La Belgique contre l’Europe.

La Belgique contre l’Europe.

octobre 26, 2018 0 Par La rédaction

Les Européens veulent-ils être Européens ? Le gouvernement belge pouvait choisir le Rafale, le Typhon d’Eurofighter ou le F35 de Lokheed-Martin. A la fin ce sont les Américains qui gagnent. La question n’est pas celle des 3.5 milliards. Encore que. La question est de l’existence d’une industrie européenne d’armement indépendante. Pendant ce temps, le système de combat  aérien du futur (SCAF), projet franco-allemand, annoncé il y a plus d’un an, patine. Imagine-t-on Russes, Américains, Chinois commander des armes de très haute technologie, qui les engagent pour quarante ans, à d’autres que leurs industriels ? Les Rafales se vendent en Inde, en Egypte, au Qatar, pas en Europe. Le F35, alors que ses qualités font débat aux Etats-Unis et au Canda, a déjà été commandé par l’Italie, les Pays-Bas, le Danemark. Pour faire l’Europe, il faudrait des Européens. Où les trouver mieux qu’à Bruxelles ?

La Commission européenne veut renforcer la politique de sécurité commune. L’Allemagne et la France y sont prêtes. Pas les Belges. Peut-on imaginer un avenir à l’Union européenne sans capacité de défense, sans industrie militaire indépendante ? Etrange aveuglement. On dira – c’est ce que prétend un ministre belge – que les Français se sont mis hors jeu : Ils auraient eu le tort de proposer un partenariat globale, rappelant par là que cette question est avant tout une question d’alliance politique. Ne rappelant pas, par délicatesse amicale, que le cahier des charges défini par le gouvernement belge semblait biaisé, contenant des spécificités qui correspondaient au Lokheed et non aux autres compétiteurs.

L’Europe a beaucoup d’ennemis. Beaucoup rêvent de la voir se disloquer. Les Russes, les Américains, les Britanniques désormais, les Chinois, les Islamistes aussi. En Europe aussi, les néo-nationalistes se dressent contre l’Europe. Selon eux, l’Europe est faible, n’a pas de politique étrangère, est incapable de se défendre seule, etc… Or quand un pays, au cœur de l’Europe, a la possibilité d’un choix stratégique, il choisit l’ami Trump, qui doit bien savourer la capacité d’influence et de persuasion américaine.

Pourtant, l’Europe est capable de se défendre seule. Les budgets militaires des pays européens – rien que ceux de l’Allemagne et de la France réunis- représentent le deuxième budget militaire mondial. Est-ce ridicule ? Mais les habitudes sont prises : les Américains seraient nos meilleurs défenseurs. C’est pourquoi ils ont tous les droits : menacer de se retirer de l’Otan ; expliquer que l’Union européenne est une ennemie économique, comme la Russie et la Chine ; accuser certains membres de l’Union de se vendre à la Russie – et imposer leurs avions. Ce qui ampute la capacité d’investissement en recherche de l’industrie européenne.

Dommage que la Belgique ait un gouvernement : quand il n’y en avait pas, elle restait belge. Car pire qu’une erreur, il s’agit d’une trahison vis-à-vis des Belges, tant ce qui réunit le plus les communautés du Royaume, c’est le ciment européen.

Si par malheur, suicide, ou stupidité, l’Union européenne, incapable d’être elle-même, se disloquait, la Belgique resterait elle unie ? « Les Belges, disait César, sont les plus courageux des Gaulois ». Quand ils ne sont pas américains.

Laurent Dominati

Publicités