Les sondages donnent Trump perdant, mais réélu.

Les sondages donnent Trump perdant, mais réélu.

novembre 12, 2019 0 Par Alain Stephane

Trump subit une procédure d’impeachment- dont on sait qu’elle n’ira pas à terme mais qui l’abime. Sa cote de popularité s’étiole. Enfin les sondages le donnent battu par quasiment tous les candidats démocrates, avec parfois 8 points de retard. Mais cela n’a pas grande importance car l’élection américaine ne se joue pas au niveau national : c’est une élection au suffrage indirect. Il faut gagner Etat par Etat. La dernière fois, déjà, Hillary Clinton avait obtenu plus d’un million de voix que Trump. Et a été battue. Comme Al Gore l’avait emporté en nombre de voix mais avait été battu par Georges W. Bush.

Cette fois, nul doute que Trump ne gagnera ni la Californie, ni New York. Et il ne devrait pas perdre le Texas. Comme la dernière fois. L’élection se jouera vraisemblablement dans les six mêmes Etats qui avaient décidé de l’élection présidentielle en 2016 : Michigan, Pennsylvanie, Dakota du nord, Floride, Arizona, Wisconsin. Or si Trump accuse un retard dans les sondages de 5 à 8 points au niveau national, dans ces six Etats, il garde l’avantage, selon le New York Times.

Seul Biden

Le seul candidat qui l’emporte pour l’instant dans cinq des six Etats clés est Joe Biden, avec une très faible marge, inférieure à la marge d’erreur. Biden l’emporterait d’un à deux point dans le Michigan, la Pennsylvanie, le Wisconsin, la Floride et l’Arizona mais perdrait en Caroline du nord. Qui resterait acquise à Trump quel que soit le candidat démocrate. Bobby Sanders ne gagnerait que dans le Michigan. Et Elizabeth Warren nulle part.

Qui vote Trump ?

Les enquêtes du New York Times sont claires : Chez les Blancs non diplômés, Trump  aun avantage de près de 25% sur les Démocrates. Ceux-ci l’emportent dans toutes les autres catégories : Blancs diplomés, Noirs, Hispaniques. Ce qui est inquiétant pour les Démocrates, c’est que personne ne fait nettement mieux qu’Hillary Clinton Biden résiste un peu mieux que les autres dans l’électorat blanc , ce qui explique qu’il serait le seul, actuellement et selon le sondages, à pouvoir battre Trump dans les Etats clés..

C’est pourquoi Trump essaie de le déstabiliser et c’est pourquoi la percée d’Elizbeth Warren lui convient. Ceci explique aussi que Michael Bloomberg, Patron de l’agence d’information qui porte son nom et maire de New York, qui s’était retiré de la course à la Maison Blanche pour laisser la place à Biden, pense y revenir, si ce dernier était distancé.

Il reste encore un an. L’économie américaine continue, contre tous les pronostics, à tourner à plein régime. La Réserve fédérale  baisse les taux, répondant (pas assez à son goût) aux vœux de Trump. Une récession peut survenir d’ici là. Ce serait logique. Jamais les Etats-Unis n’ont connu une aussi longue période de croissance. Difficile de croire cependant que l’électorat blanc de ces Etats fera plus confiance à un Démocrate qu’à un Trump, sous lequel le taux de chômage a connu son plancher historique. Cela ne veut pas dire qu’il va gagner, car les résultats face à Biden lui sont défavorables. Mais il serait risqué de considérer que Trump est fini. Loin de là. On peut même oser dire aujourd’hui qu’il reste favori, en tout cas chez les bookmakers.

 

Publicités