France – Suisse: le point sur les transfrontaliers

France – Suisse: le point sur les transfrontaliers

novembre 4, 2019 0 Par Francois Lestanguet

320 000 personnes traversent chaque jour la frontière entre la Suisse et l’Italie, l’Allemagne et surtout la France qui représente 50% du total. Ils sont plus de 160 000 désormais, mais n’étaient que 80 000 en 2004. Pourquoi une telle évolution? sans doute que le coût de la vie à Genève incite nombreux, y compris Suisses, à vivre de l’autre côté de la frontière tout en travaillant sur les bords du Léman.

La fiscalité du patrimoine est particulièrement avantageuse en Suisse mais elle ne permet pas pour les travailleurs, de compenser les coûts dans l’un des pays les plus riches du monde.

Une association au service des transfrontaliers depuis 1963

Avec 32 000 membres et présent depuis 1956, le groupement transfrontalier européen informe et accompagne les transfrontaliers.

Plusieurs missions d’accompagnement concernant:

  • la protection sociale
  • la fiscalité
  • le marché du travail
  • la vie quotidienne

Le transfrontalier, un statut particulier

Plusieurs informations que beaucoup ignorent. Il existe des accords bilatéraux entre l’UE et la Suisse qui permettent ce statut de transfrontalier. Il est en revanche indispensable d’avoir un permis de travail.

Concernant la fiscalité, les règles fiscales qui s’appliquent à tout frontalier suisse dépendent principalement de 2 critères : le canton de travail, et le statut (travailleur frontalier avec retour quotidien ou travailleur frontalier avec retour hebdomadaire). Dans certains cantons, et notamment Genève, les travailleurs frontaliers sont prélevés à la source (l’entreprise suisse prélève tous les mois le montant mensualisé de votre impôt dû) et paient l’impôt sur le revenu en Suisse. Dans les autres cantons, les frontaliers payent leurs impôts en France (sauf quelques exceptions).

La protection sociale au coeur des enjeux

Comme partout, c’est la santé qui est au coeur des préoccupations. Le groupement transfrontalier européen propose une fiche explicative. Il est possible de choisir entre le régime suisse et le français. Mais ce choix est ensuite normalement définitif et il est alors fondamental de bien choisir!

Autre question, l’emploi. La Suisse est un pays quadrilingue avec également une forte utilisation de l’anglais. Les deux tiers des transfrontaliers travaillent dans le secteur des services. Le groupement propose des offres d’emplois. La presse locale et notamment la tribune de Genève et le Temps également.

Une population transfrontalière en constante hausse

Malgré ces contraintes administratives, la population transfrontalière ne cesse de grandir, preuve de l’attractivité de la confédération. Au pays de l’horlogerie, il faudra parfois prendre le temps avant d’envisager ce statut, mais les carrières valent en général le coup!

 

Publicités