Intervention du Président de la République à l’occasion des Voeux pour l’année 2019 – VIDEO

Intervention du Président de la République à l’occasion des Voeux pour l’année 2019 – VIDEO

décembre 31, 2018 0 Par Fabien Ferasson

Le Président de la République, Emmanuel Macron, a prononcé ce soir ses deuxièmes voeux depuis son élection.

Alors qu’il avait annoncé en 2017 une année 2018 sous le signe de la cohésion nationale, Emmanuel Macron a essayé de retrouver l’énergie de mai 2017.

Au cours de son allocution, il a rappelé les premières réformes du quinquennat , comme celle de la SNCF, le défi du changement climatique, la réforme de la fonction publique hospitalière et de l’éducation nationale.

Il annonce des réformes au cours de l’année  sur le secteur public, les retraites, la lutte contre le chômage.

En deuxième partie de son allocution, il a évoqué la colère face à la mondialisation, ainsi que la fracture entre les villes et les campagnes, rappellant plus tard qu’il grandit lui même en province.

La leçon tirée par le Président de cette année 2018: la nécessité de continuer les réformes pour « sécuriser le monde de demain ».

Il évoque aussi la situation internationale avec la fin de l’ordre de 1945, la peur d’une Europe qui ne protège pas.

Il appelle les Français à continuer la lutte, malgré les entraves comme l’obscurantisme, les égoïsmes nationaux, pour le climat et la biodiversité.

Le Président, dans son allocution, décrit aussi les bouleversement technologiques, économiques qui sont devant nous. Il fait le lien avec le malaise que connait une partie de notre population. Il en appelle à remettre l’homme au coeur du projet européen. Et pour lui, la France doit prendre part à la résolution de ces défis.

Emmanuel Macron conclut son intervention avec 3 voeux : 

  • Vérité – il demande aux Français à se regarder tel qu’ils sont: accepter le coût d’un air plus pur, d’une santé d’excellence. Il rappelle aussi que 50% de la production nationale, de sa richesse, est captée pour supporter l’ensemble des prestations publiques qui font notamment “qu’on peut vivre en sécurité en France”. Le débat national en sera le porteur et « on parlera vrai », sans intoxication et sans manipulations

  • Dignité – Il porte son attention sur les catégories sociales en souffrance comme les agriculteurs, les mères célibataires, les petits retraités. L’éducation nationale est le fondement de ce retour à la dignité de chaque citoyen en apportant la formation et transmettant le « sens de l’effort ». Chaque citoyen doit retrouver son rôle de plein acteur. Le débat national en sera de nouveau le pivot. Mais aussi, il affirme continuer sa réforme constitutionnelle afin que chacun fasse entendre sa voix dans le respect des valeurs républicaines. Il dénonce ainsi, sans les nommer, certains Gilets Jaunes qui ne seraient que les porte paroles de groupes obscurs, emplis de haines, contre les Juifs, les homosexuels, les immigrés, etc. Il exalte la population à retrouver le sens du respect de ceux qui restent auprès des plus miséreux comme les pompiers, les policiers et les élus

  • Espoir – « La France porte en elle un projet inédit » qui doit unir sa population pour une société qui sert les personnes. Et pour lui, l’Europe est le chemin pour nous protéger contre nos ennemis, notre sécurité sociale. Il demande donc aux Français de participer en masse à cet avenir en votant aux élections européennes en mai 2018 (élections ouvertes aux Français de l’étranger – info auprès de votre consulat ou de votre Union des Français du monde)

Alors qu’il conclut son intervention sur un besoin d’unité, sur la passion de la France, il oublie de rappeler qu’ il a été décidé, face à l’appel des Gilets Jaunes, que la sécurité sera renforcée à Paris comme dans d’autres grandes villes où  des appels ont été lancés, notamment sur le pont d’Aquitaine à Bordeaux. Un périmètre de protection sera instauré dès 16H00 lundi autour des  Champs-Elysées et de la place de l’Etoile, dans un contexte également marqué  par le risque d’attentats. Pour la Saint-Sylvestre 2017, près de 140.000 membres des forces de  sécurité et de secours avaient été mobilisés sur l’ensemble du territoire.

Fabien Ferasson de Quental

Publicités