur intervention. Visiblement, les Russes ont entendu, c’est pourquoi ils ont traité avec les Turcs et gelé l’offensive que Assad est incapable de mener sans eux.

Mais qui sait désormais qui est avec qui et qui tire contre qui ? Qui eut prédit que les Américains protégeraient le Front al Nosra, une des milices qui contrôle la région d’Idlib, qui s’appelait auparavant, Al Quaida ?

La surprise, là-bas, n’est pas qu’une DCA syrienne abatte un avion russe, ni que les alliances se télescopent et se renversent, ni qu’Assad ressuscite, ni que la disparition de Daech soit aussi rapide que son émergence, la surprise, c’est que cette guerre étrange soit (presque) limitée à la Syrie. Comme si dans la folie destructrice il y avait de la mesure. Celle-ci : que la guerre perdure, car beaucoup là-bas, les chefs de guerre, n’ont leur pouvoir et leur argent que parce que la guerre se prolonge.

 

 

 

La Rédaction,

 

Le 20/09/20

Publicités