La France doit elle laisser à l’Union européenne son siège à l’ONU ?

La France doit elle laisser à l’Union européenne son siège à l’ONU ?

décembre 1, 2018 0 Par La rédaction

Le Vice-chancelier allemand a proposé que la France laisse son siège à l’ONU à l’Union Européenne.  Après tout, si la France veut une armée européenne, il faut bien une diplomatie européenne, et qu’elle s’exprime d’une seule voix, notamment à l’ONU. Telle est la thèse du vice.

Thèse viciée, car il n’y a pas d’armée européenne et il n’y en aura pas. C’est un abus de langage. Il y a une alliance européenne, et il serait temps qu’elle s’organise en une défense européenne coordonnée. C’est ce que firent les Alliés en 1918 et en 1943, l’OTAN en 1951. Une alliance militaire ne suppose pas une fusion. Et une diplomatie européenne ne suppose pas la disparition des politiques étrangères nationales. L’une et les autres supposent coordination, complémentarité, solidarité. Ce qui n’a rien à voir avec l’uniformité. Il n’ya pas qu’une seule tête en Europe, et ce ne sera jamais le cas. Il y a des têtes différentes, avec des rôles différents, comme celui de la France au Conseil de sécurité.

Pour mieux voir le vice dans cette proposition, faisons-lui l’honneur d’imaginer sa réalisation. Combien de capitales le Représentant Permanent à l’Onu devra-t-il consulter avant de voter au Conseil de sécurité ? Imagine-t-on qu’il ne le fasse pas. Et qu’il soit aussitôt désavoué, par disons, l’Allemagne. Pour ne pas parler de la France ou de l’Espagne. Quelle serait sa crédibilité ? Quelle serait l’utilité d’un siège unique ? Affaiblir l’Europe.

Pour l’instant, la France porte aussi la parole des Européens à l’ONU,  et elle parle en étroite concertation avec l’Allemagne. Lors de la guerre d’Irak, quand elle s’est opposée aux Etats-Unis, elle fut contestée par plusieurs pays européens sensible à la position américaine. Mais la France était confortée par l’Allemagne. Or l’Europe est d’abord une création franco-allemande ; quand il y a un accord entreeux, chacun sait que c’est la vraie ligne européenne.

Dans le domaine militaire ou diplomatique, la défense européenne s’appuiera d’abord sur la France et l’Allemagne. Les achats d’armes américaines par bien des pays européens montrent qu’ils n’ont pas encore, en cette matière, de sentiment européen, malgré le mépris que Donald Trump n’oublie jamais de leur afficher. Ils se croient encore du temps de la guerre froide. Heureusement, France et Allemagne ont décidé de construire ensemble les futurs avions et les futurs chars. La défense européenne s’appuie d’abord sur une industrie européenne de défense.

Reste une question, sous le vice, qui intéresse bien des néo-nationalistes : la France a-t-elle une politique étrangère propre ? Oui, elle est mondiale et correspond aux valeurs et aux intérêts de l’Europe, y compris en Afrique. En fait, elle est le seul pays européen à avoir une politique mondiale. Rares sont ceux, sur la planète, qui prétendent à une vision mondiale : Etats-Unis, Russie, Chine, Royaume-Uni et France. Comme par hasard les membres permanents du Conseil de sécurité. L’Inde réclame un siège, à juste titre, vu son poids démographique, économique et militaire. Mais l’Inde a-t-elle une vision mondiale ? L’Afrique du sud, comme le Nigéria, veulent un siège au nom de l’Afrique. Mais les Africains se reconnaitraient-ils en eux ? Et l’Allemagne, et le Japon ne devraient-ils avoir leur siège permanent ? En fait, tous ces pays sont au G20, où chacun défend, justement, ses intérêts nationaux. Mais sont-ils prêts à prendre des responsabilités en ce qui concerne l’ensemble de la planète ? En ont-ils les moyens militaires, culturels, diplomatiques ?

On peut ironiser sur la place de la France – ou du Royaume-Uni, vieilles grandes puissances amoindries. Alors il faut se moquer aussi de la Russie, dont le PIB est inférieure à celui de l’Italie, de la Corée, du Canada ou du Brésil. On dira que le poids économique n’est pas tout, il y a aussi la capacité militaire. Alors que vienne l’Arabie saoudite. Et encore l’Inde, légitimé par son poids démographique. Selon ce critère, qu’entrent aussi l’Indonésie, le Pakistan, le Nigeria ou le Bengladesh. Aimerait-on plus de pays dont le modèle démocratique correspond mieux à la Charte des Nations-Unies ? Suisse, Norvège, Finlande ? Si la finance gouverne le monde pourquoi ne pas intégrer les spécialités : Dubaï, Singapour, Luxembourg, Hong Kong ?

A y regarder de près les cinq grands, s’ils ne sont pas tous grands, restent les plus légitimes. Retirer la France affaiblirait l’Onu, la France et l’Europe. En fait, le vice chancelier n’y voyait sans doute pas malice. Il a voulu paraitre malin. Ce sera pour la prochaine fois. Le Quai d’Orsay, bon prince, n’a pas jugé utile de répondre, pour ne pas blesser un ami.

La rédaction

Publicités