« L’âge d’or »,  de Diane Mazloum

« L’âge d’or », de Diane Mazloum

janvier 4, 2019 0 Par Redaction

 

Diane Mazloum est née en 1980 à Paris de parents chrétiens libanais. Elle a grandi à Rome et vit à Beyrouth. Autant dire qu’il s’agit d’une authentique Française de l’étranger.

Fille de joailliers, elle veut devenir astrophysicienne et passe un baccalauréat scientifique. Elle quitte Rome pour étudier à l’université Pierre-et-Marie-Curie à Paris. La capitale ne lui réussissant pas, elle retourne à Rome avant de partir étudier le graphique design à l’université américaine de Beyrouth. Ces 4 années sont parmi les plus belles de sa vie. Elle vit toujours à Beyrouth.

L’âge d’Or est le deuxième roman de Diane Mazloum. En 2014 « Beyrouth La Nuit » avait déjà attiré l’attention de la critique.

 

Son nouveau livre retrace le destin du Liban de la fin des années 1960 aux années 1970. C’est alors que le pays bascule d’une époque d’insouciance dans la guerre civile. Les deux héros sont Georgina Rizk, jeune Libanaise chrétienne devenue Miss Univers adulée par les Libanais et Ali Hassan Salameh, qui a – comme son père un leader palestinien – décidé de prendre les armes. Les deux héros ont bien existé. Le livre a demandé à Diane Mazloum 3 années de recherches. Bien entendu la relation est « romancée ».

 

Georgina Rizk,

Ali Hassan Salameh

 

1967 voit le Liban briller de ses deniers feux. C’est encore un Liban de carte postale. C’est juste avant que le pays ne soit rattrapé par son environnement géopolitique. C’est la fin d’un âge d’or et le début d’une effroyable guerre civile. Comme tout un peuple nos deux héros sont au bord du gouffre.

 

Le livre c’est aussi une histoire amoureuse, celle de la rencontre d’une femme éblouissante par sa beauté, plus belle femme du monde, et de celui qui va devenir au fil des pages l’homme le plus dangereux du Proche Orient.
On rentre avec eux dans la guerre qui va emporter tout un pays et faire perdre à un peuple toute son innocence enfantine.

Diane Mazloum fait le portrait saisissant du Liban de la fin du XXe siècle. Elle permet à ceux qui n’ont pas connu une époque pas si lointaine de comprendre ce peuple et ce pays qui sont à la croisée des continents et des civilisations.

 

« L’âge d’or », Diane Mazloum, JJC Lattès, 2018, 416 pages, 19 euros

Publicités