Gilets Jaunes : l’Acte 8 maintient la pression sur le gouvernement

Gilets Jaunes : l’Acte 8 maintient la pression sur le gouvernement

janvier 6, 2019 0 Par Fabien Ferasson de Quental

Les Gilets jaunes ont continué leur mobilisation samedi 5 janvier. Pour l’acte VIII, 50 000 personnes sont descendues dans la rue. Après la petite accalmie des fêtes, le mouvement a repris. Une grande majorité des actions s’est déroulée pacifiquement, mais à nouveau des violences sont venues émailler la fin de journée.

Hier, pour leur 8e samedi de manifestation, les Gilets jaunes ont rassemblé environ 50 000 personnes, contre 280 000 au plus fort de la mobilisation, selon le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner. C’est plus que la semaine passée, où le ministère de l’Intérieur avec comptabilisé 12 000 manifestants.

56 000 membres des forces de l’ordre étaient mobilisés. La situation est resté tendue, avec des actions violentes envers les forces de l’ordre et des opérations coups de poing.

Ministère attaqué

Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a été évacué de ses bureaux rue de Grenelle après que des individus, certains habillés en noir, d’autres portants des Gilets jaunes, ont défoncé la porte du ministère avec un engin de chantier. Une enquête est ouverte, selon le parquet de Paris.

Le président de la République a réagi dans la soirée. Emmanuel Macron a dénoncé une « extrême violence » qui s’est attaquée à « la République – ses gardiens, ses représentants, ses symboles ». « Justice sera faite », a-t-il averti.

La porte du ministère de Benjamin Griveaux a été défoncée avec un engin de chantier. | Photo BERTRAND GUAY / AFP.

Et en Régions ?

Affrontements à Caen

Hier matin, 3 000 Gilets jaunes ont participé à une marche pacifique à Caen. Des incidents se sont produits en début d’après-midi. Des personnes ont démonté les barrières du chantier du tramway pour ériger des barricades contre les tirs de flash-ball. Un sapin de Noël a également été brûlé et des feux allumés sur la chaussée.

Tensions à Rouen

2 000 Gilets jaunes ont défilé le matin dans le centre-ville. Des tensions ont éclaté vers midi. Des manifestants ont érigé plusieurs barricades, mis le feu à un distributeur de banque, cassé un abri de bus, jeté des projectiles contre une caserne de gendarmerie. 16 personnes ont été placées en garde à vue.

Le pont de l’Iroise bloqué

Plus d’un millier de Gilets jaunes ont arrêté la circulation sur le pont de l’Iroise à Brest (Finistère). Depuis le début du mouvement, c’est la première fois que ce pont est ainsi bloqué.

Forte mobilisation à Bordeaux

La préfecture de la Gironde a compté 4 600 manifestants à Bordeaux, où la police a procédé à des interpellations.

Heurts violents à Paris

3 500 manifestants dans la capitale, où deux rassemblements étaient déclarés. Calme le matin sur les Champs-Élysées, plus tendu l’après-midi de l’Hôtel de Ville vers l’Assemblée nationale. Dans le boulevard Saint-Germain, ultras et casseurs ont affronté les forces de l’ordre, érigeant des barricades et incendiant poubelles, scooters… Des voitures ont aussi été brûlées en soirée près des Champs-Élysées. Vingt-quatre personnes ont été interpellées.

Tensions en Loire-Atlantique

À Nantes, où près de 3 000 personnes ont manifesté, au moins une personne a été blessée par des tirs de grenade.

Photo Loïc VENANCE / AFP.

À Nantes, les femmes étaient en nombre parmi les 2 000 Gilets jaunes qui ont manifesté, hier, dans le centre-ville. | 

À Saint-Nazaire, de 10 h à 13 h, près de 500 Gilets jaunes ont bloqué le pont. Le commissariat, des banques et des horodateurs ont été vandalisés. Cinq personnes ont été interpellées à Saint-Nazaire et trois à Nantes.

Création d’un mouvement national

À Marseille, une réunion de Gilets jaunes a été organisée au siège de La Provence, détenu par Bernard Tapie. Ils ont annoncé la création d’un mouvement national, baptisé « Gilets jaunes, le mouvement » où le « citoyen va décider de tout », aussitôt contesté par certains d’entre eux.

L’ A7 bloquée à Lyon

Plusieurs milliers de Gilets jaunes ont bloqué l’autoroute A7 qui traverse Lyon, créant des bouchons pour le retour de vacances.

Six plaintes à Laval

Les Gilets jaunes qui souhaitaient déposer plainte contre le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner sont arrivés trop tard à la gendarmerie, à 12 h. Ils sont revenus après la pause déjeuner pour les faire enregistrer.

Fabien Ferasson de Quental

Publicités