Climat : les assureurs appellent à une transformation profonde de l’économie

Climat : les assureurs appellent à une transformation profonde de l’économie

décembre 8, 2018 0 Par La rédaction

L’économie mondiale doit se préparer à une transformation profonde dans les prochaines années à mesure que l’impact du changement climatique devient plus tangible.

« S’attaquer au changement climatique, ça veut dire transformer toute l’économie », a déclaré Alison Martin, directrice de la gestion des risques chez Zurich Insurance.

« Nous devons changer la manière dont nous vivons, la manière dont nous nous déplaçons, la manière dont nous dépensons notre argent. C’est une transformation profonde et la majorité des changements à faire sont devant nous », a-t-elle expliqué.

Johanna Köb, directrice des investissements responsables dans le même groupe, souligne que les consommateurs deviennent de plus en plus conscients des enjeux liés au changement climatique.

« Ils veulent que les entreprises agissent de manière plus responsable, agissent sur le changement climatique, et ce changement d’opinion publique est un concept fondamentalement important car cela signifie que les effets du changement climatique peuvent se traduire et se traduiront en des actes politiques », a-t-elle soutenu, tout en prenant pour exemple la forêt d’Hambach en Allemagne, où l’action des citoyens a empêché RWE de raser la forêt pour construire une mine de charbon.

Transition mondiale encore insuffisante

Alors que les phénomènes climatiques extrêmes se multiplient partout dans le monde, l’action pour le climat est encore loin d’atteindre l’objectif de l’accord de Paris de limiter le réchauffement à « bien en-dessous des 2°C ».

« Notre analyse monte que la probabilité de passer à côté des objectifs de l’accord est plus grande que celle de les atteindre », regrette Alison Martin. « Pourtant, le GIEC a bien précisé que nous avons seulement 12 ans pour agir, ce n’est rien », prévient-elle, en soulignant que 2017 était l’année la plus couteuse en termes de dégâts, avec environ 300 milliards de dollars de coûts mondiaux.

Tant Alison Martin que Johanna Köb affirment que le changement climatique est l’un des risques les plus complexes auxquels fait face la société aujourd’hui car c’est un risque intergénérationnel, international et interdépendant.

« Si de nombreuses solutions aux risques hautement interconnectés émanant du changement climatique devront être trouvées par les multiples parties prenantes, il y a des actions spécifiques que les entreprises peuvent prendre et des outils qu’elles peuvent utiliser. »

La directrice de la gestion des risques du groupe Zurich identifie deux risques spécifiques pour les entreprises : les risques physiques, liés aux événements climatiques extrêmes, et les risques de transition, qui sont largement liés à la technologie et à la politique.

Levier financier

À cause de l’impact grandissant qu’a le changement climatique sur leurs affaires, les compagnies d’assurance prennent aussi des mesures contre le réchauffement climatique via leurs politiques d’investissement.

Ils augmentent par exemple leurs investissements dans des projets d’énergie verte tels que des parcs éoliens, des parcs solaires et des projets hydroélectriques. Allianz a investi 5,6 milliards d’euros dans les énergies renouvelables fin 2017, tandis qu’à la fin de l’année dernière, Axa a relevé son objectif d’investissements verts de 3 à 12 milliards d’euros d’ici à 2020.

En 2017, en tant que premier assureur du secteur privé, Zurich a annoncé son objectif de constituer un portefeuille « d’investissements d’impact » de 5 milliards de dollars.

Un nombre croissant de compagnies d’assurance ont également renoncé à assurer des entreprises de charbon thermique ou se sont éloignées du secteur du charbon.

« En tant qu’investisseur responsable, nous utilisons les marchés des capitaux pour rechercher et financer des solutions pour lutter contre le changement climatique, mais aussi pour répondre aux questions sociales et environnementales », explique Johanna Köb.

Selon elle, la stratégie de placement de Zurich Insurance repose sur trois piliers : intégration environnementale, sociale et de gouvernance (ESG), investissement d’impact et collaboration avec l’industrie.

« Pour nous, il s’agit d’une approche économique et le changement climatique est un fil rouge qui traverse les trois catégories », a-t-elle expliqué.

« Nous avons une vision holistique des risques financiers, environnementaux, sociaux et de gouvernance qu’implique un investissement pour finalement nous poser la question de savoir quel devrait être le rendement réellement ajusté au risque », a-t-elle précisé.

Investissement d’impact et obligations vertes

Johanna Köb a mis l’accent sur deux outils financiers spécifiques utilisés par Zurich : l’investissement d’impact et les obligations vertes.

L’investissement d’impact se concentre sur la mesure de l’effet de l’investissement par rapport à un objectif préétabli – plutôt que sur de simples investissements durables.

Les obligations vertes sont des instruments financiers dont le produit est investi exclusivement dans des projets verts qui génèrent des avantages en matière de climat ou d’environnement, par exemple dans les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique, la gestion durable des déchets ou l’utilisation durable des sols.

Selon la Climate Bond Initiative, le marché des obligations vertes a connu une forte croissance, avec un véritable décollage en 2014 lorsque 37 milliards de dollars ont été émis. En 2017, les émissions ont atteint 162,5 milliards de dollars, établissant un nouveau record.

Selon Johanna Köb, Zurich veut plus que doubler son programme d’investissements d’impact pour atteindre 5 milliards de dollars, ce qui permettrait d’éviter cinq millions de tonnes d’émissions de CO2 par an et d’améliorer la vie et les moyens de subsistance de cinq millions de personnes.

Cette décision fait suite à l’annonce faite par la compagnie d’assurance suisse en 2012 d’un engagement de 2 milliards de dollars, principalement sous forme d’obligations vertes, qu’elle a maintenant réalisé.

Claire Stam en direct de Katowice

Un article publié sur le site de notre partenaire

Publicités