La manif contre l’impôt

La manif contre l’impôt

novembre 3, 2018 0 Par La rédaction

Le 17 novembre, les Français sont appelés à manifester contre la hausse du prix des carburants. Par qui ? On ne sait pas trop. « La France en colère » ? Une nébuleuse incertaine, avec des référents autoproclamés dans quasiment tous les départements, un peu comme « les pigeons » contre Hollande, un peu comme « en Marche »  à ses débuts. LREM essaie d’ailleurs d’expliquer que les « vrais » organisateurs, c’est l’extrême droite. Tout le monde s’en fout. Décidemment, ils ont perdu le contact.

Avec 1000 milliards de prélèvements obligatoires, la France a battu tous les records de prélèvements de son histoire. Bruno Le Maire a beau expliquer que taxer les carburants c’est financer l’écologie, Darmanin proclamer que le pouvoir d’achat augmente, tout un chacun voit ce qu’il paie, surtout ce que l’Etat lui pompe à la pompe. Le ras le bol est atteint. Macron a gardé la même fiscalité que François Hollande. Et grosso modo, le même taux de chômage. Il a la même popularité. Pas besoin de faire des sondages pour comprendre. Selon l’institut Odoxa, 78% des Français approuvent le blocage des routes le 17 novembre.

Le 17 novembre, les contribuables vont bloquer les pompes. C’est la France rurale qui va se manifester. Etrange de voir qu’une manifestation 2.0, organisée sur les réseaux sociaux, irriguent à ce point la France des territoires. Logique en même temps. Avec les réseaux sociaux le moindre village est relié au vaste monde plus rapidement qu’à la Préfecture ou au service des impôts. L’humain est dans Facebook plus qu’à la télé.

Le 1erjanvier, les taxes sur l’essence devraient  augmenter de 4 centimes sur l’essence et de 7 centimes sur le diesel. Des centimes de trop. Surtout quand on sait que 80% du prix de l’essence est fait de taxes. Si le gouvernement ne revient pas en arrière.

Car il devrait prendre la mesure de ce début de révolte antifiscale. Les gens qui manifesteront leur ras le bol sont ceux qui n’ont pas l’habitude de manifester. Ce sont peut-être des ploucs dans l’esprit des technocrates de Paris, mais ils savent mieux compter qu’eux. Darmanin, Ministre des Comptes à la fibre populaire, le sait : si Macron veut réussir, il doit baisser la fiscalité.

La rédaction

le 3 Novembre 2018

Publicités